Passionnée de sports cherche explications: Pourquoi aller au gym?

0
811
bandeau-COOPSCO-final_01
Jessyca Marchand. Photo: Mathieu Plante
Jessyca Marchand. Photo: Mathieu Plante

Je me suis toujours posé la question à savoir pourquoi les gens s’entraînaient, et encore plus pourquoi ils le faisaient dans un gym. J’ai décidé d’aller voir par moi-même le Centre de l’activité physique et sportive (CAPS) de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) pour y trouver des réponses.

J’ai parfois été dans d’autres centres de remise en forme, et j’ai remarqué quelques scénarios que l’on voit souvent dans ces endroits. Les athlètes qui veulent à tout prix se dépasser, les gens qui veulent à nouveau pouvoir enfiler des vêtements trop petits, ou encore les cas typiques voulant montrer aux autres combien ils ou elles sont les plus en forme.

Des athlètes qui veulent à tout prix se dépasser, les gens qui veulent à nouveau pouvoir enfiler des vêtements trop petits, ou encore les cas typiques voulant montrer aux autres combien ils et elles sont les plus en forme.

Je suis donc partie à la recherche de ces stéréotypes au centre d’entraînement de l’université. Quelle ne fut pas ma surprise d’y rencontrer… plein de personnes âgées! Je l’avoue, je ne m’y attendais pas du tout. J’avais dans l’idée que le CAPS était réservé aux étudiant.e.s voulant se changer les idées entre deux cours ou se maintenir en forme. Évidemment, c’est aussi l’endroit où les joueur.se.s des Patriotes s’entraînent, mais je ne croyais pas que des personnes âgées venaient ici faire leurs exercices.

J’ai eu la chance de me promener un peu partout dans le centre d’entraînement, et je peux dire qu’il est assez fonctionnel, et ce, pour toutes sortes de personnes. Piste d’athlétisme, piscine, terrains pour les sports de raquette, machines d’entraînement, sections pour le cardio, les poids et les haltères: tout y est.

On m’a même dit que des personnes avec des déficiences physiques venaient essayer les machines de temps à autre. Étant dans cette condition, je me suis demandé comment les autres personnes réagissaient quand elles voyaient à côté d’eux quelqu’un avec un handicap s’entraîner? La réponse est simple: ça les motive! Il est toujours intéressant de voir des gens qui essaient de se dépasser autant qu’eux et elles, peu importe le handicap.

Un respect que l’on ne voit pas souvent ailleurs

L’ambiance est complètement différente au CAPS qu’à un autre centre. Je ne suis peut-être pas la meilleure juge pour le dire, et il est vrai que j’y suis allée un matin de semaine, mais le climat était calme, posé, et surtout respectueux. J’étais une fille qui posait des questions en se promenant d’un endroit à un autre, mais jamais personne n’est venu me dire que je n’y avais pas ma place. Aucun regard étrange de la part de quelqu’un qui s’entraîne sans vouloir se faire déranger, ou encore de sportif.ve en quête de visibilité. Rien que des étudiant.e.s, des personnes du troisième âge, et d’autres qui voulaient seulement faire leurs exercices tranquillement.

Quand je repense à l’époque où je m’entraînais, je me dis que j’avais du courage de me lever de ma chaise (pardonnez mon jeu de mots) et d’aller souffrir pendant des heures.

J’ai eu la chance d’avoir une visite guidée de l’ensemble des installations, et un petit cours sur les règles à respecter. Également, en discutant avec mon guide de la journée, il m’a suggéré l’idée que le niveau d’éducation moyen de leur clientèle était sans surprise l’université. Je ne veux pas faire de généralités, mais les étudiant.e.s universitaires sont la plupart du temps plus éduqué.e.s et respectueux.ses des autres que les élèves du secondaire, par exemple. Encore une fois, je n’y suis allée qu’une seule fois, et je n’avais pas l’air de quelqu’un prête à courir un marathon.

Des motifs différents

J’en reviens à ma question de départ: pourquoi les gens s’entraînent-ils dans un gym? Les machines sont plus performantes que les objets que l’on a la plupart du temps à la maison, mais pourquoi payer afin d’avoir mal partout le lendemain? Quelles sont les motivations de chacun.e? La perte de poids, la diminution du stress, l’entraînement pour un sport?

À tou.te.s les sportif.ve.s et personnes qui s’entraînent, je vous lève mon chapeau, surtout si vous le faites pour les bonnes raisons.

Pendant des années, j’ai été parmi ces personnes, à repousser mes limites plusieurs fois par semaine pour tenter d’atteindre des objectifs parfois irréalisables. Quand je repense à cette époque, je me dis que j’avais du courage de me lever de ma chaise (pardonnez mon jeu de mots) et d’aller souffrir pendant des heures. Pourtant, la satisfaction une fois l’entraînement accompli, c’était divin. Est-ce le cas pour tout le monde? Est-ce qu’en allant soulever quelques poids et courir sur un tapis roulant, vous ressortez l’esprit en paix? J’espère pour vous que la réponse est oui, sinon, le tricot est aussi une bonne méthode pour baisser la pression!

À tou.te.s les fameux.ses sportif.ve.s et personnes qui s’entraînent, je vous lève mon chapeau, surtout si vous le faites pour les bonnes raisons. L’apparence n’est pas la seule chose qui devrait motiver les gens à faire de l’exercice, cela vient en bonus. Cette chronique n’a pas pour but de vous inciter à vous inscrire au CAPS ou dans un autre centre sportif, mais à mentionner que si jamais l’envie vous prend, il y a des endroits qui existent pour le faire et des personnes pour vous aider dans votre parcours. Cette visite a été agréable et j’y retournerai sûrement. On ne sait jamais, je pourrais peut-être avoir la piqûre moi aussi et m’entraîner pour participer à un concours d’haltérophilie!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here