PRNDS: Le Québec, deuxième plus gros acheteur de véhicule neuf au Canada

0

Selon Statistique Canada, un total de 1 620 577 véhicules neufs, de toutes catégories, ont trouvé preneurs au pays, en 2011. Cela représente plus de 54 milliards de dollars en profit brut pour les constructeurs. Fait intéressant, 413 545 véhicules ont été vendus au Québec, donc plus d’un sur quatre. C’est énorme! Et je peux vous garantir que ce nombre a augmenté en 2012 et 2013.

Des autres provinces, c’est l’Ontario qui arrive au premier rang, avec 600 668 unités, pour 37% des parts de marché. L’Alberta ravit le bronze avec 224 147 unités, pour 14%. C’est l’Ile-du-Prince-Édouard qui arrive bonne dernière avec 5 795 unités, soit 0,4%. Ce n’est pas surprenant, puisqu’il s’agit, et de loin, de la province la moins peuplée.

D’ailleurs, si l’on se fie au ratio de ventes par habitant, c’est l’Alberta qui mène avec un véhicule vendu par 16 habitants. Le Québec arrive ex æquo avec le Nouveau-Brunswick en troisième position. C’est donc un Québécois sur 19 qui s’est porté acquéreur d’un véhicule neuf, en 2011.

Cela révèle plusieurs faits intéressants. D’abord, les compagnies automobiles font de l’argent de façon excessive. Ensuite, il y aura bientôt deux millions de voitures de plus chaque année sur les routes canadiennes. Et finalement, notre véhicule est, en général, LA plus grosse dépense de notre vie.

Effectivement, puisque l’achat d’une maison s’avère être généralement un investissement. Les rénovations et les ajouts effectués tendent à bonifier la valeur de la maison/condo/manoir/penthouse. Une voiture sera une catastrophe en investissement. Il y a des exceptions pour les voitures de collection, mais habituellement, dès que vous signez, vous venez de lancer des milliers de dollars dans les airs.

Le taux de dépréciation moyen d’une voiture est d’environ 50% sur trois ans. Donc, votre véhicule de 30 000$ ne vaut plus que 15 000$ après trois printemps (j’aurais pu écrire «après trois années», mais je trouve cela plus poétique…).

Attention, ce n’est pas tout! Il faut aussi calculer les «dommages collatéraux», communément appelés les couts d’utilisation annuels.

Les couts relatifs au véhicule se répartissent en deux catégories:

1. Couts de fonctionnement: Il s’agit de couts variables pouvant fluctuer selon l’endroit où vous habitez, la façon dont vous conduisez, la distance parcourue et le montant dépensé pour l’entretien et les réparations.

2. Couts de propriété: Il s’agit des couts fixes, c’est-à-dire ceux qui ne varient habituellement pas d’un mois à l’autre. Cela peut comprendre les assurances, le permis de conduire, l’immatriculation, les taxes, le cout de financement et la dépréciation. Les couts fixes peuvent varier d’un véhicule à l’autre et d’un endroit à l’autre, mais la distance parcourue et la façon de conduire ont peu d’effet sur eux.

Des exemples figurent sur le site Internet de CAA sur les couts d’utilisation annuels d’une Honda Civic, d’une Toyota Camry et d’un Chevrolet Equinox. Le tout est proportionnel au kilométrage parcouru: entre 12 000 km et 32 000 km. Donc, une Civic vous coutera annuellement de 8 000$ à 12 000$. Une Camry, de 9 000$ à 13 500$. Un Equinox, de 10 500$ à 15 000$. CHAQUE ANNÉE! Les trois véhicules sont munis de moteur à quatre cylindres, il faut donc multiplier les couts en essence dès qu’on parle de V6 ou pire, de V8!

Il n’y a pas à dire, l’automobile est une énorme dépense dont plusieurs n’ont pas le luxe de se priver. Voici quelques astuces pour réduire les dépenses:

1. Conservez votre voiture le plus longtemps possible. C’est le changement de voiture qui coute cher! Assurez-vous donc de faire le bon choix dès le départ.

2. Achetez une voiture usagée de trois ans. Elle affichera un prix 50% moins cher (en moyenne). Il faut cependant s’assurer d’avoir un véhicule fiable. Tel que dit dans un précédent article, une voiture amusante à conduire n’est pas toujours synonyme de fiabilité, malheureusement.

3. L’essence est une dépense fastidieuse. Évitez cependant les hybrides, elles sont encore beaucoup trop chères et prendront généralement neuf ans avant d’être rentabilisées. Les voitures à motorisations Diesel sont ce qui se fait de mieux! J’ai essayé une Jetta Diesel récemment et, en roulant sur l’autoroute, elle affichait 1 200 km avant le prochain plein.

4. Lisez mes articles et venez me demander conseil.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here