Plusieurs décisions importantes ont été prises : Une Assemblée générale chargée pour l’AGE UQTR

0
Photo : D. Janvier

Gouvernance universitaire, hausse des frais de scolarité, frais institutionnels obligatoires (FIO) et stationnement étaient à l’ordre du jour de l’Assemblée générale annuelle de l’AGE UQTR qui se tenait au 1012 Nérée-Beauchemin le 28 septembre dernier. L’Assemblée, qui a débuté avec une heure de retard, le temps d’avoir le quorum, a duré près de quatre heures.

Positions

Il a d’abord été question de la gouvernance des universités. Le président de l’AGE, M. Hugo Mailhot Couture,  a présenté le projet de loi 38, présentement tabletté, qui vise à inclure plus de gens de l’externe et du privé sur les conseils d’administration universitaires. «L’ensemble des acteurs du milieu de l’éducation s’oppose au projet», explique-t-il. «Les syndicats des professeurs et des chargés de cours, même la Conférence des Recteurs et des Principaux des Universités du Québec (CRÉPUQ) ont pris position contre le projet de loi», rappelle M. Mailhot Couture.

L’Assemblée Générale des Étudiants a donc pris une position «contre toute loi modifiant la gouvernance des universités avant la tenue d’états généraux sur l’éducation». Ce libellé n’est pas sans rappeler la position de l’AGE sur la hausse des frais de scolarité, qui est, rappelons-le, contre toute modification apportée aux frais de scolarité avant la tenue d’états généraux sur l’éducation.

Ensuite, les actions contre la hausse des frais de scolarité ont justement été amenées sur la table. Après une plénière de vingt minutes sur le sujet, il a été décidé que l’AGE soit présente à la manifestation régionale qui se tenait le 4 octobre dernier (voir autre article pour les détails) et à la manifestation nationale qui aura lieu à Montréal le 10 novembre. De nombreuses actions ont par la suite été proposées, dont une plutôt farfelue provenant d’étudiants en ingénierie. Il a été suggéré de payer les frais de scolarité avec des sous noirs, non roulés, lors de la date limite de paiement.

Néanmoins, une seule proposition est passée à majorité : celle de la tenue d’une Assemblée générale spéciale (AGS) dans les prochaines semaines afin de tenir un vote de grève pour participer à la manifestation nationale du 10 novembre. Ladite AGS aura eu lieu lorsque ces lignes paraîtront, puisque la date est maintenant connue : le 13 octobre.

Le troisième point décisionnel pour l’Assemblée était le cas des frais institutionnels obligatoires (FIO). Comme plusieurs d’entre vous le savent peut-être déjà, l’Université avait outrepassé la limite légale qu’elle pouvait faire payer aux étudiants en FIO pour les sessions d’été 2008, 2009 et 2010. Il fallait donc que l’UQTR s’entende avec l’AGE pour décider ce qui serait fait avec ces trop-perçus. L’Administration avait déjà fait quelques propositions : augmenter le budget du Service aux étudiants (SAE) dédié aux activités étudiantes, participer financièrement aux rénovations de la Chasse-Galerie, etc. Toutefois, chacune des offres de l’UQTR contenait la phrase : «L’AGE UQTR accepte rétroactivement les FIO chargés en trop aux étudiants.» C’était le grain de sable dans l’engrenage.

Les étudiants n’étaient pas prêts à avaliser cette illégalité, et ont plutôt choisi cette position : «L’AGE UQTR exige le remboursement des étudiants lésés par les hausses des FIO, tout en refusant de cautionner ces hausses.» L’Assemblée générale a même décidé d’appuyer un recours collectif provenant des étudiants, afin que ceux-ci puissent ravoir leur argent si l’UQTR n’était pas d’accord avec la première résolution. Finalement, les étudiants ont voté en faveur du retour du budget du SAE à soixante mille dollars, plutôt que de l’amener à trente-cinq mille dollars, comme il était proposé par l’UQTR en cas de refus par l’AGE d’avaliser les hausses. Reste à voir si tout cela leur sera accordé, rien n’est moins sûr.

Photo : D. Janvier

Alors que la moitié de la salle avait quitté, il restait le fameux point du stationnement à débattre. Hugo Mailhot Couture a expliqué la situation aux étudiants, et il a fait part des principales revendications de l’AGE au comité de stationnement. L’Assemblée générale a choisi d’appuyer quatre positions. Premièrement, les étudiants souhaitent que la priorité des stationnements leur soit donnée (malgré les conventions collectives des professeurs et autres membres du personnel), puisque sans étudiants, il n’y aurait pas d’université. Plus encore, ils veulent que la priorité soit donnée aux étudiants qui covoiturent et à ceux habitant à l’extérieur de Trois-Rivières. Ensuite, il a été proposé de donner au moins une vignette par appartement, pour les étudiants des résidences.

À ce moment, il était près de cinq heures, la levée de cours tirait à sa fin et le quorum a été perdu. Certaines personnes dans la salle sont allées chercher des gens à la Chasse-Galerie afin de terminer l’Assemblée. Le processus était douteux, les gens étaient fatigués et le tout s’est terminé un peu dans le chaos.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici