Sortie CD : Héritage — Premier album solo pour Maïa

0
Maïa présente son premier album solo Héritage. Crédit : Warner Music Canada

Le 27 novembre dernier, la chanteuse Maïa était de passage à Trois-Rivières pour promouvoir son premier album solo en carrière, Héritage. Rencontre avec une artiste qui s’anime de passion et de musique.

Bien qu’elle en soit à son premier projet solo, Maïa n’est pas une nouvelle arrivée dans le domaine musical québécois. Elle est, entre autres, l’une des fondatrices du groupe canadien Ladies of the Canyon qui a fait son entrée dans l’univers country folk en 2009. C’est durant sa dernière tournée avec le groupe qu’elle a mis en branle le projet de sortir un album solo.

Une histoire de passion

Au piano depuis l’âge de 4 ans, la guitare jamais trop loin, elle a décidé très jeune de faire de la musique pour gagner sa vie, ce qu’elle a réussi à faire à merveille. Mais plus les contrats s’accumulaient, plus la monotonie s’installait. C’est à ce moment qu’elle s’est rendu compte qu’il n’y avait plus d’art dans sa démarche, mais bien un automatisme. C’est ce qui est à l’origine des jams qu’elle fera avec les futures membres de Ladies of the Canyon et qui, de fil en aiguille, donnera un album et plus de 200 spectacles à travers le Canada.

C’est avec ces coups de tête que Maïa carbure, eux qui seront aussi à l’origine de son album solo. Seule francophone du groupe Ladies of the Canyon, elle ressentait le besoin personnel d’écrire dans sa langue. «C’est un projet francophone qu’il fallait que je fasse seule, des chansons plus introspectives que je voulais faire à part du groupe. J’ai laissé le modèle de la chanson pop-folk anglophone pour m’inspirer d’auteurs-compositeurs comme Bélanger, Charlevoix et Harmonium. C’était ainsi plus facile pour moi de partir de ces repères-là.»

Seule francophone dans le groupe Ladies of the Canyon, elle ressentait le besoin personnel d’écrire dans sa langue.

D’ailleurs, ce n’est pas un projet qui a trainé de la patte puisque lorsqu’elle a eu assez de matériel pour un album, ça a été l’enregistrement presqu’immédiat. Le tout s’est fait en un an, de l’écriture au pressage du disque. «J’écris mes chansons assez vite, peut-être parce que je n’ai pas la patience de m’assoir pendant des heures de temps à repenser à ce que j’ai écrit. Et je trouve que l’expérience est plus pure, plus intéressante pour moi quand je ne prends pas le temps de me censurer.» Enfin, lorsqu’elle est revenue de la tournée canadienne avec le groupe, elle a pris son congé d’un mois pour contacter un de ses amis, Mike Nash, et tout mettre sur disque.

Le point sur les origines

Baignant dans l’univers country folk francophone, Héritage montre bien la diversité que représente l’artiste. Inspirés de la route, les thèmes tournent majoritairement autour des voyages et des souvenirs. La pièce qui ouvre l’album, Anticosti, donne le ton, mélangeant anecdotes et descriptions de paysages qui nous transportent ailleurs.

Ce ne sont pas seulement les textes qui sont exotiques puisque la langue l’est aussi, oscillant du français à l’anglais, en passant par des expressions espagnoles. Un album léger qui présente magnifiquement bien la collection d’histoires que Maïa a récoltée.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here