La sécurité de l’UQTR refuse que des tracts solidaires soient distribués

0

Ce mercredi 7 septembre au matin, la sécurité de l’UQTR empêcha des militants de Québec solidaire de distribuer des tracts sur l’avenue Gilles-Boulet (devant les cubes). Ciels-ci faisaient également signer une pétition au sujet de la crise du logement. Dans ce groupe, nous pouvions compter la co-porte-parole Manon Massé, le candidat dans Trois-Rivières, Steven Roy Cullen, le candidat dans Maskinongé, Simon Piotte ainsi que la candidate dans Champlain Marjolaine Trottier. La sécurité leur aurait affirmé que cette pratique sur le campus était interdite.

Selon un militant solidaire, le « national » du parti aurait même donné le feu vert à cet évènement, à deux reprises: avant et après l’avertissement de la sécurité universitaire. Toutefois, les agents ont réitéré et les militants auraient cessé leurs activités. « On avaient pas envie de s‘astiner », témoigne Gabriel Fournier, un militant de Québec Solidaire et étudiant à l’UQTR.

Le Zone Campus a rejoint Emilie Ferguson, directrice d’organisation de campagne pour Steven Roy Cullen, candidat Québec Solidaire dans Trois-Rivières. Celle-ci confirme l’évènement. Voici un extrait de son courriel :« Nous confirmons que la sécurité de l’UQTR nous a empêché de distribuer des tracts ce matin. Nous n’avons pas d’autres commentaires à émettre à propos de cet événement. »

Un statut flou pour l’avenue Gilles-Boulet

L’avenue sur laquelle s’est déroulée l’évènement revêt un statut flou pour plusieurs. Il s’agirait d’un lieu public et non d’une partie du campus. Les différents partis politiques seraient même dans leurs droits en y apposant des pancartes électorales, pourrait-on croire.

Malgré tout, les militantes et militants étaient bien près de l’entrée de l’université. En effet, le groupe était du côté du trottoir, devant l’entrée, selon le témoignage d’un participant à l’évènement

uqtr trois-rivières cubes
L’évènement se serait déroulé tout juste devant les fameux cubes de l’UQTR Crédit: Magali Boisvert

Une directive des communications de l’UQTR

Le Zone Campus a rejoint Alexandre Joseph, responsable des enquêtes pour la sécurité de l’UQTR. Pour lui, la question n’était pas de savoir si le lieu de l’intervention était un lieu public ou non. D’ailleurs, cela n’aurait jamais été mentionné ainsi au groupe solidaire. Il s’agissait plutôt d’une demande des communications de l’UQTR en vertu d’un règlement.

Il nous référa ensuite à Jean-François Hinse, responsable des relations avec les médias. Notre tentative d’en savoir plus à propos de ce règlement et de l’évènement auprès de Hinse est demeurée sans réponse.

Le statut officiel de l’endroit où s’est déroulé l’évènement ainsi que le droit qu’avaient les participants de réaliser cette action partisane demeure inconnue, tout comme le règlement en vertu duquel la sécurité aurait agit.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here