Tremblay au Centre culturel Pauline-Julien: Dans le salon de la famille Tremblay

0
1299
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Maxime Desbiens-Tremblay était en spectacle dans sa ville natale, au Centre culturel Pauline-Julien le vendredi 23 janvier. Photo: C. Filion
Maxime Desbiens-Tremblay était en spectacle dans sa ville natale, au Centre culturel Pauline-Julien le vendredi 23 janvier. Photo: C. Filion

La programmation d’hiver du Centre culturel Pauline-Julien (CCPJ) a été lancée par le spectacle de Maxime Desbiens-Tremblay, alias Tremblay, le vendredi 23 janvier à 20h.

Originaire de la ville de Trois-Rivières, la famille et les amis de l’auteur-compositeur-interprète étaient pratiquement tous présents dans l’assistance, ce qui rendait l’ambiance du spectacle très intimiste. Venu dans le coin pour présenter les titres de son futur album présentement en enregistrement, il a su transmettre son plaisir de la scène.

En arrivant sur scène, Tremblay avait l’air serein et franchement heureux d’être là, dans sa ville natale, parmi les seins. «On va faire un beau spectacle tout en douceur», a-t-il dit en agrippant sa guitare pour débuter. Il était accompagné de ses amis musiciens Daniel Moranville à la basse et au clavier et Marc-André Pételle à la batterie. Présentement en enregistrement de son nouveau disque, Tremblay n’était pas monté sur scène depuis un moment. C’est donc en exclusivité qu’il a présenté des nouvelles chansons issues de son album à sortir le 11 mars prochain. «On casse nos nouvelles chansons et on rejoue nos anciennes», a-t-il partagé avec l’assistance.

En arrivant sur scène, Tremblay avait l’air serein et franchement heureux d’être là, dans sa ville natale, parmi les seins. «On va faire un beau spectacle tout en douceur», a-t-il dit en agrippant sa guitare.

Entre ses morceaux, il aimait beaucoup se confier au public d’une manière timide, ce qui le rendait attachant. Il a même eu un blanc de mémoire au milieu d’une de ses anciennes chansons. «Ça fait un bout qu’on les a pas jouées», s’est-il excusé, gêné. Malgré cela, la qualité de la prestation du groupe n’a pas été affectée et il a livré la marchandise. Reprenant même une chanson du groupe Zébulon, Y fait chaud,  pour mettre du soleil dans la place, il a joué un bon mélange de chansons de son dernier album et celui en route.

Au retour de l’entracte, il souhaité souligner l’anniversaire de sa mère. C’est tout le public qui lui a chanté Bonne fête, pendant que son musicien Daniel Moranville jouait la mélodie à la basse: un moment qui n’est pas fréquent dans un spectacle. Sa filleule, qui était montée sur scène pendant une chanson, était heureuse de voir le spectacle se terminer par une chanson composée pour elle, La petite merveille, avec une guitare débranchée, en bas de la scène.

Le nouveau simple Aime/Pardonne est sorti dernièrement dans les radios québécoises, premier extrait du nouveau disque qui sortira en mars prochain. Son premier album Ça va, ça va, lancé en 2012, a remporté un bon succès.

Avant son projet solo, Tremblay faisait partie de la formation Éléphantine, mais il avait envie de faire quelque chose de plus direct, de moins lyrique et de prendre une tournure plus accessible et pop, car c’est un style de musique qu’il écoute beaucoup. Pour l’instant il n’y a pas d’autres spectacles annoncés, mais il est toujours en studio pour finaliser la sortie de son nouveau disque.

Pour écouter son premier album, Ça va, ça va (2012), consultez le BandCamp www.tremblay.bandcamp.com ou visitez sa page Facebook.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here