Exposition : Une dernière exposition pour la galerie r3

0
Publicité
Les étudiants étaient invités à dessiner directement sur les murs. Crédit : A. Carignan

Durant le mois d’octobre, l’exposition Dessine-moi une galerie d’art était présentée à la galerie r3, rendant hommage aux lieux qui seront bientôt détruits.

Comme tout le monde le sait, les travaux du pavillon à la vie étudiante ont débuté durant le mois d’octobre, changeant le paysage autour du Nérée-Beauchemin. En conséquence, ce que nous connaissons comme étant la galerie r3 ne sera plus. Les étudiants en art, ainsi que les professeurs, nostalgie au cœur, ont cependant mis en pratique l’adage «un mal pour un bien». En effet, l’exposition Dessine-moi une galerie d’art avait un aspect hors du commun. Les murs étaient les toiles, bref, la galerie était le terrain de jeu des étudiants.

Le tout a été fait par 50 étudiants, sous la direction de deux professeurs du Département des arts de l’UQTR. Les idées ont été mises en esquisses, mais c’est sur place que leur imagination s’est imprégnée des murs pour en faire une fresque sans fin. La réalisation de l’exposition a pris pas moins de 10 heures aux artistes, majoritairement en première année au baccalauréat en art.

Faire l’interdit

Pour ces étudiants, cette exposition est un rêve qui devient réalité. En effet, plusieurs étudiants rêvent secrètement de peindre littéralement sur les murs. Cependant, il n’est pas donné à beaucoup d’artistes de le faire, puisque peu de galeries acceptent les termes d’une telle production. C’est plutôt compréhensible, puisque l’on s’imagine qu’une fois l’exposition terminée, il faut défrayer les coûts pour repeindre complètement l’endroit afin de tout faire disparaitre.

De plus, question de faire en grand tout en faisant plaisir aux étudiants, ces derniers avaient carte blanche sur leur sujet. Ce qui aurait pu être chaotique s’est révélé plus qu’agréable pour les yeux. Malgré le nombre élevé d’artistes, la galerie ressemblait à une histoire, magnifiquement ficelée. Fusain, plomb et feutres se mélangeaient pour imager une histoire éclectique dans toute la galerie d’art. Et croyez bien que la salle complète a été dessinée puisque même la sortie de secours n’a pas été oubliée.

Tous les univers étaient au rendez-vous, en passant par le vampirisme, l’architecture, le pin-up ou encore l’absurde. Et ce qu’il y a de particulier dans l’exposition est que les artistes ont parfois fait équipe pour produire leur œuvre. Ces collaborations ont permis aux étudiants de jumeler leurs visions pour créer des blocs d’images originaux.

Les murs étaient les toiles, bref, la galerie était le terrain de jeu des étudiants.

Un clin d’œil a été inséré dans l’exposition puisque certains étudiants ont décidé de représenter des portraits sortant littéralement de leur cadre. La représentation était intéressante puisque cela nous ramenait à l’ancienne présentation de la galerie, insérant ainsi une pointe de nostalgie.

Ce n’est qu’un au revoir

Assurément, la galerie r3, établie à cet endroit depuis 2000, a fait ses adieux en grand avec l’exposition Dessine-moi une galerie d’art. Non seulement elle a permis aux étudiants de vivre une expérience exceptionnelle, mais elle a aussi montré au public un concept délirant qui mériterait de se répéter. Reste à voir si la prochaine galerie se laissera dessiner aussi passionnément que son ancêtre.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici