Plein potentiel: Atteindre l’état de flow

0
francis lapointe plein potentiel chronique
Crédit: Sarah Gardner

L’état de flow (ou la zone) est un concept ayant été défini par le psychologue Hongrois Mihaly Csikszentmihalyi dans les années 70. Il définit le flow comme étant «un état d’activation optimale dans lequel le sujet est complètement immergé dans l’activité». Les athlètes vont souvent tenter d’entrer dans un tel état puisque celui-ci favoriserait «la réalisation d’une haute performance». 

Lors de son passage à mon podcast, l’athlète de Tae-Kwon-Do Viviane Tranquille m’a parlé de cet état optimal (pour voir l’épisode complet, c’est par ici). Elle mentionnait : «Les matchs que je performe le mieux, ce sont les matchs que j’ai l’impression d’être juste dans ma bulle. Je n’entends plus les sons, les encouragements (…) tu vois ça au ralenti, le combat. Tu entends juste la voix de ton coach qui te donne les directives.»

Elle conclut en disant : «Quand tu es dans la zone, tu fais juste « faire » et tout fonctionne, mais tu ne comprends pas pourquoi». Voici ce qu’est le flow. Un état de concentration optimal où tout semble facile et se faire naturellement.

«Quand tu es dans la zone, tu fais juste « faire » et tout fonctionne, mais tu ne comprends pas pourquoi.»

Mettre en place les bonnes conditions

Certaines conditions peuvent favoriser l’état de flow. Cependant, il est important de comprendre que, bien que les éléments que j’énumérerai favorisent l’atteinte de cet état, nous n’avons jamais totalement le contrôle sur le flow. En effet, même lorsque nous tentons de mettre en place des conditions optimales, il semblerait que celui-ci soit incontrôlable et vécu de manière ponctuelle et irrégulière.

Voici quelques trucs qui pourraient malgré tout vous aider à entrer dans le flow :

  • Limiter les distractions : Le flow est un état fragile. Il est relativement difficile d’entrer dans cet état, mais plutôt facile d’en sortir. Pour être en mesure d’entrer et de maintenir le flow, il est essentiel de limiter les distractions et de favoriser une concentration optimale.

Le flow est un état fragile.

  • Travailler sa concentration : Ce deuxième truc entre en complémentarité avec le précédent. Pour limiter les distractions, il est parfois nécessaire d’améliorer nos compétences de concentration. Durant un match ou une compétition, les distractions peuvent être nombreuses et il n’est pas toujours possible de simplement les retirer du milieu. On peut penser au public, aux arbitres, aux juges, à nos propres pensées et émotions ou les paroles d’un ou une adversaire qui tente de nous faire sortir de notre bulle. Quelques moyens existent pour développer vos habiletés de concentration tels que la méditation ou encore certains exercices tel que celui que je vous présente dans cette vidéo.

Pour entrer dans l’état de flow, la tâche doit être difficile mais réalisable.

  • Une tâche difficile, mais réalisable : Pour entrer dans l’état de flow, la tâche en cours doit être suffisamment difficile (afin de favoriser le développement de nouvelles compétences), mais réalisable (pour pouvoir utiliser les ressources déjà acquises). Autrement dit, il est nécessaire d’avoir un niveau de défi élevé de même que des compétences perçues élevées. Si le défi est trop facile, tu risques de t’ennuyer, d’être apathique ou trop détendu (voir figure plus bas). D’un autre côté, si le défi est trop difficile et que tu n’as pas les compétences pour le réaliser, tu vivras des préoccupations ou de l’anxiété et le flow ne sera pas atteint dans ces conditions.
Représentation graphique du flow
Graphique illustrant la relation entre le niveau de défi et les compétences perçues.
Crédit : https://se-realiser.com/le-flow/
  • Avoir un objectif clair et être motivéE intrinsèquement par celui-ci : Le fait de savoir exactement où tu t’en vas peut favoriser l’état de flow. Des objectifs forts (à court et long terme) et bien formulés permettront de te fournir une bonne source de motivation. Assure-toi aussi que tu fais les choses pour toi et non pour ton entourage ou encore dans le simple but de gagner. La motivation intrinsèque est reliée à des valeurs, à un besoin d’accomplissement, un sentiment de bien-être ou de plaisir. Lorsque ta motivation est intrinsèque, tu aimes autant le processus que le résultat. Ce type de motivation te permettra de continuer dans les moments plus difficiles et d’affronter les obstacles que tu rencontreras sur ton chemin.
  • Obtenir un feedback sur nos actions : Durant tes entrainements ou en compétition, il est préférable d’avoir un feedback régulier relativement à tes performances. Autrement dit, tu devrais être en mesure de déterminer si tu effectues une bonne performance en fonction de tes objectifs. Si ce n’est pas le cas, cela te permettra de modifier tes actions dans le but de mieux performer.

Pour en apprendre encore plus sur le flow, je vous invite à consulter les livres de Mihaly Csikszentmihalyi ou à regarder cette vidéo de David Laroche.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here