Slam Poésie: soirée de poésie et de chaleur humaine

0
176
slam poésie
L’Estrade populaire était pleine à ras bord lors de la première soirée de slam poésie le 27 février dernier. Crédit: Laura Lafrance

Le jeudi 27 février 2020, aux alentours de vingt heures, des mots se mirent à résonner entre les quatre murs de l’Estrade Populaire; ce furent d’abord les mots de Joliane Dufresne, de Coralie Gagnon et d’Annick Grégoire, les trois organisatrices de la soirée Slam Poésie, qui, s’adressant à l’assemblée, trahirent l’enthousiasme de ces dernières avant de laisser les seize poètes de la soirée prendre la parole.

La slam poésie est une poésie urbaine qui est lue devant un micro à une foule de personnes qui se rassemblent pour l’occasion.

Dufresne, Gagnon et Grégoire, qui auraient organisé «avec multiples fous rires» la première édition de cette lecture de slam poésie, proviennent toutes les trois de domaines bien différents; l’une étant issue du milieu du travail social, l’autre de celui des soins infirmiers et la troisième du théâtre et des arts, il demeure certain que c’est leur passion commune pour les mots ainsi que leur amitié qui aura permis à l’événement de voir le jour. Pour les non-initié.e.s, la slam poésie est une poésie urbaine qui est lue devant un micro à une foule de personnes qui se rassemblent pour l’occasion.

Les trois organisatrices de l’événement à l’Estrade populaire. Crédit: Page Facebook du Slam Poésie Trois-Rivières

C’est après avoir assisté à divers événements de la scène de slam poésie à Chicoutimi que l’une des organisatrices a eu l’idée de recréer le concept en Mauricie. Elle n’a eu qu’à n’en parler aux deux autres pour que le projet se concrétise peu à peu. « Ça nous aura pris un mois, quelques rencontres, du care et beaucoup de fous rires pour que la première soirée de poésie ait lieu! Ce qui nous motive, c’est de créer une communauté autour de la poésie, ici. » nous disent-elles.

La première soirée de Slam Poésie

Malgré la température hivernale et la chute abondante de neige, ce sont plus de 90 personnes qui se sont rassemblées au 505 rue St-Georges pour entendre des poètes de la Capitale de la poésie réciter leurs écrits.

En tout, ce sont seize lecteur.rice.s. qui se sont relayé.e.s la parole au micro. Chose certaine, il y en avait pour tous les goûts! Tandis que certain.e.s présentaient des textes plus abstraits et plus épurés, d’autres préféraient faire la lecture de textes plus classiques qui n’étaient pas sans rappeler l’ère romantique. Ulysse Gagnon Plouffe, l’un des seize invité.e.s, a offert à l’audience une performance rythmée où il scandait un mot après l’autre; la culture de la poésie slam étant assez rapprochée de celle du hip-hop, la foule a semblé apprécier les habiletés oratoires de ce dernier.

«C’était plaisant de voir la pluralité des voix de la poésie.»

– UNE SPECTATRICE

Louis Côté, lauréat de la mention au Prix Piché, a également lu l’un de ses textes qui faisait allusion à l’allégorie de la caverne de Platon et au poème La Girafe de Goumilev. Samuel Beauchemin, Marjolaine Tremblay-Paradis, Alice Dubois ainsi que plusieurs autres ont aussi réussi à électriser la foule grâce à leurs mots. La diversité des poètes semblait être l’un des points forts de l’événement. «C’était plaisant de voir la pluralité des voix de la poésie trifluvienne. Il y avait une grande diversité au niveau des poètes et c’était l’fun à écouter. C’était beau aussi de voir qu’il y a des personnes de tous âges qui étaient prêts à se rassembler ce soir pour entendre de la poésie ensemble», nous partageait l’une des spectatrices.

Marjolaine Tremblay-Paradis, étudiante en arts à l’UQTR, lors de sa lecture. Crédit: Laura Lafrance

À la fin de la soirée, vers 21h30, une fois tous les poèmes lus, les organisatrices ont pris quelques minutes pour remercier les gens de s’être déplacés et pour remercier l’Estrade populaire d’avoir ouvert ses portes à la poésie d’ici. «Avec la méga tempête, on s’est demandé si on ne devait pas annuler alors c’était d’autant plus encourageant de voir l’affluence! C’était tellement beau à voir. Il y a eu des personnes qui ont lu pour la première fois de leur vie, d’autres avec beaucoup d’expériences. Il y a eu des lectures très intimistes et des gens qui ont slammé leur texte alors c’était riche en terme de créativité», nous expliquent-elles.

Un événement récurrent à ne pas manquer

La prochaine soirée de Slam Poésie se tiendra le vendredi 27 mars 2020 à l’Estrade populaire tandis que les éditions suivantes se dérouleront les derniers jeudis du mois. C’est un rendez-vous à ne pas manquer pour les amateur.rice.s de poésie de la région!

Visitez la page Facebook de l’événement pour en savoir plus!

Lire aussi : Myriame Ezelin et Louis Côté jasent prix littéraires et société

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here