Plein potentiel : c’est l’intention qui compte

0
35
LUITR-2019_A2019.png
Crédit photo : F. Lapointe

L’intention est définie comme une disposition d’esprit par laquelle on se propose délibérément un but. En ce sens, nous pouvons en comprendre que l’intention est le « pourquoi » derrière une action lorsque celle-ci est faite de manière délibérée et consciente. Aujourd’hui, j’ai le goût de vous parler de l’importance de l’intention en vous partageant un peu de mon quotidien.

Planifier c’est bien…

Je suis quelqu’un qui a tendance à beaucoup planifier. Quand j’ai trop de choses dans la tête, je me mets à angoisser et j’ai peur de manquer de temps pour tout faire. Pour contrer ce stress, j’écris tout ce que je dois faire. Chaque moment de ma journée est stratégiquement organisé, ce qui n’est pas mal en soi.

En me levant, je fais généralement mon yoga, car ça diminue mes tensions musculaires et ça me permet de débuter la journée de façon zen… théoriquement. On y reviendra plus loin. Par la suite, je sais qu’il est préférable de faire la tâche qui nous motive le moins en début de journée, alors je débute généralement par la rédaction de ma thèse. Par la suite, puisque je sais que j’ai tendance à être moins productif l’après-midi, je m’organise pour faire des choses que j’aime davantage et pour réaliser des tâches qui font appel à ma créativité (rencontrer des clients, enregistrer et monter mes podcasts, écrire mes chroniques, etc.). Il parait que plus la journée avance, plus on devient créatif. Le réalisateur et musicien Jessy Fuchs m’a d’ailleurs déjà dit que c’est vers 1 ou 2 heures du matin qu’il atteint un sommet de créativité. Finalement, la soirée est le moment où je vais faire de l’escalade, un entrainement ou simplement relaxer chez moi. L’escalade et l’entrainement sont probablement les choses que je risque le moins de remettre à une autre journée (parce que j’adore ça) alors mieux vaut terminer avec ça.

Ma journée est généralement plutôt bien planifiée, mais cette surplanification engendre parfois un penchant négatif.

…Mais agir avec intention c’est mieux

En résumé, ma journée est généralement plutôt bien planifiée, mais cette surplanification engendre parfois un penchant négatif. J’oublie parfois pourquoi je fais ce que j’ai à faire. Je le fais parce que c’est écrit dans mon agenda puis lorsque j’ai terminé, je passe au prochain point. J’exécute une succession de tâches comme un vrai petit robot.

Autrement dit, j’en oublie l’intention, le but. Pourquoi suis-je en train de faire ce que je fais ? À quoi ça me sert ? Plus tôt dans ce texte, je parlais de yoga. Comme je le mentionnais, le yoga devrait normalement me relaxer et  me permettre de me recentrer, mais ça devient parfois un automatisme. Une simple tâche que je me dis que je dois faire. Donc, je la fais vite puis je passe au prochain point.

L’intention est un aspect important dans le domaine du yoga et de la méditation, car ça permet d’être davantage dans le moment présent (un aspect fort important pour ces activités). L’intention est comparable à un petit objectif que tu te fixes et ce n’est pas utile seulement pour les yogis et moines de ce monde. En entrainement, dans le sport ou même dans le cadre de votre travail, le fait de te trouver une intention avant de débuter peut permettre de faire ce que tu dois faire avec plus de conscience.

Le fait de te fixer une intention plus puissante qui est reliée à tes objectifs et tes valeurs aura un effet beaucoup plus grand.

Des exemples d’intention

Voici quelques exemples d’intention adaptée à l’entrainement physique, le sport et le travail (ou les études) :

  • En entrainement physique :

« Me concentrer sur mes mouvements »

« Prioriser la bonne exécution plutôt que la force »

« Mettre de côté mon égo »

  • Dans le sport :

« Me concentrer sur ce que je fais dans le moment présent »

« Pratiquer dans une optique d’apprentissage »

  • Au travail ou à l’école

« Me ramener à ma respiration dès que je pense à autre chose »

« Ne pas chercher la perfection »

Tout ça pour dire que faire ce qu’on a faire sans trop savoir pourquoi on le fait, ça enlève un peu le but de la chose. Aller t’entrainer juste pour pouvoir le cocher sur ta liste de choses à faire, ce n’est pas la meilleure motivation pour faire un bon entrainement. Planifier, c’est bien, mais ralentir et se demander pourquoi on le fait, c’est encore mieux. Ceci étant dit, même lorsque tu fais quelque chose dans le seul but de le cocher sur ta checklist,  il s’agit malgré tout d’une intention. Par contre, le fait de te fixer une intention plus puissante qui est reliée à tes objectifs et tes valeurs aura un effet beaucoup plus grand.

Et comme on le dit si bien quand on donne ou reçoit un cadeau : c’est l’intention qui compte. Je tenterai de m’en souvenir lorsque je réaliserai ma liste de tâches pour la journée.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here