Le CS3R organise une conférence sur le conflit en Palestine

0
Publicité

Le mercredi 29 novembre, de 17h à 19h, le Comité de Solidarité de Trois-Rivières (CS3R) organisait une conférence sur le conflit en Palestine. Offerte à la librairie Poirier à Trois-Rivières, cette conférence se tenait dans le cadre des Journées québécoises de la solidarité internationale. Une cinquantaine de personnes se sont réunies pour en apprendre davantage sur la crise israélo-palestinienne, grâce à l’éclairage de trois intervenants.

Solidarité palestinienne

Cette conférence ne s’est pas tenue le 29 novembre par hasard. En 1978, cette date a été désignée comme étant la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien par l’Organisation des Nations Unies. Cette Journée est importante, qui plus est dans le contexte actuel d’aggravation de la crise au Proche-Orient. À cette occasion, le Comité de Solidarité de Trois-Rivières a proposé cette conférence de décryptage de la situation à la population trifluvienne.

Deux membres du Comité de Solidarité de Trois-Rivières. Crédits : Journaliste

Rappelons que depuis l’attaque du 7 octobre perpétrée par le Hamas, la région de Gaza est soumise à une forte pression militaire engagée par Israël. Les attaques récentes, qui ont occasionné des milliers de morts, sont le résultat d’une histoire complexe. Cela fait plus d’un siècle qu’Israéliens et Palestiniens s’affrontent, ce qui a causé une inévitable escalade de la violence dans la région. Malheureusement, les populations civiles sont les premières victimes de ce conflit.

L’indispensable mise en contexte du conflit

La conférence s’est ouverte dans une ambiance conviviale, chacun retrouvant quelques connaissances dans l’assemblée. Mais la vive attaque du sujet a instillé un silence attentif dans la petite salle de la librairie. Pendant 60 minutes, trois panélistes se sont succédés pour apporter leurs connaissances sur le conflit israélo-palestinien.

Les trois intervenants : Jean-Marc Lord (à droite), Alain Dumas (au milieu) et Daniel Landry (à gauche). Crédits : Journaliste

Jean-Marc Lord, membre éminent du Comité de Solidarité de Trois-Rivières, a ouvert le bal. Il s’est attaché à décrire les 150 ans d’histoire israélo-palestinienne qui ont conduit à la situation actuelle. Son intervention permettait de saisir la plupart des tenants et aboutissants du conflit. Des thèmes complexes comme le sionisme, la colonisation ou encore le droit international ont été abordés. Retraçant l’histoire depuis 1870, ses propos ont abouti à la dénonciation de la colonisation illégale des territoires palestiniens. Cette colonisation illégale a d’ailleurs été dénoncée par le Conseil de Sécurité de l’ONU à plusieurs reprises.

La paix dans le chaos ?

Par la suite, l’économiste Alain Dumas a apporté son œil d’expert sur les conséquences du conflit. Il a eu l’occasion de rappeler que la Palestine fait face à une « déstructuration totale de l’économie ». Que l’on parle du niveau de vie, du taux de chômage ou d’Indice de Développement Humain, le bilan est catastrophique. Il rappelle que plus de la moitié de la population est en proie à de l’insécurité alimentaire, et cela, déjà avant le conflit. L’économiste a aussi rappelé la position du Canada en tant que 2e fournisseur d’armements d’Israël.

Pour clôturer les interventions, Daniel Landry, professeur au secondaire, a évoqué les pistes de solution au conflit. L’idée était d’interroger les perspectives de règlements de conflit et même, de paix. Évoquant les obstacles principaux aux discussions, le triste constat d’un conflit sans issue se dessinait à travers son discours. Le professeur a notamment dénoncé la position du Canada et d’autres puissants pays qui ont légitimé la riposte à Gaza.

Une discussion animée

Le CS3R a ensuite ouvert une phase d’échange destinée à répondre aux interrogations de l’assemblée. Une des questions pertinentes soulevées lors de cette discussion abordait le sujet épineux de la religion. Un point important qui n’a pas été mentionné par les intervenants, tout comme le rôle du Hamas dans le conflit actuel. Ce temps d’échange a été très constructif et a permis d’offrir une belle conclusion à cet évènement très enrichissant.

Une participante lève la main lors de la discussion. Crédits : Judith St-Pierre

Un grand merci à l’équipe du Comité de Solidarité de Trois-Rivières d’avoir proposé cette conférence gratuite à la population trifluvienne.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici