L’Écon’homme : Revue économique de l’année 2019

0
120
étienne aperçu écon'homme

L’Écon’homme, c’est déjà 12 chroniques! 12, comme 12 mois qui viennent de s’écouler en coup de vent, laissant leur place à l’année 2020 qui arrive à grands pas. L’Écon’homme, c’est une dose bimensuelle d’économie souvent tirée de l’actualité et parfois, comme aujourd’hui, de la période de l’année.

Il y a un an, mois pour mois, je vous écrivais ce qui s’avérerait être ma première chronique : La nuit de Noël. Loin de moi l’idée de répéter cette première chronique, qui a ouvert la porte à une série qui s’avère avoir été lue de manière assez répandue. Toutefois, au lieu de parler de Noel, parlons plutôt de l’année qui vient de passer, voulez-vous?

L’année que nous venons de vivre a été parsemée de nouvelles économiques, mais je n’en nommerai que quelques-unes qui, selon moi, ont été marquantes, dans une revue de notre année. Je tiens avant de commencer, à remercier deux collègues : Yanick Gauthier et Olivier Dubuc, avec qui j’ai eu le plaisir d’effectuer cette revue économique de la session d’automne 2019.

L’année que nous venons de vivre a été parsemée de nouvelles économiques, mais je n’en nommerai que quelques-unes…

Le conflit sino-américain

Difficile de passer sous silence le conflit sino-américain. Ce conflit, opposant la Chine et les États-Unis, aura fait couler beaucoup d’encre tout en faisant planer une incertitude sur les principaux partenaires de ces deux puissances économiques, notamment le Québec. Pour l’illustrer, ne nommons que la fermeture des exportations de viandes canadiennes vers la Chine qui ont su taper dans l’aile de nos producteurs porcins et bovins. La situation s’est rétablie début décembre lorsque le gouvernement chinois a finalement rouvert ses frontières aux exportations canadiennes.

Toutefois, les producteurs et productrices d’ici étaient loin d’être au bout de leur peine, car une pénurie de propane (par cause de grève du transporteur) et un automne difficile allait s’abattre sur eux. Ce qu’il faut savoir, c’est que le propane est un intrant important en agriculture, chauffant certains bâtiments comme les porcheries ou les poulaillers, mais aussi servant à sécher les grains récoltés pour nourrir le bétail. Ainsi, la situation a retardé le séchage des grains, qui ne pouvait attendre aux champs alors que la neige tombait, perdant de leurs qualités nutritionnelles un peu chaque jour.

En trame de fonds, la pénurie de main-d’œuvre faisait ses ravages.

Une pénurie de main-d’oeuvre criante

En trame de fond, la pénurie de main-d’œuvre faisait ses ravages, particulièrement criante dans les emplois à faible scolarisation (35% sans scolarité et 27% avec diplômes non-universitaires). La solution semble difficile à trouver et en contraste avec les décisions gouvernementales.

En effet, ouvrir l’immigration à la masse serait-elle une solution? M. Simon Jolin-Barrette semble en douter avec son Programme d’Expérience Québécoise (PEQ), qui bloque une partie de l’immigration disponible, refusant des travailleur.euse.s qualifié.e.s. En marge, on peut se poser des questions sur les raisons de la pénurie de main-d’œuvre : peut-on conclure qu’une modernisation de l’économie s’impose? La solution est-elle la robotisation, les gains de productivité et l’innovation?

le Québec surperforme par rapport aux autres provinces canadiennes et annonce une croissance beaucoup plus élevée que le reste du pays.

Le Québec tire son épingle du jeu

Malgré un marché du travail en surchauffe et manquant de ressources, le Québec tire son épingle du jeu. En effet, le Québec surperforme par rapport aux autres provinces canadiennes et annonce une croissance beaucoup plus élevée que le reste du Canada : 2,8% pour le Québec contre seulement 1,4% au pays. Une cause possible de cette performance est le marché immobilier résidentiel québécois qui croit, contrairement au reste du Canada.

De cette performance, le gouvernement québécois engrange des résultats fiscaux exceptionnels lors des derniers trimestres. Cependant, le Québec ne pourra pas maintenir cette cadence bien longtemps. Les résultats, relevant surtout de la conjoncture économique (croissance soutenue hors de notre contrôle), le gouvernement devrait ralentir son rythme de dépenses et placer un peu de celles-ci pour les moins bons jours.

Pourtant, c’est plutôt l’inverse que le gouvernement caquiste a décidé de faire, attribuant une hausse budgétaire de 5,1% en éducation et 5,4% en santé. L’augmentation des dépenses gouvernementales dans les missions de l’État (santé, éducation et autres) n’est pas chose à prendre à la légère. En effet, qui prévoit un coussin pour contrer le vieillissement de la population québécoise? D’ici moins de 15 ans, les 20-64 ans, souvent nommé.e.s « population active », passeront de 61 à 54% de la population totale. Considérant que c’est cette part de la population qui travaille et crée de la richesse, comment ferons-nous pour arriver à payer la facture démographique? Le vieillissement de la population est une dynamique importante de la société québécoise et une tendance de fond qu’il faut adresser, faute de quoi des surprises nous attendent!

Cybersécurité du secteur financier

Un autre sujet qui a fait couler bien de l’encre est la cybersécurité du secteur financier. Alors que Desjardins est à se remettre d’une fuite de données sans précédent, remaniant sa tête dirigeante et mettant en place de nouveaux protocoles, sous une surveillance gouvernementale grandissante, on apprend de nouvelles fuites. En effet, en ce début décembre on apprend que 2 individus aux États-Unis ont monté un système de Ponzi (pour résumer : une belle grosse fraude) et volé plus de 722M$ en cryptomonnaie à nos voisins du sud. On peut s’attendre, sans trop entrer dans la voyance, à ce que l’année 2020 soit en réaction à ces événements et que le secteur financier se sécurise un peu.

Afin de terminer sur une bonne note, il est bon de savoir que Desjardins – Études économiques ainsi que quelques autres analystes ont déjà dressé leurs analyses pour l’année qui viendra. On annonce une croissance économique québécoise qui devrait se tenir dans les 1,7% environ, ce qui signifie un maigre ralentissement, principalement en raison des exportations qui subissent certains soubresauts, suivant l’incertitude à l’échelle internationale. Rien d’inquiétant.

C’est ce qui conclut notre année, j’espère que vous avez apprécié. On se revoit en janvier, pour une autre dose d’économie quotidienne!

L’Écon’homme


Sources:

Conflit Sino-Américain :

https://www.lavoixdelest.ca/actualites/reouverture-des-frontieres-chinoises-les-producteurs-respirent-mieux-041a43969a62c1ce777dad7d26822d0a

Pénurie de propane :

https://www.journaldequebec.com/2019/11/20/la-greve-au-cn-provoquera-bientot-une-penurie-de-propane-au-quebec

Pénurie de main-d’oeuvre :

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/de-quels-emplois-a-besoin-l-economie-du-quebec-/613305

Budget gouvernemental :

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/quebec/201903/21/01-5219146-budget-quebec-2019-feu-vert-aux-depenses.php

Performance économique :

https://www.lapresse.ca/affaires/economie/201910/29/01-5247544-economie-du-quebec-non-ce-nest-pas-un-accident-de-parcours.php

Performance économique :

https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/manufacturier/croissance-economique–le-quebec-surpasse-le-canada/612772

Dette démographique :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1119865/vieillissement-de-la-population-le-gouffre-financier-du-quebec

Fraude 722M$:

https://www.ledevoir.com/economie/568831/etats-unis-fraude-de-722-millions-a-la-cryptomonnaie

Perspectives économiques:

https://www.desjardins.com/ressources/pdf/pefm1911-f.pdf?resVer=1574259630000

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here