Le Feu de chaque jour, deuxième album de Patrice Michaud: Changement de perspectives

0
Photo: Courtoisie
Photo: Courtoisie

Après avoir marqué la scène musicale de la relève avec son premier album Le Triangle des Bermudes, l’auteur-compositeur-interprète, ou plutôt le poète, Patrice Michaud revient avec un album qui présente sensiblement le même style folk qui l’a fait connaitre. Des textes travaillés, un univers songeur sur le temps qui passe et sur l’espace mémoriel, mais surtout un dynamisme nouveau se retrouvent à l’intérieur de ce nouvel album intitulé Le Feu de chaque jour paru le 4 février dernier.

Le deuxième album du poète gaspésien semble être dans la continuité de son parcours musical. Le traitement du territoire, la mémoire et les chansons sur des amours à la fois possibles et impossibles jalonnent sa musique. Tout comme le précédent, cet album offre des textes travaillés et songés où parfois la musique est secondaire et illusoire. Par exemple, sa pièce La Faille de San Andreas est un long poème parlé, voire murmuré, dans lequel Patrice Michaud compare ses élans intérieurs au lieu mythique de la faille de San Andreas en Californie. Son hymne à la persévérance Jusqu’à ce que je tombe est aussi très poétique et s’inscrit dans la même tradition musicale que le premier album.

Toutefois, Le Feu de chaque jour est plus mouvementé et quelque peu plus rock que son premier album. L’empreinte nostalgique omniprésente qui l’a fait connaitre s’estompe et laisse place à des envolées plus joyeuses et ancrées dans le présent. Ainsi, malgré des thématiques déjà abordées, la forme et la texture sonore se renouvèlent. «Je ne traite pas de nouveaux sujets dans cet album, mentionne-t-il. J’ai seulement changé les perspectives des mêmes sujets que j’avais traités dans mon premier album, parce que pour moi, le sujet n’est pas super important; ce n’est pas la priorité.»

«J’ai seulement changé les perspectives des mêmes sujets que j’avais traités dans mon premier album, parce que pour moi, le sujet n’est pas super important.» – Patrice Michaud

Processus d’écriture particulier

Chaque artiste détient sa méthode et son processus de création. Certains processus sont plus inusités que d’autres, mais il n’en demeure pas moins qu’ils sont tous uniques. «Quand je suis en période d’écriture, je fais deux choses. Je lis beaucoup de poésie pour m’alimenter et je deviens un surconsommateur de polars pour m’évader», explique-t-il. La poésie le nourrit et il trouve dans les personnages des polars son alter ego. Ce beau mélange littéraire le fait sombrer dans une zone tampon qui précède son écriture. «Durant ce moment, je deviens très flou, égaré, mou. Je ne fais rien, poursuit-il. Avant, je vivais très mal avec cette période-là, mais j’ai compris que c’est un passage très important, j’incube tout dans ce temps-là. Après vient un bon moment d’écriture.»

À la croisée des chemins

Fort de son succès au Festival international de la chanson de Granby où il a raflé les grands honneurs, Patrice Michaud a le vent dans les voiles. Toutefois, une dose de succès s’accompagne souvent de quelques sacrifices. Réel passionné de littérature, Michaud a dû sacrifier sa maitrise dans cette discipline à l’Université Laval afin de poursuivre son rêve de fabricant de chansons. «Après avoir gagné Granby, je me suis posé quelques questions. Est-ce que je continue à mettre des efforts dans mon mémoire où j’écris des chansons pour en faire un métier?» La suite est connue de tous, mais Michaud ne se ferme pas de portes: finir sa maitrise demeure quelque chose d’important pour lui.

Son deuxième album est paru le 4 février dernier. Pour en savoir plus sur Patrice Michaud, vous pouvez consulter le www.patricemichaud.ca.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here