L’économie du pays : L’échiquier des sanctions : Le cas de la Russie et l’effet limité des mesures économiques

0
Publicité
Crédit : Camilles Limoges

Dans le vaste arsenal des stratégies de politique étrangère, les sanctions économiques tiennent une place prépondérante. Ces mesures, conçues pour contraindre, punir ou manifester un désaccord avec les politiques ou actions de certaines nations, sont devenues un outil de choix pour la communauté internationale. Pourtant, l’histoire récente nous montre que leur efficacité reste sujette à débat. Prenant appui sur le cas de la Russie, cette chronique s’emploie à démontrer pourquoi les sanctions économiques ne parviennent pas toujours à fléchir la volonté des États visés, soulignant ainsi les limites de cet instrument de pression géopolitique.

Présentation des sanctions contre la Russie

Les relations entre la Russie et la communauté internationale, en particulier avec les États-Unis et l’Union Européenne, connaissent des tensions croissantes au cours des dernières décennies. Ces tensions ont culminé en 2014 lorsque la Russie a annexé la Crimée, un acte que la scène internationale a largement condamné comme une violation du droit international. En réponse, les États-Unis, l’Union Européenne, et d’autres alliés ont initié une série de sanctions économiques contre la Russie, marquant le début d’une période prolongée de confrontation économique.

Ces sanctions initiales visaient à isoler économiquement la Russie en limitant son accès aux marchés financiers internationaux et en restreignant le commerce de biens à double usage qui pourraient être utilisés à des fins militaires ou stratégiques. De plus, des sanctions ciblées ont été imposées à des individus spécifiques liés au gouvernement russe, incluant des gel d’avoirs et des interdictions de voyage.

Au fil du temps, ces sanctions ont été progressivement étendues en réponse à d’autres actions perçues comme hostiles de la part de la Russie, notamment son soutien aux séparatistes dans l’Est de l’Ukraine, son implication présumée dans l’empoisonnement de Sergei et Yulia Skripal au Royaume-Uni en 2018 et ses activités de cyberattaque et d’ingérence dans les processus électoraux de plusieurs pays. Ces extensions ont vu l’ajout de sanctions sectorielles, visant des domaines clés de l’économie russe tels que l’énergie, la défense, et les finances, ainsi que l’application de restrictions plus sévères sur le commerce et les investissements.

La logique derrière ces sanctions a été double : punir la Russie pour ses actions et tenter de la contraindre à changer de comportement. Les pays imposants espéraient que la pression économique, en affectant directement l’économie russe et les élites proches du pouvoir, inciterait à une réévaluation des politiques controversées de la Russie.

Impact économique des sanctions sur la Russie

Les sanctions économiques imposées à la Russie ont eu pour objectif d’exercer une pression financière et économique sur le pays, espérant influencer sa politique étrangère. L’impact de ces sanctions a été ressenti à travers divers secteurs de l’économie russe, bien que l’ampleur et la gravité de cet impact a varié.

Suite à l’instauration des sanctions, la Russie a connu une période de contraction économique. Le produit intérieur brut (PIB) a subi une récession, avec une diminution notable en 2015. Cette contraction était attribuable en partie aux sanctions, mais aussi à la chute des prix du pétrole, un double coup dur pour l’économie russe largement dépendante de ses exportations d’hydrocarbures.

Les sanctions ont également perturbé le commerce extérieur russe, en particulier avec l’Union Européenne et les États-Unis, traditionnellement ses plus grands partenaires commerciaux. Les restrictions à l’exportation ont affecté des secteurs clés comme celui de la défense et de la haute technologie. Parallèlement, l’investissement étranger en Russie a diminué, les investisseurs internationaux étant réticents à s’engager dans un environnement jugé risqué et incertain.

Limites et contournements des sanctions

La Russie a démontré une capacité notable à s’adapter aux conditions économiques difficiles. En réponse aux sanctions, elle a accéléré ses efforts pour réduire sa dépendance aux marchés financiers occidentaux. Par exemple, elle a augmenté ses réserves de change et d’or, constituant un « coussin financier » qui a aidé à stabiliser le rouble et à protéger l’économie contre les chocs extérieurs. En 2016, l’économie russe a commencé à montrer des signes de reprise, témoignant de sa résilience face aux sanctions et aux défis économiques mondiaux.

Le pays a également cherché à diversifier son économie, réduisant ainsi sa dépendance aux exportations de pétrole et de gaz. Des initiatives de substitution des importations ont été lancées dans plusieurs secteurs clés, tels que l’agriculture et la technologie, encourageant la production intérieure pour remplacer les produits importés qui étaient devenus coûteux ou difficiles à obtenir en raison des sanctions. Cette stratégie a non seulement aidé à stimuler l’économie locale mais a également renforcé l’autosuffisance du pays.

Par ailleurs, la Russie a cherché à compenser ses pertes en renforçant ses liens économiques avec d’autres régions, notamment l’Asie, le Moyen-Orient et l’Amérique Latine. Les accords commerciaux avec la Chine, en particulier, ont pris une nouvelle importance, Pékin devenant un partenaire économique et financier clé pour Moscou. Ces relations diversifiées ont aidé la Russie à atténuer l’impact des sanctions sur son commerce extérieur.

Réflexions sur l’efficacité des sanctions économiques

L’impact économique des sanctions sur la Russie révèle une image complexe. Bien que ces mesures aient indéniablement posé des défis économiques et financiers, elles ont également incité le pays à adopter des stratégies de résilience et de diversification économique. La capacité de la Russie à s’adapter et à chercher des alternatives montre que, bien que les sanctions puissent ralentir l’économie d’une nation, elles peuvent également stimuler l’innovation et l’indépendance économique. Cette dynamique souligne la nécessité de réévaluer l’efficacité des sanctions comme outil de politique étrangère, en tenant compte non seulement de leurs impacts immédiats mais aussi des adaptations à long terme qu’elles peuvent engendrer chez les pays ciblés.

Références

https://www.bbc.com/news/world-europe-60125659

https://www.spglobal.com/marketintelligence/en/news-insights/latest-news-headlines/sanctions-against-russia-8211-a-timeline-69602559

https://www.economist.com/leaders/2024/02/21/even-the-toughest-sanctions-on-russias-war-machine-are-no-substitute-for-military-aid

https://www.reuters.com/world/europe/russia-assumes-western-sanctions-will-last-many-years-kremlin-2023-12-01/

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici