Mois de la poésie 2020: un virage virtuel poétique

0
80
À mi-chemin de sa treizième édition, le Mois de la poésie a pris un virage virtuel afin de participer aux efforts collectifs d’aplanissement de la courbe de propagation de la COVID-19. Crédit: Catherine Lavoie via la page Facebook de l’événement

Le Mois de la poésie 2020, qui devait avoir lieu du 29 février au 30 mars 2020, s’est vu prendre une nouvelle direction la semaine dernière, à la suite des mesures prises par le gouvernement en lien avec la pandémie de la COVID-19. Le festival poétique, qui initialement prenait la forme de performances scéniques pluridisciplinaires, de lectures intimes et d’activités de création diverses, n’a eu d’autres choix que de se tourner vers le web afin de permettre à ses poètes ainsi qu’à ses spectateur.rice.s de cultiver leur amour du genre littéraire dans la sécurité de leur domicile.

Organisé par le Bureau des affaires poétiques, le Mois de la poésie tente, à travers sa programmation des plus inclusives, de promouvoir la poésie québécoise contemporaine. Pour cette treizième édition, les codirectrices de l’événement Vanessa Bell, autrice et animatrice, et Juliette Bernatchez, autrice de la relève, ont réussi avec brio à surmonter le défi que représentait l’interdiction gouvernementale de se rassembler en groupe. Tandis que certaines activités de la programmation ont été annulées et/ou reportées à plus tard dans l’année, d’autres se sont réinventées afin d’être entièrement diffusées sur le web via la page Facebook du Mois.

«Pour nous, le Mois de la poésie, c’est une grande fête.»

-VANESSA BELL

À l’origine, ces activités se déroulaient majoritairement dans la ville de Québec et quelques-unes dans la ville de Montréal; or, la webdiffusion des activités permettra certainement à un plus grand public d’être présent et ce, un peu partout à travers le Québec. Bien que personne ne souhaitait que le festival en vienne à se virtualiser en des circonstances pareilles, il est tout de même cocasse de constater que cela permet à l’événement de rejoindre plus d’amateurs et d’amatrices de la poésie.

Avant que les bibliothèques ne soient fermées en raison de l’actuelle pandémie, le Festival de la poésie de Montréal, en collaboration avec le Mois de la poésie, offrait un parcours déambulatoire composé d’une douzaine de balados avec les poèmes d’écrivain.e.s d’ici et d’ailleurs à la magnifique bibliothèque Monique-Corriveau. Crédit: Laura Lafrance

En février dernier, lors d’une discussion téléphonique avec Bell, celle-ci nous mentionnait que le mois, «c’est un festival de Québec, pour la ville de Québec, mais il est évident que pour nous, c’est une grande fête. On ne veut pas qu’être avec les gens de Québec, bien que l’on veut qu’ils soient avec nous. On espère vraiment que les gens se déplacent et qu’ils viennent nous voir.» Ironie du sort, c’est maintenant le Mois qui se déplace dans les foyers de la province et peut-être, du monde.

Programmation 2.0

Collage réalisé par Six volcans pour la journée du 29 février. Crédit: Six volcans (capture d’écran)

Ainsi, qu’en est-il de la nouvelle programmation? Comme à tous les jours depuis le début du festival, il est possible de recevoir un poème et un collage fait par Six volcans dans vos courriels avec En t’attendant je déjeune au cidre de pomme. Pour ce faire, il suffit de s’inscrire à la liste de distribution sur le site web du Mois de la poésie. Faites vite! L’activité se poursuit jusqu’au 30 mars.

Sinon, en l’honneur de la Journée mondiale de la poésie, il y a eu une diffusion en direct de Hygiène – le show de poésie le plus hygiénique jamais créé avec, entre autres, les performances de Maude Pilon, Hector Ruiz et Alycia Dufour. La diffusion, qui a duré plus de deux heures trente, a permis aux spectateur.rice.s d’entendre une variété de poèmes provenant de nombreux.ses poètes; parfois touchants, parfois drôles, il y en avait certainement pour tous les goûts.

Il n’y a plus d’excuses pour les amoureux.ses de la poésie; même confiné.e.s, il est possible d’en profiter!

Sinon, il y aussi Les p’tites nuits de la poésie; à chaque deux jours, à 20 heures, via la page Facebook du Mois, un.e poète invité.e lira quelques-uns de ses textes. Le lundi 23 mars, ce sera Akena Okoko, le mercredi 25 mars, Marie-Andrée Gill, le vendredi 27 mars, Jonathan Roy, le dimanche 29 mars, Bureau Beige, et finalement le mardi 31 mars, Maude Jarry. Il n’y a plus d’excuses pour les amoureux.ses de la poésie; même en confinement, on peut se laisser bercer par les doux mots des poètes d’ici.

Pour conclure, à partir du premier avril 2020, il sera possible de soumettre des idées de projets poétiques pour l’édition 2021 du festival. En effet, les personnes désireuses de participer au Mois de la poésie auront plusieurs mois pour soumettre leurs propositions. Chaque année, une soixantaine d’idées sont retenues pour la programmation; à qui la chance?

Visitez la page Facebook du Mois de la poésie pour ne rien manquer!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here