Spectacle hommage à Pink Floyd : La formation Echoes de retour au Gambrinus

0
Publicité
Le guitariste et chanteur Étienne Ducharme et le bassiste Nicolas Blais. Photo : Infinity Eight

Par Sébastien Dulude, collaboration spéciale

«Il ne s’en fait plus, de la musique comme ça», pouvait-on entendre parmi la clientèle majoritairement trentenaire qui s’était déplacée pour entendre Echoes, groupe hommage à la légendaire formation britannique Pink Floyd.

L’héritage de la musique de Pink Floyd est indéniable. Que l’on pense à des groupes actuels tels Sigur Ros ou Godspeed You! Black Emperor, les pionniers du rock psychédélique progressif ont certainement forgé une voie musicale qu’on n’a pas fini d’explorer.

La formation hommage Echoes, basée à Montréal, a su incarner à la fois la nostalgie et l’actualité du répertoire de Pink Floyd. Au fil des méga-succès, dont Pigs, Money, Shine on You Crazy Diamond, Wish You Were Here, Another brick in the Wall et plusieurs autres, on a pu constater une grande fidélité aux enregistrements originaux, mais avec quelques touches personnelles et plus actuelles ajoutées par les musiciens. «On se concentre sur l’interprétation, mais il y a une dimension artistique également dans notre recherche sonore», expliquait le guitariste Robin St-Pierre.

Le groupe est formé de Étienne Ducharme (guitare, voix), Robin St-Pierre (guitare, lap steel, talk box), Mike Vinet (claviers), Nicolas Blais (basse) et Dominique Cright (batterie) et existe depuis 2005. Il s’est formé lors de leurs années de formation en musique au cégep Lionel-Groulx. Depuis 7 ans, Echoes a donné environ 15 à 20 spectacles annuellement un peu partout au Québec. Il en était à son deuxième passage au Gambrinus.

Pas évident, d’ailleurs, d’associer le grand déploiement de l’univers de Pink Floyd à la petite micro-brasserie du boulevard des Forges. Disons que c’était plutôt serré sur la scène, et on aurait pu souhaiter que le volume sonore soit plus intense. De plus, le groupe opérait en formation réduite, puisque lorsque les dimensions de la salle le permettent, deux choristes et des projections vidéo complètent l’ensemble.

La formation hommage Echoes a su incarner à la fois la nostalgie et l’actualité du répertoire de Pink Floyd.

Néanmoins, le spectacle a connu d’excellents moments, surtout lors des longs passages instrumentaux pendant lesquels les textures sonores des claviers venaient enrober l’excellent jeu des deux guitaristes qui s’échangeaient les sacro-saints solos de guitare si caractéristiques du groupe. Les passages chantés étaient toutefois moins convaincants, le chanteur ne possédant pas tout à fait le registre vocal pour être confortable dans son interprétation. Il fallait plutôt se concentrer sur la musique.

Sur ce plan, le public a eu droit à des moments d’une grande intensité, dont le climax est probablement survenu lors de la dernière pièce du spectacle, avec l’instrumentale One of These Days. Un rappel qui enchaînait Is There Anybody Out There? et l’incontournable Comfortably Numb a clôturé le spectacle.

Pour suivre les allées et venues de Echoes, rendez-vous au www.echoesband.ca ou au www.facebook.com/echoesmtl.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici