Profil de Patriote : Jean-Sébastien Breton, la confiance du vétéran

1
Breton (numéro 19) en est à sa dernière saison chez les Patriotes. Photo : D. Janvier

Au fil des ans, au sein des Patriotes, non seulement au hockey, plusieurs sportifs ont laissé une trace importante de leur passage en ayant établi des records, en étant couronnés champions ou encore, ce sont leurs qualités sportives qui les cristallisent dans le temps. Après les prochaines séries éliminatoires, après cinq années passées dans l’organisation sportive de l’UQTR, Jean-Sébastien Breton fera partie des joueurs dont on se souviendra pour ses qualités de marqueur, de passeur, de ses montées à l’emporte-pièce et de sa créativité en attaque. Une brève rencontre a eu lieu où le vétéran a répondu aux questions de Zone Campus.

Les études et le sport

D’abord questionné sur la période pré-Patriotes, l’attaquant de 24 ans originaire de Pincourt a joué une demi-saison pour les Foreurs de Val D’Or dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. À propos de cette expérience, il s’est dit conscient de l’importance des études dans son cheminement scolaire et sportif : «J’étais en sport-études au secondaire jusqu’au moment d’atteindre le junior AAA. Éventuellement, j’ai été appelé pour jouer à Val-D’or (LHJMQ) après le temps des Fêtes quand j’avais 17 ans. Il n’y avait pas mon programme d’études au cégep, j’étais en arts et lettres. Ça a toujours été important les études, pas seulement le hockey.»

Le besoin de se surpasser

Maintenant à la maîtrise en communication sociale, celui qui fait un essai portant sur les indicateurs de performance dans les équipes à travers le pep talk montre un enthousiasme, un besoin du sentiment de compétence et de se surpasser hors du commun. En lien avec le futur, après son passage avec les Patriotes, il dit avoir beaucoup d’ambitions : «J’ai besoin de défis personnels, avec le hockey j’ai un rush, j’ai l’adrénaline. Il va falloir que je remplace l’adrénaline sportive par autre chose. Avec les gars de la maîtrise, on pense se partir une boîte de communication. Pour le hockey, ça va être les ligues de garage, sinon peut-être en Europe, mais c’est vraiment pas la première option.»

La confiance

Durant les cinq années passées à Trois-Rivières, Breton a connu le succès avec une équipe performante. À ce sujet, il affirme : «On a pas mal toujours été en tête de classement, on finit dans les premières positions. Il y a deux ans, on a été au championnat canadien. On vise encore le plus haut possible pour les séries.» Pour ce qui est de ses coéquipiers et de la chimie au sein de sa ligne d’attaque, il dit : «avec Alexandre Demers et Pierre-Alexandre Joncas, on a trois styles de jeu similaires, on a de l’expérience, on ne se casse pas la tête, on travaille dans les coins, on n’essaye pas de gros jeux pour rien.»

«J’ai besoin de défis personnels, avec le hockey j’ai un rush, j’ai l’adrénaline.» – Jean-Sébastien Breton

Ces paroles de Breton corroborent ce que disait Jacques Laporte il y a quelques semaines, à propos de la confiance acquise des joueurs de son équipe depuis le début de la saison. Le numéro 19, qui terminera sa dernière saison pour l’UQTR dans quelques semaines, a assurément espoir de remporter les grands honneurs, ce qui couronnerait parfaitement un passage remarquable dans la formation trifluvienne.

1 commentaire

  1. Félicitations Jean-Sébastien,

    Quel beau cheminement. À la fin de la saison 2012 tu pourras dire mission accomplie pour ton sport-études, quelle belle réussite, André et moi sommes fiers de toi.

    Amitiés xxx

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici