Party de la rentrée: Du rock à l’état pur!

0
1265
Mononc’ Serge a enflammé le 1012 avec son rock décapant et son énergie contagieuse. Photo: Alexandra Carignan
Mononc’ Serge a enflammé le 1012 avec son rock décapant et son énergie contagieuse. Photo: Alexandra Carignan

Le 9 janvier dernier, l’AGE UQTR présentait son Party de la rentrée alors que la Chasse Galerie et le 1012 accueillaient respectivement Triple Rock et Mononc’ Serge avec les sportifs.

Depuis quelques années, l’AGE UQTR organise une soirée de spectacle au mois de janvier pour bien commencer la session d’hiver. Alors que l’année dernière était moitié rock et moitié dance avec The Matchup, M.T.L., The Options et Dany Fernandez, les organisateurs ont décidé de rocker notre mois de janvier en invitant Triple Rock et nul autre que Mononc’ Serge.

Triple Rock a fait chanter la Chasse Galerie en reprenant des chansons rock anglophones et francophones. Photo: A. Carignan
Triple Rock a fait chanter la Chasse Galerie en reprenant des chansons rock anglophones et francophones. Photo: A. Carignan

Les différents côtés du rock

La soirée a commencé à la Chasse Galerie avec le groupe Triple Rock qui se spécialise dans les covers de groupe rock, autant anglophones que francophones. Comme son nom le dit, la formation est constituée de trois musiciens, soit un batteur, un bassiste et un guitariste. Ces deux derniers alternaient d’ailleurs pour interpréter les chansons. C’est devant un public bien rempli que le groupe a enchainé les succès tels que Boys of Summer de The Ataris, The Middle de Jimmy Eat World, La Fin du monde de Xavier Caféïne et Deux par deux rassemblés de Pierre Lapointe.

Mononc’ Serge et son sport

Pour la deuxième partie de la soirée, les étudiants ont eu droit à un Mononc’ Serge déchainé au 1012. Dès 23h, il a pris place sur la scène avec ses sportifs, soit son  band de trois musiciens. Si certains gagnaient des calories en buvant de la bière, l’artiste s’est assuré de leur faire perdre en présentant un spectacle dynamique et très rock.

Il faut dire que dans un contexte de party de la rentrée, ce ne sont pas tous les artistes qui sont efficaces pour animer une foule de la sorte. Mononc’ Serge a été l’homme de la situation en interagissant fréquemment avec la foule et en remplissant le 1012 de musique rock et de plaisir. En l’honneur des jeux de Sotchi qui auront lieu en février prochain, Mononc’ Serge jouait devant un immense drapeau des Olympiques et partageait avec ses musiciens le typique uniforme d’activité physique des années 80’.

Le meilleur de Mononc’

Tout au long du spectacle, Mononc’ Serge avec les sportifs ont alterné les succès du célèbre chanteur québécois. Avec une discographie comptant dix albums, le choix ne manquait pas. Au grand plaisir des spectateurs, l’artiste a performé Le Blasphème, Saskatchewan, Fourrer, L’Âge de bière, Les Grosses torches acadiennes et Le Joual, durant laquelle le public s’en est donné à cœur joie pour accompagner le chanteur lors des refrains.

En l’honneur des jeux de Sotchi qui auront lieu en février prochain, Mononc’ Serge jouait devant un immense drapeau des Olympiques et partageait avec ses musiciens le typique uniforme d’activité physique des années 80’.

Même si son dernier album est acoustique, Mononc’ Serge a adapté ses dernières chansons pour leur donner un côté plus rock. Il a donc joué Paris keupon et son dernier extrait, tourné d’ailleurs en Mauricie, La Maladie du préjugé. Constant divertissement par ses interventions entre les chansons, il a même été jusqu’à inviter des étudiants sur la scène pour leur lancer des défis qu’ils devaient compléter durant ses chansons.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here