Home Arts et spectacles Retour de la LUITR : les Rouges affrontent les Oranges

Retour de la LUITR : les Rouges affrontent les Oranges

0
Retour de la LUITR : les Rouges affrontent les Oranges
Crédit : Page Facebook de la LUITR.
Crédit : Page Facebook de la LUITR.

Lundi dernier avait lieu à 20h, le premier match de la LUITR depuis presque deux ans. Pour l’occasion, les deux seules équipes de la ligues se sont affrontées sur les planches de la Chasse-Galerie. Le joute s’est soldée par une victoire des Rouges avec un score de sept points contre six pour les Oranges. Une représentations déjantée qui aura tiré des larmes de rire au public. 

L’équipe des Rouges était constituée de Léa Pilote, Louis Nantel et le capitaine Louis-Étienne Bellavance. Les Oranges, eux, étaient composés de Félix-Antoine Aubé-Lechasseur, Valérie Bettez et la capitaine Sophie Béland. Le match s’est déroulé sous la supervision de Marc Lachance en tant qu’arbitre. Évidemment, celui-ci fut généreusement hué pour l’occasion. La salle était remplie et l’énergie palpable. L’on pouvait voir que le retour de l’improvisation était très attendue.

Des thématiques au coeur de l’actualité

La première improvisation fut libre et comparée. Elle se déroula sous le thème « Ma CRÉATION ». La représentation des Rouges voyait Louis-Étienne en jeune élève surdoué présentant sa nouvelle invention en classe : le métavers. Léa Pilote, la professeure, était fort impressionnée. Mais pas les autres élèves qui continuèrent d’intimider le jeune prodige.

On peut voir au centre l’arbitre, Marc Lachance.

« Ça fait du bien que Nicolet soit devenu un dancefloor. Ça fait 35 ans que c’est mort! » – Félix-Antoine Aubé-Lechasseur, première improvisation du match.

 

Le premier point du match fut cependant attribué aux Oranges. Leur improvisation présenta Valérie et Félix-Antoine en jeunes délinquant peignant des graffitis hors-normes sur les murs de la ville. Félix-Antoine s’arracha les rires du public avec la ligne suivante :    « Ça fait du bien que Nicolet soit devenu un dancefloor. Ça fait 35 ans que c’est mort! »

Également, notons la présence récurrente du variant Omicron. En effet, celui-ci surgissait régulièrement lors des improvisations, à la manière d’une menace terrible qui se transforma en blague de répétition.

Un humour absurde qui fait plaisir

Les amateurs et amatrices d’humour absurde n’ont pas été en reste. En effet, les improvisation les plus drôles nous furent livrées sous le signe de l’absurdité par les Oranges

et les Rouges. À nouveau, celles-ci furent comparées. Les Rouges présentèrent le classique du jeune homme voulant entrer dans la police, mais entrant finalement dans un mur. L’aspect comique provenant du fait que rien ne laissait présager cette finale humoristique, alors que toute l’improvisation s’était déroulée plutôt sérieusement.

À la douzième répétition de l’absurde « tarte aux concombres », le public n’en pouvait plus!

De leur côté, les Oranges se lancèrent dans le pur humour de répétition. Félix-Antoine y incarnait un client obsédé par les tartes aux concombres qui harcelait une tenancière de boulangerie, en la personne de Sophie Béland. À la douzième répétition de l’absurde « tarte aux concombres », le public n’en pouvait plus!

Une finale épique

La dernière improvisation du match fut de catégorie « discours épique ». Ceux-ci étaient inspirés de musique jouées préalablement et que les équipes se devaient de choisir. Les Rouges continuèrent dans l’absurdité avec un discours livré par Louis Nantel aux partisans du Rallye « Ensemble pour les aubergines ». Les Oranges, eux, présentèrent une réalité

Sur scène, les Rouges. De gauche à droite : Léa Pilote, Louis-Étienne Bellavance et Louis Nantel.

dystopique, mais pas invraisemblable, où les pandémies se sont suivies les unes les autres jusqu’en 3212. L’improvisatrice Valérie Bettez était alors la première humaine à retirer son masque et à dévoiler son visages devant ses semblables.

Après cette joute, les étoiles du match furent décernées. L’Étoile des Rouges alla à Valérie Bettez, celle des Oranges à Léa Pilote et l’étoile de l’arbitre fut décernée à Louis-Étienne Bellavance.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here