Musée québécois de culture populaire : Du cirque à la politique

0
Publicité
Québec en crimes. Photo : A. Tremblay

Le Musée québécoise de culture populaire offre cet automne plusieurs expositions intéressantes où l’on passe du crime au cirque, en passant par la politique.

Plusieurs expositions occupent le Musée québécois de culture populaire et ce, pour toute la famille. Les plus jeunes se dirigeront vers Météores à bâbord qui explique astucieusement la complexité de l’espace ou encore vers L’Odyssée de Maeva, exposition interactive qui a le même but que le capitaine Charles Patenaude, soit de découvrir une nouvelle planète pour remplacer la Terre. Pour ceux qui sont des mordus d’histoire et de culture populaire, trois expositions valent le détour : Cirque Champagne de A à Z, Duplessis donne à sa province et Québec en crimes.

Cirque Champagne de A à Z

Cette exposition nouvelle de cet été présente 26 sculptures réalisées entre 1999 et 2012 par l’artiste Bruno Champagne. Originaire de Québec, il fait partie de la relève québécoise en art populaire. Ses sculptures, largement inspirées du cirque, sont intimement liées aux sujets actuels. Cette exposition est en fait une critique sociale de notre société habituée au «métro, boulot, dodo» et tente de montrer l’absurdité de plusieurs choses que l’on retrouve dans notre quotidien. Chaque lettre de l’alphabet a donc inspiré à Bruno Champagne une revendication sociale. Elle est présentée au Musée jusqu’au 23 juin 2013.

Duplessis donne à sa province

Pour plusieurs, le nom de Duplessis sonne comme une période sombre dans l’histoire du Québec. Effectivement, l’époque durant laquelle son parti politique a été au pouvoir se fait maintenant appeler la «Grande Noirceur». L’exposition ne tente pas de justifier ses actions, mais bien de montrer à quel point Maurice Duplessis a révolutionné le monde de la politique moderne. Cette exposition, particulièrement intéressante après avoir vécu les dernières élections, montre comment le marketing possède une force impressionnante dans l’univers de la politique depuis le passage de Duplessis.

L’exposition présente des affiches, des tasses et des casse-têtes à l’effigie du parti de Duplessis et qui étaient distribuées à la population. On y retrouve même un 33 tours de chansons en l’honneur de l’Union Nationale, montrant que le PQ n’a rien inventé au courant de sa dernière campagne.

Cette exposition, particulièrement intéressante après avoir vécu les dernières élections, montre comment le marketing pssède une force impressionnante dans l’univers de la politique depuis le passage de Duplessis.

On retrouve donc dans cette exposition surprenante les premières manifestations d’un marketing politique professionnel et la mise en marché soignée d’un homme politique important dans l’histoire du Québec. L’exposition sera présentée jusqu’au 13 janvier 2013.

Québec en crimes

Si un côté sordide ou curieux se cache en vous, vous serez comblés avec cette exposition. Ce ne sont pas tous les grands crimes du Québec qui s’y retrouvent, mais bien ceux qui ont eu un impact dans l’avancement de l’histoire légale. Présentant chaque cas avec une fiche informative sur les victimes, les suspects ainsi que leur peine lorsqu’accusés, l’exposition est visuellement très attrayante et contient même certaines armes du crime.

Ainsi, nous pouvons voir des objets retenus lors du cas d’Aurore l’enfant martyre, le bâton de Roch Thériault et les capes de l’Ordre du Temple solaire. Bref, c’est une exposition secouante que nous retrouvons au Musée québécoise de culture populaire et qui mérite d’être visitée avec attention. Elle sera encore au musée jusqu’au 12 janvier 2014.

Vous pouvez visiter le musée du mardi au dimanche de 10h à 17h, moyennant un tarif de 8$ pour les étudiants et 10$ pour les adultes.

Pour d’autres détails, les étudiants sont invités à consulter le site Internet du Musée à l’adresse suivante: www.culturepop.qc.ca

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici