Visages de la recherche: Frédéric Martineau et le flowart

0

 

Frédéric Martineau vient de compléter ses études à la maîtrise en Loisir, Culture et Tourisme. Crédit: Gracieuseté

Originaire de Saint-Félicien, dans la région du Lac St-Jean, Frédéric Martineau vient de compléter ses études à la maîtrise en Loisir, Culture et Tourisme à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Ayant fait quelques détours avant d’en arriver à étudier dans le domaine touristique, Frédéric Martineau a d’abord étudié pendant trois ans en sécurité incendie avant de s’inscrire au baccalauréat en loisir à l’UQTR. Toutefois, entre temps, le jeune homme décide de prendre une année sabbatique en Asie du Sud-Est. Là-bas, il assiste, complètement émerveillé, à ses premiers spectacles de manipulation de feu. Tranquillement, il se met à pratiquer divers loisirs holistiques, notamment la danse avec poïs et la manipulation de feu. Un loisir holistique, nous dit-il, est « un loisir qui a le potentiel de développer plusieurs facettes d’un individu. »

Le début d’une grande aventure

De retour au Québec, il chemine au baccalauréat en culture loisir et tourisme, « berceau nourrissant » qui lui permet notamment de développer sa fibre artistique, et continue de pratiquer les loisirs qui l’ont tant marqués lors de son périple en Asie. En 2015, lors de sa dernière année au baccalauréat, il commence à offrir ses premières performances de manipulation de feu. Après sa graduation, il amorce une carrière dans le domaine de l’événementiel; qu’il s’agisse d’organiser, d’animer ou d’occuper un poste de technicien dans divers spectacles, Frédéric est travailleur autonome et complète contrats après contrats pendant près de deux ans.

Il en vient éventuellement à co-créer sa propre compagnie de spectacles de feu; réalisant des spectacles jusqu’au Mexique, il joint en 2017 un cirque humanitaire qui lui fait traverser de long en large ce pays d’Amérique du Nord. Cette aventure le mènera à effectuer une retraite de trois mois au Nicaragua où il méditera au sommet d’une montagne. Selon ses dires, c’est pendant cette retraite qu’il prendra la décision d’entreprendre des études au cycle supérieur. Il s’intéressera alors à un sujet qu’il connaît de très près : la pratique de loisirs holistiques dans un contexte de développement spirituel.

Un sujet de recherche funky

Revenant au Québec pour une seconde fois, il désire étudier la façon dont la pratique de loisir holistique, dans ce cas-ci le flowart, permet à l’individu hypermoderne de développer sa spiritualité. Le flowart, est une discipline artistique qui implique l’utilisation de divers accessoires et l’exécution de mouvements intuitifs. Elle inclut de nombreuses formes artistiques telles que la danse avec poïs et la manipulation de feu.

« C’est à la fois de la jonglerie, de la danse, des arts martiaux, mais en même temps, c’est unique, c’est rien de tout cela. » – Frédéric Martineau

Le flowart est une discipline artistique qui implique des mouvements intuitifs, et ce, en intégrant divers accessoires. Crédit: James Owen (Unsplash)

Rédigeant un mémoire par articles (c’est-à-dire un mémoire qui comprend des articles rédigés par l’étudiant plutôt qu’un mémoire qui n’est qu’une simple monographie), il s’intéresse aux thèmes de la spiritualité, de l’état de flow, de la littératie physique et de l’hypermodernité. Son étude, dirigé par le professeur Romain Roult, explore le phénomène du développement spirituel chez les individus contemporains qui pratiquent le flowart. Pour ce faire, Frédéric recueille les témoignages de 7 personnes; celles-ci lui parlent du sentiment de connexion qu’elles ressentent lorsqu’elles sont en état de flow.

L’état particulier du flow

Le flow c’est cet état d’esprit altéré, que l’on peut atteindre en s’immergeant dans une activité qui requiert un haut niveau de concentration. Elle permettrait aux adeptes du flowart de ressentir une profonde connexion qui leur procurerait, à terme, un profond sentiment de bonheur. Cette connexion serait multiple: il s’agirait autant d’une connexion entre le corps et l’esprit que d’une connexion entre l’individu et sa collectivité. Il peut aussi s’agit d’une connexion entre l’humain et la nature.

Ses années d’expérience en tant qu’artiste de feu lui permettent de témoigner du potentiel qu’ont les loisirs holistiques en ce qui a trait au développement spirituel et à ce fameux état de flow. Malgré cela, il avoue avoir été surpris de constater que ses participantEs avancent ressentir physiquement cette énergie de flow. Il explique qu’il faudrait d’autres recherches afin de déterminer la nature même de cette dernière. Tout de même, il reste intéressant de constater que la pratique des loisirs holistiques permet aux individus interviewés de contacter cette force, cette énergie vitale qui causerait « un enchantement profond ».

La passion avant tout

Si Frédéric a décidé de s’intéresser à ce sujet, c’est d’abord et avant tout parce qu’il en est profondément passionné. Enseignant depuis quelques années déjà l’organisation d’événements au Cégep de St-Félicien. il espère ainsi pouvoir transmettre à ses étudiantEs cette même passion qui l’anime. De nature curieuse et polyvalente, Frédéric se décrit comme un touche-à-tout; en plus de sa passion pour le mouvement intuitif, il joue de la basse et fait du vélo.

« La recherche a émergé de moi avant tout, je n’ai pas choisi ce sujet pour sa pertinence dans le domaine. C’était vraiment un sujet qui m’habitait intérieurement » – Frédéric Martineau

Lors de sa maîtrise, il a publié deux articles dans des revues scientifiques, en plus d’avoir contribué à l’écriture d’un livre avec plusieurs professeurs du département de Loisir, Culture et Tourisme. Pour lui, la diffusion des travaux scientifiques est primordiale: ses recherches lui ont d’ailleurs permis d’obtenir une bourse de la relève de l’industrie touristique de l’AQFORTH ainsi que la bourse Michel-Bellefleur de l’UQTR. Dans tous les cas, il semble certain que sa passion et sa motivation inspireront autrui à en apprendre plus sur les possibilités offertes par le monde des loisirs, mais aussi par le développement d’une spiritualité authentique.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here