On va se l’dire… : Ce fût une belle année

0

Par Philippe Doucet, journaliste

Les Patriotes hockey auront connu une belle saison 2012-2013. La première année de l’entraineur-chef Gilles Bouchard aura peut-être été surprenante, mais quand on côtoie l’homme un tant soit peu, on constate rapidement que son énergie est contagieuse. Et surtout, que sa passion du hockey est grande.

Gilles Bouchard et les Patriotes fondent une alliance nouvelle, mais on a déjà l’impression que le pilote est présent depuis toujours avec les Patriotes. Le formidable coup de barre qu’il a donné autour du programme hockey n’est pas demeuré caché aux yeux des habitués. Un nouveau vestiaire, une nouvelle mentalité, et beaucoup de fierté. Le «P» tatoué sur le cœur…  littéralement.

En début de saison, nous étions quelques-uns à croire que les Patriotes n’allaient pas connaitre leurs meilleurs jours. Qu’un vent de changement pouvait peut-être souffler sur la division Est des SUO, alors que McGill et Trois-Rivières, longtemps au sommet, s’apprêtaient à vivre une certaine reconstruction.  Mal nous en pris, puisque les Patriotes auront fait mentir tout au long de la saison. Ne rencontrant de l’adversité que face aux Ravens de Carleton.

Une saison qui, au final, aura permis de connaitre l’émergence de Tommy Tremblay et Billy Lacasse, la fougue de Christophe Losier et la hargne de Maxime Gravel. Et que dire de l’acquisition de mi-saison, Pierre-Olivier Morin. Des vétérans auront pris leur rôle au sérieux, on peut penser à Félix Petit et Olivier Donovan à l’avant. Alors qu’en défensive, Pierre-Luc Lessard, Emmanuel Boudreau et Maxime Robichaud auront sonné la charge à leur dernière saison. À la ligne bleue, l’éclosion d’un Raphaël Boudreau n’était certes pas attendue, alors qu’Olivier Hotte a répondu aux attentes, lui qui fut acquis l’an dernier, à mi-saison. Guillaume Nadeau et Marc-Antoine Gélinas auront fait la pluie et le beau temps devant le filet des Patriotes, et Mimar et Quévillon représentent de bonnes recrues qui connaitront assurément des belles années à Trois-Rivières.

Les Patriotes auront réussi, contre toutes attentes, à remporter la Coupe Queen’s, le Graal des SUO. En plus de finir en tête de la division Est, les Patriotes seront entrés au championnat canadien par la grande porte. Trois joueurs honorés sur la scène ontarienne, plus l’entraineur Gilles Bouchard ainsi que Lessard et Petit sur la scène canadienne. Un parcours qui coupe peut-être un peu trop court au championnat canadien, mais perdre aux mains de l’UNB n’est pas une disgrâce. Ce programme est probablement le meilleur au pays depuis quelques années déjà. Seule ombre au tableau, l’Université elle-même qui continue de cantonner ces athlètes au rang de simples utilisateurs-payeurs, tous sports confondus. Mais bon, ça c’est une autre histoire.

La domination des Maritimes

UNB avait donc rendez-vous avec St.Mary’s en finale du championnat canadien. Ces deux équipes auront inscrit leur nom sur la coupe à cinq reprises au cours des sept dernières années. Seuls les Redmen l’an dernier et les Golden Bears de l’Alberta en 2008 auront stoppé cette domination.

Je rêve du jour où on aura au Québec une division de hockey. Bishop et Sherbrooke pourraient peut-être joindre les rangs, ajoutons à cela Laval qui ne voudrait sûrement pas être en reste, et on aurait là une division québécoise à sept équipes, admettant qu’Ottawa et Carleton joueraient dans cette division, compte tenue de la situation géographique.

Mais le sport universitaire au Québec dépasse difficilement les frontières du PEPS et de la domination outrageuse du Rouge et Or. Même le sport étudiant en fait, au Québec, n’est pas en parfaite santé. La pente remonte doucement, mais «longue et ardue est la route qui, au sortir de l’enfer, nous mène vers la lumière», si je peux me permettre cette citation d’un film hollywoodien qui n’a rien à voir avec le sport.

Place au golf

Maintenant que la glace a fondu, les tertres de départ seront de plus en plus achalandés, et il faudra surveiller la performance des Patriotes golf au championnat canadien qui s’amorcera bientôt. Une deuxième participation en autant de saison, une première dans l’histoire de la formation, dois-je le rappeler?

Les tertres de golf sont aussi souvent le lieu de plusieurs résolutions de problèmes. Et en ce qui concerne les problèmes, on pourrait dire que l’administration de l’UQTR n’en manque pas depuis quelque temps. Mais je doute que la rectrice joue au golf, je doute même qu’elle lise ces lignes…  Mais bon, ça aussi c’est une autre histoire. La même que l’autre en fait.

Ce n’est pas ma dernière chronique, mais c’est la dernière qui portera sur les Patriotes hockey 2012-2013. J’ai bien aimé côtoyer cette équipe, et je vais me souvenir longtemps de cette saison. Je me demande d’ailleurs un peu de quoi je vais bien pouvoir vous parler dans les prochaines parutions. Un petit question-réponse avec Fitz? On verra!

Ne pensez pas que je vais bouder le golf, je vous prépare d’ailleurs un petit dossier là-dessus pour les prochaines éditions du Zone Campus, question de vous faire connaitre un peu mieux cette formation qu’on ne voit pas souvent…  Mais à quand un terrain de golf sur le campus? Non Nadia, c’est une blague…

Tout ça pour dire que les Patriotes ont connu une bonne saison, qu’ils ont remporté un match historique contre les Ravens de Carleton lors du troisième match de la finale de l’Est, et que leurs chandails sont trop grands…  Mais ça, vous le savez c’est une autre histoire…

Merci aux Patriotes pour cette saison, merci aux supporteurs présents aux matchs, merci à vous de commencer à y croire. Poussons toujours un peu plus pour que nos athlètes soient reconnus en tant que tel. Un jour, les Patriotes, toutes disciplines confondues, feront l’orgueil des trifluviennes et des trifluviens.

By the way, c’est UNB qui a gagné. 2-0.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici