Tensions au sein de l’organisation : Un mandat pour diagnostiquer les causes

0
Publicité
Michèle Laroche, présidente du C.A. de l’UQTR. Photo : UQTR

Par Cassandra Sabas, journaliste

Le Conseil d’administration de l’Université du Québec à Trois-Rivières a mandaté Nadia Ghazzali et son équipe de direction pour bâtir un plan d’action qui permettra de mesurer l’évolution du climat organisationnel. L’annonce de cette demande fait suite aux premiers constats de la firme Raymond Chabot Grant Thornton dans son rapport diagnostique sur le climat organisationnel de l’établissement.

En novembre dernier, le C.A. a confié la tâche à la firme Raymond Chabot Grant Thornton de réaliser un diagnostic du climat organisationnel auprès des cadres et de la haute direction de l’UQTR. L’objectif était de relever les sources des situations dérogatoires aux bonnes pratiques de gestion et de créer un canal de communication pour permettre la proposition de solutions. En effet, Nadia Ghazzali, rectrice de l’UQTR, et Michèle Laroche, présidente du Conseil d’administration du même établissement, ont confirmé que des tensions subsistent dans l’organisation depuis plusieurs mois. «On ne va pas se le cacher, il y a des problématiques qui sont reliées aux relations et à ce qui se passent au niveau de l’équipe de direction et de l’équipe d’encadrement», a corroboré Mme Ghazzali.

Lors d’un point de presse le 19 mars dernier, Mme Laroche a défendu la rectrice face aux propos qui circulent dans les médias concernant le rôle qu’elle aurait joué dans les présentes tensions, ainsi que dans les démissions dans la haute direction de l’UQTR : «C’est vrai que c’est multifactoriel. On ne peut pas dire que la situation qui s’est vécue depuis quelques mois à l’UQTR est attribuable à une personne.» La présidente du C.A. a aussi comparé le système de circulation de l’information au jeu du téléphone arabe, qui aurait déformé les propos rapportés : «Il y a, dans le processus, une grande majorité des personnes qui ont donné des interprétations parce qu’ils étaient des tiers, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été des témoins, mais qu’ils l’ont entendu.»

La rectrice reçoit ouvertement les commentaires exprimés lors de la présentation du rapport au Conseil. «Comme chef d’établissement, j’entends consacrer toute mon énergie à bâtir des alliances solides avec l’ensemble de la communauté. Ainsi, je prévois consulter différents groupes en vue de soumettre aux membres du Conseil d’administration une série de mesures concrètes d’amélioration du climat organisationnel», a-t-elle affirmé.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici