Va voir ailleurs (j’y suis) : Trois-Rivières dont vous êtes le héros, 1ère partie – UQTR

0
926
bandeau-COOPSCO-final_01

Un matin de septembre, vous vous retrouvez comme par enchantement dans un lieu qui vous est inconnu. Des centaines d’autres individus, la plupart de votre âge, circulent dans toutes les directions. Devant vous se dressent deux grandes structures cubiques, plus loin se trouvent des portes vitrées. Vous franchissez l’une d’elles, à la recherche d’un indice. Vous repérez un écriteau : vous êtes à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Votre aventure commence. Vous avez 100 UQ en poche.

Jouez le dé : si vous obtenez plus de 4, prenez la droite. 4 et moins, dirigez-vous à gauche.

À droite, vous rencontrez un kiosque à enseignes lumineuses, devant lequel plusieurs protagonistes font la file docilement. Vous les rejoignez. Vous remarquez leur allure convenue, leurs conversations futiles : ils ne sont pas menaçants, et tous pareils. Vous vous sentez bien. On vous sert un café, que vous jugez excellent. Vous êtes au kiosque Tim Hortons. Vous serez comptable. Placez tous vos UQ à la bourse et regardez la télé. L’aventure se termine ici pour vous.

Si vous avez pris la gauche, vous vous perdez quelque temps dans une boutique où l’on vend des livres pas trop chers. Vous en prenez bonne note. + 10 UQ d’économies futures. Vous poursuivez votre chemin en empruntant un escalier, que vous montez d’un étage. Si la faim vous tenaille, prenez tout droit. Vous y faites la rencontre d’un gentil cuisinier aux cheveux jaunes, qui vous sert un plat en vous disant «Bonne journée à toi». Vous venez de découvrir le déjeuner le moins cher de toute la ville. -1 UQ pour le costaud, +5 UQ d’économies futures.

En sortant, vous avez 2 choix. Devant vous, une bibliothèque; à droite, un couloir. Si vous avez sommeil (parce que Jean-Guy vous a gratifié d’une double ration de patates), vous optez pour la bibliothèque. Vous y trouvez des fauteuils : +2 UQ pour votre découverte. Si la curiosité est plus forte, vous vous engagez dans le couloir.

Le bout du couloir vous mène dehors, puis à l’intérieur d’un nouveau bâtiment. Vous pénétrez. L’endroit est sympa, la murale vous renseigne sur son nom : la Chasse-Galerie.

Jouez le dé : si vous obtenez un 1, foncez vers le comptoir, ordonnez qu’on vous serve un café Baileys, un pichet de Molson Ex et des chips. Votre uniforme devient orange. Votre aventure s’arrête ici. Vous serez ingénieur et votre prochaine destination est une usine d’ustensiles en plastique. Vos UQ vont fructifier, pas d’inquiétude, en attendant, saoulez tout ce qui bouge.

Si vous avez roulé 2 et plus, vous prenez votre temps. Vous remarquez les œuvres accrochées aux murs. Elles ne vous plaisent pas, mais vous appréciez qu’elles s’y trouvent. Vous commandez un expresso, vous prenez le journal. Vous vous sentez bien. Bientôt, des gens intéressants vous adressent un sourire. Vous discutez avec quelques-uns, vous passez la journée au café. Le soir tombe. Vous passez du café à la bière. -25 UQ

L’ébriété vous gagne : il est temps de bouger. Vous sortez et marchez. Plus loin, à une intersection, 2 choix sont possibles. D’un côté de la rue, un estaminet tranquille mais chaleureux attire votre attention. De l’autre, le boulevard s’étire telle la promesse d’une vague imprévisible de péripéties. Jouez le dé : si vous obtenez 2, 4 ou 6, dirigez-vous vers l’accueillante taverne; avec 1, 3 ou 5, vous marchez d’un pas résolu le long du boulevard aux mystères.

2, 4, 6, les dés vous mènent en face, dans ce petit établissement qui prolongera l’ambiance de votre séjour à la Chasse-Galerie. Ici, les UQ n’ont plus cours légal. Vous devez les échangez contre des QQ, principale monnaie des auberges de la région. -50 UQ. La bière est bonne, mais chère. Vous commandez à manger. Sur le menu, vous lisez «Gambrinus». Votre vision se trouble peu à peu. Personne ne vous aborde. Le spectacle est sans intérêt, la scène trop petite. Il vous semble étrange d’assister à tout cela dans une odeur ambiante de frites. Mais les frites, mais la bière. Et si près de votre point de départ ce matin. Vous y retournerez, régulièrement, malgré le taux de change. Entre la Chasse-Galerie et le Gambrinus, vous baliserez les jalons de votre territoire estudiantin. Ce sera votre univers connu. Ne reste plus qu’à vous trouver un appartement sur Francheville ou Louis-Pinard. Vous êtes un étudiant typique, votre aventure ne s’arrête pas ici, mais ne durera que 3 ans.

Les dés s’alignent sur l’impair. Sur le boulevard, le reflet des lampadaires luit sur l’asphalte humide. À la faveur de la nuit, vous vous avancez donc vers le sud, le centre, le cœur de la cité. À travers votre poche, vous secouez vos UQ restants. Ils vous seront précieux. Tous les espoirs, même fous, sont permis. Étudiant aventureux, vous partez à la rencontre de la ville.

À SUIVRE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here