La p’tite vite: «Queerbaiting» à Occupation Double?

0
122113748_3355139044523331_6316814312961007221_o.png
La p'tite vite!
Crédit image: Sarah Gardner

Je reviens encore à la charge avec un sujet de chronique inspiré d’Occupation double. Dans les dernières semaines, il y a eu la première date entre deux personnes du même sexe dans l’émission, soit deux filles, Marjorie et Cintia.

Plusieurs personnes ont trouvé que cela était du queerbaiting pur et simple de la part de la production. Ce concept, qui prend de plus en plus de place, reflète l’importance d’une discussion sur les différentes représentations de la communauté LGBTQ+ dans les médias, en particulier les films et les séries télévisuelles.

C’est quoi, le queerbaiting?

Faute de mot existant en français, le queerbaiting peut être littéralement traduit comme un «appât à queer». Cette pratique vise à attirer un auditoire LGBTQ+ pour que celui-ci s’intéresse à leur produit télévisuel, cinématographique ou autre. Dans son mémoire sur le sujet par rapport à l’émission de la BBC Sherlock, Judith Fathallah explique que cela est fait à l’aide «d’allusions, des blagues et des symboles homoérotiques suggérant une relation non hétérosexuelle entre deux personnages, qui est par la suite réfutée et dénigrée».

[Le queerbaiting] vise à attirer un auditoire LGBTQ+ pour que celui-ci s’intéresse à leur produit télévisuel.

-Judith Fathallah

Ainsi, le terme a surtout été popularisé à l’aide d’Internet dans les communautés de fans (ou fandoms) pour qualifier cette intention des producteurs de garder les auditoires plus conservateurs, tout en ayant l’approbation de la communauté LGBTQ+. Les séries populaires visées plus particulièrement par ces critiques sont Sherlock, Supernatural, Riverdale ou encore Once Upon a Time. De même, une partie de la communauté LGBTQ+ voit même cela comme une sorte d’homophobie, puisque le queerbaiting fait fi d’une représentation réaliste et pertinente des relations entre personnes appartenant à la communauté LGBTQ+.

Ainsi, dans le cas de Marjorie et Cintia, la production d’Occupation double avait réussi à augmenter les attentes de son auditoire pour cette première date, pour finalement s’apercevoir que celle-ci ressemblait plutôt à une rencontre entre deux amies. Dans ce contexte précis et selon la définition précédente, cette date peut être qualifiée de queerbaiting.

Une question de subjectivité

Il est cependant difficile de bien définir ce qu’est le queerbaiting, puisque cela revient à l’interprétation de l’auditoire. C’est entre autres pour cette raison que peu de littérature scientifique existe sur le sujet.

De ce fait, même s’il est possible de voir le queerbaiting comme une manière de faire des profits tout en faisant de fausses promesses de représentations LGBTQ+, il y a une autre vision du phénomène voyant plutôt cela comme un pas vers l’avant.

Il est cependant difficile de bien définir ce qu’est le queerbaiting, puisque cela revient à l’interprétation de l’auditoire.

En effet, Eve Ng, professeure sur les médias et études féministes et de genre à l’Université de l’Ohio, explique dans un article de la BBC que c’est principalement le fait que les représentations LGBTQ+ sont de plus en plus présentes qu’il devient possible d’accuser les producteurs de queerbaiting. Il n’aurait effectivement jamais été possible de faire ces mêmes accusations il y a une trentaine d’années.

Aussi, elle croit qu’il y a une sorte d’incompatibilité entre ce que la communauté LGBTQ+ veut voir comme représentations et ce que la culture populaire leur offre, puisqu’il y a encore du chemin à faire. Ainsi, maintenant qu’il y a de plus en plus de représentations LGBTQ+ dans les médias, des revendications sont faites pour que celles-ci soient des modèles de relations saines et respectueuses.

Pour le cas de Marjorie et Cintia, il y a quand même une sorte d’idylle entre les deux. En effet, après leur première date décevante, elles se sont embrassées (légèrement ivres) dans un party. De plus, différents aperçus des prochains épisodes ont l’air d’annoncer que leur histoire n’est peut-être pas encore terminée. Est-ce que tout cela peut être qualifié de queerbaiting? Selon moi, tant que l’on ne connait pas l’issue de leur histoire, il est très difficile de juger une relation qui est peut-être en train de se développer. Aussi, un couple hétérosexuel qui se forme possiblement dans le cadre de l’émission pourrait avoir ces mêmes comportements et la production pourrait nous montrer des extraits similaires. Ainsi, il est très complexe de déterminer les intentions de la production et des deux femmes. Seule la suite de l’émission pourra le dire.

Il y a une sorte d’incompatibilité entre ce que la communauté LGBTQ+ veut voir comme représentations et ce que la culture populaire leur offre.

En terminant, j’aimerais recommander une série documentaire intitulée Out on television sur Apple TV. Celle-ci raconte l’évolution des représentations LGBTQ+ à la télévision américaine, du début des années 50 à aujourd’hui. C’est un documentaire très intéressant et détaillé, mettant en lumière l’évolution de notre vision des personnes LGBTQ+.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here