Tout est bizarre: L’Histoire dans ses détails

1
Publicité

J’adore l’Histoire, j’aime savoir d’où on vient, le chemin qui nous mène où on en est, ça permet d’appréhender où on va. L’Histoire est une chose appréciable et subtile, c’est une chose vivante et toujours en acte, et ne pas s’y attarder représente un grave manquement au devoir. C’est même un manque de respect envers nos ancêtres, envers leurs histoires. Ce chaos de probabilités infinies qui a permis que votre naissance advienne, qui a permis la rencontre de vos parents, qui a permis que leurs parents à eux se rencontrent, et ainsi de suite, n’est qu’une petite tranche très fine de l’incroyable chaos de liberté qui meut l’histoire humaine.

Car ce que nous nommons Histoire n’est que le produit fini. Combien de peuples ont été exterminés? Combien de glorieux sont morts en vain? Qu’avons-nous oublié, le mieux ou le pire? Ce que nous apprenons à l’école, ce sont les grands consensus, le tableau d’ensemble, une ébauche. Or, selon moi, toute la beauté de l’Histoire réside dans ses faits anodins, dans ses anecdotes et dans ses héros. Alors, par pur plaisir, voici quelques détails historiques surprenants.

D’abord, saviez-vous qu’entre l’année 774 et 775, la Terre a été frappée par de très fortes radiations cosmiques. Ces radiations de type rayon Gamma, vingt fois supérieur à la normale, sont visibles dans l’écorce de vieux arbres, principalement les cèdres japonais. Car oui, certains arbres tels des épicéas de Suède ou quelques cèdes d’Asie ont plus de 10 000 ans. C’est incroyable, certains arbres sont donc plus vieux que la civilisation humaine! Mais bon, ce n’est pas là notre propos.

[…] voici une de mes histoires préférées, l’invasion mongole de la Terre Sainte.

En ce qui a trait aux radiations cosmiques, seules les sources britanniques semblent donner des pistes de solution. En effet, les Chroniques anglo-saxonnes, un manuscrit monastique préservant l’histoire de l’Angleterre, mentionnent pour l’année 774 un «crucifix rouge» dans le ciel. Il est donc probable qu’une énorme supernova ait eu lieu très proche de la Terre. Néanmoins, comme aucun rémanent de supernova ne concorde avec la date, cette explosion cosmique demeure un mystère. Un «sursaut gamma» particulièrement proche de nous pourrait être une explication plausible. Une chose est certaine, la Terre fut frappée par une puissante onde de choc cosmique en 774, c’est l’écorce des arbres qui le dit, et un tel phénomène, de nos jours, détruirait probablement la totalité des circuits électriques présents sur Terre.

Dans un autre ordre d’idées, voici une de mes histoires préférées, l’invasion mongole de la Terre Sainte. Imaginez le tableau, la septième croisade vient de se terminer, le monde arabe et l’Europe se font la guerre depuis 300 ans lorsque soudain, les Mongoles se pointent et envahissent la Terre Sainte. Les Mongoles vont tenir plusieurs années, ils vont même repousser la neuvième croisade d’Edward premier, qui fût d’ailleurs la dernière vraie croisade. Puis finalement, avec le temps, les Mongoles se retirèrent, comme ils le firent partout ailleurs, de l’Europe à la Chine.

Pour conclure sur une touche plus nationaliste, voici quelques-uns de nos plus valeureux héros locaux. D’abord, la fabuleuse aventure de Louis Jolliet et du Père Marquette. C’est en 1673 que nos deux valeureux héros dirigèrent la première expédition sur le Mississippi. Ainsi, leur équipe de sept hommes dans deux canoës partit de Montréal, traversa le lac Michigan et s’enfonça dans l’Amérique profonde.

En quatre mois, ils cartographièrent la quasi-totalité du Mississippi, des Grands Lacs à la Louisiane, soit plus de 2000 kilomètres de territoires sauvages.
Craignant pour leur vie, avec raison, ils décidèrent de rebrousser chemin vers Montréal.
Ils refirent donc les 2000 kilomètres en sens inverse, les canoës surchargés de leurs cartes, de leurs carnets de voyage et de leurs trouvailles.

Ainsi, après un an de voyage et plus de 4000 kilomètres parcourus, ils atteignirent enfin le St-Laurent … mais ils firent naufrage à Sault-Saint-Louis, à une heure de leur arrivée. Toutes leurs cartes, leurs carnets de voyage et leurs trésors furent perdus dans les flots du canal Lachine. L’année suivante, ils repartirent refaire le travail perdu, et ils le firent, alors un peu de respect pour Joliette et la rue du Père Marquette.

Pour conclure avec piraterie, voici notre corsaire local, Pierre Le Moyne, sieur d’Iberville et d’Ardillières. À l’âge de 26 ans, marin doué, lui et son équipage écumèrent les eaux anglaises. En bref, les dix années suivantes se résument grossièrement par la conquête de la baie d’Hudson, la conquête de Terre-Neuve et du Labrador et la destruction d’une quarantaine de colonies anglaises ainsi que de quatre forteresses. En plus, il pilla six ports sur la côte est, dont entre autres celui de York, qui, plus tard, deviendra New York. Suite à cela, notre bon héros, fatigué de la guerre, décida de fonder la colonie de la Louisiane, rien de moins.

1 commentaire

  1. Tu as raison il y a de très belles et touchantes histoires dans la petite histoire. Ca c’est la vrai histoire. Si l’on fouille dans la déportation des acadiens si l’on prend juste notre ancêtre Pierre Pellerin, Quel aventure! et celle de Michel Bergeron dit de Nantes.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici