Lancement du documentaire Sages et rebelles

0
Publicité

Le 4 mars prochain sera diffusé, sur ICI TÉLÉ et ICI TOU.TV, le documentaire Sages et Rebelles, réalisé par Claudie Simard. Ce documentaire met en lumière la pratique des sages-femmes au Québec.

Crédits : istockphoto.com

Qu’est-ce qu’une sage-femme ?

À cause d’une légalisation qui se fut tardive, le métier de sage-femme reste encore incompris. Pour faire bref, une sage-femme, c’est un professionnel de la santé qui suivra la femme tout au long de sa grossesse et ce, jusqu’à 6 semaines après la naissance de l’enfant. Dans la majorité des cas, une seule sage-femme suivra la future mère. L’expérience est donc plus personnalisée, créant un lien de confiance entre la mère et l’aidant.e.

À propos de la réalisatrice

Claudie Simard, baccaulauréate à l’UQÀM en communications, a navigué dans le domaine du journalisme pendant 10 ans. Ses différents postes à Radio-Canada (journaliste, animatrice et cheffe d’antenne) lui ont permis de réaliser des reportages dans plusieurs régions québécoises. En 2020, elle tombe sous le charme du cinéma-documentaire et se lance dans la réalisation de ce premier film. Son accouchement traumatique en hôpital lui donne l’idée de parler du métier de sage-femme.

Résumé de Sages et rebelles

Le documentaire dévoile le quotidien de trois sages-femmes québécoises : Naoual Alazouer, Maude Lapointe et Valérie Leuchtmann. Elles expliquent tour à tour leur métier et les difficultés reliées à celui-ci. De plus, lorsque la caméra passe du côté de Leuchtmann, nous la voyons suivre de près la grossesse d’Alyson. Le processus de suivi est complet : on la voit tâter le ventre de la jeune mère, le travail qui précède l’accouchement, ainsi que leur suivi après la naissance du petit.

Crédits : Tapis Rouge films

Un manque qui se fait sentir

Une des données mentionnées le plus souvent dans le documentaire est qu’au Québec, 4% des naissances sont prises en compte par des sages-femmes. Pourtant, en Colombie-Britannique, ce chiffre s’élève à 25%. Au Québec, ce sont 232 naissances qui surviennent chaque jour1. En 2021, au Québec, on comptait 230 sage-femme2. Avec ces chiffres, le manque critique de ces professionnels devient clair. Toutefois, seule l’UQTR offre ce cours en français au Canada, rendant la main-d’oeuvre rare, qui entre dans le marché du travail déjà exténuée.

Nécessité des sage-femme

Étant des professionnels de la naissance, leur expertise leur permet de réduire le nombre de complications. Selon la RFSQ, les pratiques sage-femmes permettent 4 fois moins de forceps, instrument ressemblant à des pinces utilisées pour sortir l’enfant. On compte aussi 8 fois moins de ventouses, pratique qui ressemble un peu à celle des forceps. Ces professionnels permettent également d’éviter 5 fois moins d’éposiotomies, entaille que l’on fait au vagin pour faciliter l’enfantement. De plus, les sage-femmes connaissent une baisse 2 fois plus grande qu’un accouchement en hôpital. Toutefois, la donnée la plus impressionnante reste une diminution de 70% de déchirures au 3e et au 4e degré3.

Bande-annonce

Si vous voulez en apprendre plus sur le métier de sage-femme, vous pouvez consulter la bande-annonce. Pour rappel, le premier documentaire de Claudie Simard sera disponible le 4 mars sur les ondes de Radio-Canada.

Sources

  1. https://statistique.quebec.ca/fr/communique/nombre-naissances-quebec-2021-retour-niveau-2019
  2. https://www.rsfq.qc.ca/.
  3. https://www.rsfq.qc.ca/statistiques/

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici