Marche mondiale pour le climat : le comité CEVES UQTR donne sa ligne de mire

0

La marche mondiale pour le climat se déroulera le vendredi 23 septembre. Celle-ci commencera vers 13h devant les Cubes (en face des pavillons Albert-Tessier et Ringuet) sur l’avenue Gille-Boulet et se terminera au parc Champlain dans le centre-ville. L’Université a d’ailleurs ordonné une levée de cours afin de permettre aux étudiants de participer.

Crédit : l’Hebdo journal.

La coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES) UQTR s’est tout nouvellement formé au début de l’été, à Trois-Rivières. Elle a travaillé d’arrache-pied afin de mettre en place tous les préparatifs nécessaires pour le bon déroulement de cette manifestation du 23 septembre prochain. Elle permettra ainsi à la population trifluvienne d’être de la partie et de venir en appui aux autres marches ailleurs dans la province.

Plusieurs organismes partenaires

La CEVES Trois-Rivières s’est liée avec plus d’une dizaine d’organismes partenaires pour cet événement. Voici un extrait du communiqué de presse de l’organisme :

« La CEVES, Mères au Front – Mauricie et le Comité de Solidarité de Trois-Rivières s’allient à d’autres organisations de Trois-Rivières pour revendiquer au gouvernement du Québec des mesures sérieuses pour contrer la crise climatique. La manifestation organisée vient en appui aux grèves lancées par TJC, la CEVES, le FÉDAC, le FRAPRU, et le MEPACQ, qui auront lieu un peu partout dans la province. »

Revendications

Le but de la marche contre le climat est de promouvoir l’importance de la lutte aux changements climatiques auprès des personnes dirigeantes. Les organisateurs demandent au gouvernement d’éliminer toute exploitation et utilisation d’énergie fossile d’ici 2030. Ils proposent d’utiliser davantage l’hydroélectricité. De plus, ils aimeraient que notre modèle économique s’inspire plus du modèle économique décroissant proposé par le GIEC. Également, ceux-ci requièrent la carboneutralité pour l’ensemble du Québec d’ici 2050. Pour y arriver, les GES devront réduire de 50 % d’ici 8 ans, soit en 2030.

Crédits : Site de la MAPECQ.

« Si la crise climatique continue sur sa lancée, nous allons être obligés de réduire notre consommation en ressources et en énergie parce que celles-ci auront tout simplement été en grande majorité détruites. Mieux vaut prévoir cette réduction de la consommation pour pouvoir la contrôler et assurer une transition juste et équitable, que de subir un manque de ressources qui se traduirait par des conflits désastreux.

Louann Poirier-Bergeron, porte-parole de la CEVES – Trois-Rivières.
Logo de la CEVES. Crédit : page Facebook de l’organisme.

Coalition étudiante pour un virage environnemental et social

La CEVES se divise en plusieurs branches. Il y a notamment la CEVES Montréal, la CEVES Sherbrooke, la CEVES Québec et maintenant, la CEVES Trois-Rivières. Ce sont donc des groupes d’étudiants au niveau secondaire, collégial et universitaire qui mettent en place de l’éducation populaire, des manifestations locales et se rallient à des organismes locaux en organisant des actions de solidarité. Tous ces étudiants luttent dans le but de lutter contre les inégalités. Notamment les iniquités envers les Premiers Peuples,

le racisme, le sexisme, le capitalisme, le colonialisme, etc. La CEVES nationale exige de la part du gouvernement un plan d’urgence pour la justice climatique

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here