Patriotes – Hockey : Maintenir le cap malgré une fausse note

0
26
LUITR-2019_A2019.png
patriotes hockey
Le gardien Sébastien Auger, partant vendredi et samedi, a connu deux bonnes sorties, récoltant respectivement la première et deuxième étoile du match. Crédit photo : Patriotes de l’UQTR (Patriotes)

Une semaine après que les Voyageurs de Laurentian (3-7) soient venus se faire balayer par nos Patriotes (8-3) au Colisée de Trois-Rivières, c’était au tour des Gaels de Queen’s (4-7) de venir mettre au défi les récents succès de notre formation trifluvienne. Un peu comme la semaine dernière, les deux parties étaient disputées en moins de vingt-quatre heures. Encore ce week-end, les Patriotes ont joué deux fois ; par contre, cette fois, ils ont dû partager le gâteau des victoires avec leurs opposants en deux parts presque égales.

Une lutte à finir vendredi soir

Lors du premier des deux affrontements, les deux équipes se sont livré une bonne vieille et chaude lutte. Le score final de 5-2 en faveur de la troupe de Marc-Étienne Hubert témoigne mal de l’ensemble du match. Après deux périodes, l’écart entre les deux formations n’était que d’un but et tout était encore possible.

C’est finalement Jordan Martel qui aura été le seul à inscrire son équipe au compteur au troisième tiers. Il l’a d’ailleurs fait à deux reprises. Lors des deux premières périodes, ce sont Félix Boivin, Olivier Garneau et Christophe Boivin qui ont fait scintiller la lumière rouge pour nos Patriotes.

Durant la totalité des soixante minutes de jeu, malgré l’effort infatigable des Gaels qui réduisaient constamment l’écart, les Patriotes n’auront jamais tiré de l’arrière, s’assurant ainsi d’avoir toujours les deux mains sur le volant de la partie, au tableau d’affichage, du moins.

Au niveau des lancers au but, même chose. Les deux équipes auront pratiquement fusillé le même nombre de fois la cage adverse. À la fin de la rencontre, les visiteurs avaient décoché 30 tirs alors que nos locaux, pour leur part, avaient envoyé le disque à 29 reprises vers le cerbère Luke Richardson. Son opposant, pour sa part, le vétéran Sébastien Auger, inébranlable défendeur de la cage trifluvienne aura donc repoussé 28 des 30 tirs dirigés vers lui.

Cette brillante performance devant le filet aura finalement été couronnée, en fin de soirée, par la première étoile de la rencontre. Questionné par rapport à cet honneur devenu presque usuel pour lui, Auger a troqué son masque orange et vert pour celui de l’humilité, mentionnant que c’était d’abord et avant tout un effort collectif qui se sera répercuté agréablement dans un honneur individuel. 

Passé sous silence, l’auteur du but victorieux lors du deuxième engagement, Christophe Boivin, s’est montré un peu plus volubile, mais tout aussi humble : «C’est une victoire d’équipe où tout le monde a contribué! On avait un beau défi en affrontant Queen’s et on était prêt à performer ce soir!»

Le récipiendaire de la troisième étoile du match ne pouvait pas mieux dire. Les Gales de Queen’s représentaient un défi plus notable que les Voyageurs qui eux, justement, auront passé comme des touristes au Colisée. Les Patriotes étaient prêts, ils ont vaincu le premier assaut. Pouvaient-ils en faire autant samedi après-midi? Rien n’était moins sûr.

«C’est une victoire d’équipe où tout le monde a contribué! On avait un beau défi en affrontant Queen’s et on était prêt à performer ce soir!»

Christophe Boivin, auteur du but victorieux vendredi soir

À force de jouer chaudement, l’on finit par se brûler

Un peu à l’image de la veille, la partie de samedi a, elle aussi, été ardemment disputée. Aucune des deux équipes ne voulait céder l’espace supplémentaire qui permettrait à l’adversaire d’en tirer profit ou l’erreur fatale, qui, elle, pourrait mener à un but.

Encore une fois donc, les deux équipes ont joué du coude sur la patinoire du vieux Colisée. Après vingt minutes de jeu, chacune des formations avait inscrit un but et le score était de 1-1. Olivier Garneau, par l’entremise de Samuel Hould et de Mathieu Boucher, a été l’auteur de ce premier but trifluvien.

Le second tiers, en termes de score, s’est avéré être une copie conforme de la précédente. Encore une fois, Gaels et Patriotes se sont échangés un but. Cette fois, c’était au tour du défenseur Loik Léveillé de le faire pour les locaux.

Dans la vie, un bon vieux dicton veut que «jamais deux sans trois». Cette maxime s’appliquait praticulièrement bien au match de samedi puisque, encore une fois, lors du troisième tiers, les deux gardiens ont cédé une fois chacun. Cette fois, c’est Jordan Martel qui aura trompé la vigilance de Richardson, le gardien visiteur. C’est donc sur par la marque de 3-3 que les soixante minutes régulières auront pris fin. 

En prolongation, c’est malheureusement la formation de Queen’s qui a dénoué l’impasse du score en premier. Eric Margo, après un peu plus de cinq minutes, a déjoué Sébasien Auger qui, malgré tout, aura connu un autre excellent match, récoltant la deuxième étoile du match et repoussant 34 des 38 lancers dirigés vers lui. Richardson, son opposant a pour sa part été mis à l’épreuve à 33 reprises par la troupe de Marc-Étienne Hubert.

Les Patriotes se sont donc malheureusement inclinés par la marque de 4-3 et ont ainsi subi le quatrième revers de leur campagne (9-2-1-1). Après ce double affrontement, les Patriotes tiennent tout de même le cap au second rang de la division est du classement, à quatre points de la tête (Carleton), tout en ayant un match en main sur elle. 

Disons que ça augure bien et qu’ils tiennent le cap, malgré la fausse note de ce samedi.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here