L’ouverture verte : La culture de la voiture, insécurité routière (1/3)

La peur et l'insécurité sur les routes

0
Publicité
Stationnement avant du Collège Laflèche, Trois-Rivières. Crédit : chroniqueur

La culture de la voiture se trouve au cœur de notre société québécoise. Sa présence se montre d’une telle force qu’il devient difficile de s’en départir, de changer notre manière de se déplacer. La liberté qu’elle offre limite celle des personnes utilisant les transports actifs : marche, vélo, planche à roulette, patin à roulette et autres craignent pour leur sécurité. À la vue de son ampleur, ce sujet s’étalera sur trois chroniques (insécurité routière, infrastructure et pollution). Celle-ci concernera la peur et l’insécurité routière. L’intention de ce texte vise à remettre en question la culture de la voiture et à sensibiliser sur les enjeux des déplacements sans voiture (surtout en ville).

Culture de la voiture, sur le coin de la table

Selon le Robert, la culture consiste en l’ « ensemble des aspects intellectuels, artistiques d’une civilisation [et l’] [e]nsemble des formes acquises de comportement dans les sociétés humaines. »1

L’espace que les voitures prenne. Crédits : Paul ELLIS / AFP

À te confectionner ma vision de la culture de la voiture, je dirais qu’elle comprend tout ce qui tourne nos vies autour de celle-ci. Quand on pense à prendre notre voiture pour un trajet d’un seul kilomètre. Également, le moment où un cycliste se fait hurler dessus à rouler sur le côté de la voie principale. De même que les fois où on perd les clés pour allumer son moteur et qu’on se demande où va aller notre existence sans elles. Tous les jours lorsqu’on évalue le statut social et la richesse d’une personne en fonction du prestige de son automobile. J’imagine que tu peux voir une autre situation où la voiture devient le soleil autour duquel on tourne. « L’autocentrisme » prend un autre sens : l’univers qui tourne autour de l’automobile.

Par ailleurs, cette culture reflète bien notre mode de vie de consommation et de désir de réussite avec les objets : les voitures récentes et de style lié à l’époque se font acheter et revendre chaque année. Où irait le rêve américain sans un de ses gros morceaux de casse-tête (littéralement) ? On vise haut pour notre carrière et cette grande charge de travail gruge notre précieux temps : la voiture assure autant la liberté que la rapidité pour sauver notre rare énergie. Je n’écris pas ce texte parce que j’en veux aux automobilistes ; je dirais plutôt que je m’attriste à nous voir dans nos boites de métal individuelles. Ces machines nous placent dans des bulles, hors du monde extérieur, où l’on oublie que les personnes à l’extérieur demeurent fragiles et sensibles face à nos décisions.

Tous les jours lorsqu’on évalue le statut social et la richesse d’une personne en fonction du prestige de son automobile.

Des voitures vers la peur et l’insécurité routière

Au Québec en 2022, la société de l’assurance automobile comptait 392 décès sur les routes, dont 79 piétons et 9 cyclistes.2 On compte également 78 400 morts totaux au Québec pour la même année.3 Tu dois te dire que 79 piétons morts sur la route sur les 78 400 morts, ça fait moins d’un pourcentage du total (0.10%). Je te l’accorde. En revanche, ça ne prend pas des milliers de morts pour ressentir la peur. La simple possibilité de se faire frapper et de mourir en faisant une marche et un tour de vélo peut rapidement modifier nos comportements. Entre autres, la culture de la voiture se présente quand on regarde plusieurs fois de chaque côté et cours pour traverser la route, cède le passage aux voitures, marche aux heures et endroits les moins achalandés, et pour finir, change de moyen de transport (possiblement pour prendre la voiture).

Exemple de situation possible en traversant la route. Crédits: Shutterstock

Les voitures amènent les voitures. Plus leur nombre augmente sur les routes, plus la sécurité routière en transport actif diminue et plus la peur pousse ces gens actifs à prendre les automobiles. Ça sonne comme un cercle vicieux. Tu te dis que finalement, il n’y a pas de bonne solution et autant bien continué d’agir au plus simple. Je ne possède pas les meilleures options ni la vérité, mais je peux te partager ce qui me vient.

Les alternatives

Pour commencer, je précise que les situations se différencient autant sur un point de vue géographique (campagne vs ville) que individuel (travail, limitation physique, revenue). Dans un monde idéal, je vois les gens presque uniquement se promener en transport actif et sans peur de se faire frapper. Est-ce réalisable ? On a du chemin à faire, surtout avec le climat au Québec. On peut quand même limiter les risques. Je me dis que le bus et la possibilité de tramway, et de train semblent l’avenir, à condition que le gouvernement et les municipalités investissent dans les transports en commun.

Je me dis que le bus et la possibilité de tramway, et de train semblent l’avenir, à condition que le gouvernement et les municipalités investissent dans les transports en commun.

Actuellement, un billet d’Orléans Express faisant Trois-Rivières à Montréal vaut 41,05$4 ; le faire seul en petite voiture vaut dans les 25$. Le prix se voit plus faible en automobile, même si un nombre élevé de personnes voyage dans le bus. Selon moi, une pression au gouvernement pour financer le secteur du transport en commun demeure une nécessité.

Billet de bus de l’Orléans Express, faisant l’aller pour Montréal à partir de Trois-Rivières. Source Orléans Express.

Sur le plan individuel, en attente d’infrastructures raisonnables, je dirais que la clé demeure dans le transport actif et le covoiturage. Le fait de posséder une voiture à plusieurs personnes, d’embarquer en groupe lors des déplacements et d’utiliser des applications pour covoiturer réduit le nombre de voitures sur la route. Quelles autres moyens soulignerais-tu pour rendre les routes plus sécuritaires ?

Vidéo sur la culture de la voiture et les moyens que certains villes utilisent pour établir la sécurité routière. Source : Not just bikes

Bibliographie

  1. Le Robert. (2023, Octobre 25). Culture. Récupéré sur Le Robert, Dico en ligne : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/culture
  2. Société de l’assurance automobile. (2023, juin 12). BILAN ROUTIER 2022 : UNE HAUSSE PRÉOCCUPANTE DU NOMBRE DE DÉCÈS SUR LES ROUTES DU QUÉBEC. québec.
  3. Gouvernement du Québec. (2023, mai 24). Décès et mortalité. Récupéré sur Institut de la statistique du Québec: https://statistique.quebec.ca/fr/produit/publication/deces-mortalite-bilan-demographique
  4. Orléans Express. (2023, Octobre 25). Trois-Rivières à Montréal. Récupéré sur Orléans Express Keolis : https://www.orleansexpress.com/fr/selectionnez-aller/

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici