Home Chroniques La zone grise: La trahison de Singh et le leadership libéral

La zone grise: La trahison de Singh et le leadership libéral

0
La zone grise: La trahison de Singh et le leadership libéral

métavers, zone grise, bock-côtéAvant-hier, le premier ministre du Canada, Justin Tudeau, a annoncé que son parti, soit le Parti libéral du Canada, avait conclu une entente avec le NPD de Jagmeet Singh « afin de permettre à son gouvernement de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2025 ».

Justin n’hésite pas à s’inspirer de son père pour mener son pays vers la déchéance sociale

Lors des dernières élections à l’automne 2021, le gouvernement de Trudeau a été réélu pour une troisième fois, mais cette fois-ci, pour un gouvernement minoritaire. Ainsi, la décision prise par le NPD, soit celle d’appuyer et de soutenir le Parti libéral, permettra en théorie à Trudeau d’avoir un gouvernement majoritaire. Tandis que les partis d’opposition ont déploré le manque de transparence de cette entente, Jagmeet Singh a de son côté indiqué que cette dernière mènera à « la plus grande expansion des soins de santé au Canada depuis une génération. » Toutefois, pour avoir moi-même voté pour le NPD par le passé, je ne peux m’empêcher de voir cette décision de Singh comme une trahison envers son électorat.

Pour l’amour du pouvoir

Pour justifier cet accord, le premier ministre a, entre autres, mentionné que les Canadiens et Canadiennes auraient besoin d’une plus grande stabilité en cette période de grande incertitude. Faisant référence à la pandémie de la COVID-19, à l’inflation et à la guerre en Ukraine, Trudeau a tenté de convaincre la population, en vain, que cette décision permettrait d’offrir des résultats aux CanadienNEs dès maintenant.

Et bien… Ce ne serait pas la première fois que celui-ci utilise ses talents d’orateur pour tenter de faire croire à la population que ses intentions sont les meilleures. Bien que je ne sois habituellement pas en accord avec les propos émis par les membres du Parti conservateur, je partage l’avis de Mme Candice Bergen qui a qualifié cet acte de « power grab », soit un coup de force pour obtenir plus de pouvoir politique.

Tel père, tel fils

Rappelons-nous qu’en 1972, une entente similaire a été conclu entre le Parti libéral et le NPD. Le premier ministre de l’époque était nul autre que Pierre Elliott Trudeau, le paternel de Justin. Ce ne serait pas la première fois que Trudeau fils prend une décision calquée sur celles de son père. Qu’il s’agisse d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence, de conclure une entente douteuse pour conserver le pouvoir ou de backstabber le peuple québécois, Justin n’hésite pas à s’inspirer de son père pour mener son pays vers la déchéance sociale.

Un vote perdu

Malgré ma continuelle déception envers le premier ministre canadien, je dois avouer qu’il n’est pas le seul à m’avoir causé un profond sentiment de désarroi. Quelques jours avant les dernières élections, le leader du NPD, Jagmeet Singh, accusait Trudeau de ne pas être  « un progressiste » et de prendre « des décisions qui blessent les gens. » Avec le recul, il est possible de comprendre que Singh n’est pas du tout différent.

Singh perd toute crédibilité en tant que leader du NPD.

C’est complètement hypocrite de la part de M. Singh de conclure une entente avec un parti qu’il n’hésitait pas à démoniser lorsqu’il était temps d’obtenir des votes. Que fait-il de son électorat? Si celui-ci avait voulu voter en faveur de Trudeau, il l’aurait fait! Avoir voté NPD en 2021 revient donc à avoir voté pour élire le Parti libéral. Singh, qui joue constamment la carte du politicien à l’écoute du peuple et des moins fortunéEs, vient d’envoyer un doigt d’honneur à la tranche de population qui comptait sur lui pour se faire entendre.

Vendre son âme au diable

Oui, Singh n’a pas complètement renié ses valeurs; l’entente conclue avec le Parti libéral est construite sur la prémisse que certains projets du NPD seront entendus, voire mis en place. J’imagine que, pour Singh, cette décision permettra de faire passer des projets de loi du NPD, chose qui aurait été impossible sans entente. Cependant, à quel point cette entente sera-t-elle bénéfique pour le NPD et, à plus grande échelle, pour le peuple canadien? Peut-être suis-je pessimiste, mais je doute fortement que cette décision soit basée par des sentiments de bienveillance. Chose certaine, Singh perd toute crédibilité en tant que leader du NPD.

Après tout, doit-on vendre son âme au diable en échange de quelques bonbons et d’un peu plus de pouvoir?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here