Une soirée pop-folk pour le nouveau Satyre Cabaret-Spectacle: Claude Bégin débarque à Trois-Rivières

0
Claude Bégin, ce multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprète et réalisateur pour de nombreux artistes, avait de quoi faire de son spectacle une soirée des plus agréables. Photo: J. Éthier
Claude Bégin, ce multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprète et réalisateur pour de nombreux artistes, avait de quoi faire de son spectacle une soirée des plus agréables. Photo: J. Éthier

La nouvelle salle de spectacle du centre-ville de Trois-Rivières, Le Satyre Cabaret-Spectacle, a accueilli le jeudi 15 septembre dernier nul autre que Claude Bégin, accompagné de David Fleury en première partie. Une personnalité artistique bien connue, qui attira un grand nombre de la gent féminine.

Ouvert depuis le 14 mai dernier, Le Satyre a voulu miser, dès son entrée sur le marché du spectacle, sur la diversité et la variété des soirées qu’il voulait offrir au public trifluvien. La directrice générale, Marie-Lyne Bédard, souhaitait, à l’aide de sa programmation hautement variée, toucher un public large et de tout âge. Malgré des problèmes financiers survenus au courant de l’été, le cabaret semble vouloir continuer sa route, déterminé à survivre.

«Je veux réentendre les meilleurs des artistes et voir les yeux illuminés de leur assistance. Je veux rire de toutes les blagues et pouvoir les partager avec d’autres. Je veux manger à en rouler jusque chez moi. Je veux déguster des vins du monde, partager des cocktails extravagants, danser à me réveiller engourdi le lendemain… Mon cabaret, c’est ça. Le retour du tout ou rien. Le sensationnel. Le «Oh mon dieu! Ils ont osé! Le Satyre a encore frappé».»

«Claude Bégin […] ce multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprète et réalisateur pour de nombreux artistes, avait de quoi faire de son spectacle une soirée des plus agréables.»

Cette citation, prononcée par le personnage emblématique du cabaret, le Satyre, représente exactement ce vers quoi les propriétaires de l’établissement ont voulu s’enligner dans leur projet. C’est ce qu’ils veulent présenter à leur assistance: des spectacles d’humour, de musique, de variété, des soirées souper-spectacle, et encore bien d’autres surprises.

C’est ainsi que Claude Bégin se présenta dans cette nouvelle salle, avec sa simplicité mélangée d’extravagance et de talents. Car visiblement, ce multi-instrumentiste, auteur-compositeur-interprète et réalisateur pour de nombreux artistes, avait de quoi faire de son spectacle une soirée des plus agréables.

Accompagné de musiciens tout aussi talentueux, notamment de sa sœur Élise Bégin comme claviériste et chanteuse, Claude Bégin offrit à son public son meilleur répertoire de chansons, dont celles se retrouvant sur son album Les Magiciens, paru en février 2015.

Très à l’aise sur scène et avec son auditoire, il n’a pas été dérangé outre mesure par les problèmes techniques rencontrés au cours de la soirée, continuant de chanter et danser comme si de rien était. Son aisance se fit voir dès son entrée sur scène, après une petite intro, lorsqu’il proposa aux gens de faire avec lui des exercices de détente. Amusante et originale, cette intervention fit disparaitre toute trace de gêne entre le chanteur et les spectateurs.

Mais d’ores et déjà, une légèreté s’était installée lors de la prestation en première partie de David Fleury, jeune homme talentueux et sympathique, connu par son passage à «La Voix», édition 2015. Il présenta, accompagné de son guitariste et ami, ses compositions personnelles ainsi que quelques adaptations. Son premier EP, tout simplement intitulé «Fleury», sera notamment disponible dès le 24 octobre lors de son lancement au Petit Campus à Montréal. Un maxi qui vaudra sans aucun doute la peine d’être découvert.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here