Bilan soccer féminin: Une année à oublier

0
28
Malgré la saison difficile, l'esprit d'équipe est resté bon chez les Patriotes. Photo: Simon Lahaye
Malgré la saison difficile, l’esprit d’équipe est resté bon chez les Patriotes. Photo: Simon Lahaye

L’année 2017-2018 n’a pas été facile pour la formation de soccer féminin des Patriotes. Après une saison d’automne démontrant de belles choses malgré les objectifs non-atteints, l’espoir a été réduit en bouillie alors que l’équipe s’est effondrée à la saison d’hiver.

Près du but

«On s’était fixés de hauts objectifs à l’automne, considérant que nous avions été dernières à la saison d’automne passée», dit l’entraineur Durnick Jean au sujet de son plan qui devait amener l’équipe en séries. Le plan semble fonctionner d’ailleurs, alors que l’équipe démarre sur une victoire et passe les deux premiers tiers de la saison en position d’accéder aux éliminatoires.

La fin de la saison se trouve à être beaucoup plus ardu, et le grand nombre de recrues dans l’équipe semble avoir du mal à gérer la situation. L’équipe manque les séries par trois points, ses 12 points la plaçant à une seule victoire des 15 points des Citadins de l’Université du Québec à Montréal (UQAM): «Il s’en est fallu de peu», dit Jean. «On n’était pas entièrement satisfaits mais on avait beaucoup avancé», considère-t-il.

Coup de massue

Quelques changements sont donc apportés à la stratégie et à la technique entre les deux saisons, mais ces quelques améliorations ne pourront compenser la lourde perte que les Patriotes subirent pendant le temps des fêtes. Alors que l’équipe visait toujours une place en séries lors de l’imminente saison, la gardienne Arianne Cloux est affectée par des soucis de santé.

Sans gardienne substitut pour prendre la relève, cette dernière étant également indisponible, la lourde tâche de protéger le filet revient donc à certaines joueuses, qui s’échangent le poste à tour de rôle. «Je remercie beaucoup ces joueuses», affirme l’entraineur. «C’est sûr qu’on aurait aimé mieux, mais c’était très difficile dans les circonstances». L’équipe n’obtient malheureusement aucune victoire et retrouve le fond du classement avec un maigre point obtenu dans un unique match nul.

«Notre objectif est à portée pour l’an prochain» — Durnick Jean, entraineur

Retrousser ses manches

Bien sûr, ce portrait n’est pas nécessairement représentatif selon Jean: «On a très bien joué durant la majorité des matchs, mais c’était difficile d’avoir des résultats. On a perdu en équipe, mais tout le monde est conscient que le rôle de gardienne de but est très important.»

L’entraineur retire tout de même du positif de cette saison en-deçà des attentes: «Ça peut être difficile à voir, mais on a connu une bonne progression. On s’est préparées pour l’automne prochain, on a mis des nouvelles joueuses à l’essai. Souvent, on ne perdait que par un but, et ce même si parfois on tirait de l’arrière par trois buts avant de réduire cet écart.»

Ce genre de défaite a d’ailleurs été difficile mentalement pour l’équipe: «C’était plus compliqué mentalement que si on perdait toujours par de grosses marges», croit Jean. Toujours si proche de la victoire, et pourtant au final si loin de l’objectif, on peut le comprendre. «Les filles n’ont jamais lâché. Ça a forgé notre caractère et je suis très content qu’on ait continué à faire des efforts.»

L’an prochain ne peut évidemment pas être pire, mais Durnick Jean est confiant que tout ira en réalité beaucoup mieux: «On veut passer de la dernière place à une place en série, et c’est possible avec une équipe en santé. 90% des filles ont décidé de rester à Trois-Rivières cet été et je vais les entrainer dans la ligue senior AAA. À long terme, le but est d’ajouter de la profondeur année après année, mais je crois que notre objectif est déjà à portée pour l’an prochain.»

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE