Galerie d’art du Parc : les expositions du moment!

0
Publicité

À la Galerie d’art du Parc se tiennent, du 12 février au 2 avril 2023, deux expositions par des artistes de Trois-Rivières : Gabriel Mondor présente Perspectives imprimées et Annie Pelletier offre Avant… Pendant… Et un peu après le déluge… Les deux expositions, chacune composée de quelques salles, donnent un aperçu des processus créatifs et de l’imaginaire des deux artistes.

Perspectives imprimées de Gabriel Mondor

Gabriel Mondor, titulaire de deux baccalauréats d’arts visuels de Trois-Rivières, est très impliqué dans la communauté artistique de la ville et a participé à de nombreuses expositions au Canada et en France depuis sa diplomation en 2020. Dans Perspectives imprimées, l’artiste mélange les techniques de l’estampe et les technologies actuelles. Le thème de la ruralité y est central et on y découvre ses diverses techniques de travail.

Les œuvres de l’artiste invitent sans cesse à tourner autour, même les tableaux. La spatialité occupe une dimension centrale dans son travail, d’où le titre de l’exposition qui invite à adopter des perspectives plurielles sur une même œuvre. La richesse du travail de Gabriel Mondor provient des différentes techniques qu’il maîtrise, telles que la gravure, l’estampe, l’impression numérique, etc. Dans la dernière salle, on retrouve une vidéo de l’artiste pendant qu’il réalise une peinture au rouleau, permettant de le voir au travail.

L’un des éléments les plus intéressants de l’exposition est la mise en avant du travail de réflexion. Dans chaque salle, deux doubles pages remplies de notes de brouillon détaillent le processus créatif, ce qui permet de suivre le cheminement intellectuel de l’artiste et d’apprécier d’autant plus son travail.

La seconde salle, regroupant la série d’œuvres « Territoire mnésique », est particulièrement réussie. Elle invite, encore une fois, à adopter différentes perspectives et à tourner autour des sphères gravées, chacune constituant un micro monde mouvant.

« La série « Territoire mnésique » explore plutôt la relation entre la réalité d’un lieu, le souvenir subjectif qu’une personne lui porte ainsi que l’acte de remémoration altérant davantage celui-ci. »

Présentation de l’exposition
Territoire Mnésique I (Montagne), Territoire Mnésique II (Chemin), Territoire Mnésique III (Champ), dans la deuxième salle de l’exposition de Gabriel Mondor. Crédits: journaliste.

Avant… Pendant… Et un peu après le déluge… d’Annie Pelletier

Artiste trifluvienne, Annie Pelletier travaille au Québec et en Europe depuis plusieurs années. Elle vit et contribue à la vie culturelle de Trois-Rivières depuis plus de vingt ans. Dans son exposition, elle met en avant la faune, tant par des esquisses que par des sculptures en fil de fer forgé.

Le projet de l’artiste, sans être engagé, tend à mettre le doigt sur les problèmes écologiques et au décalage entre l’homme et la nature, comme elle le précise dans la présentation de son exposition.

Ce qui marque d’emblée, c’est la subtilité et la finesse de la technique d’Annie Pelletier. En effet, les jeux avec les fils de fer forgé et les coups de crayon semblent tous issus d’un processus créatif réfléchi. Aucun geste n’est posé au hasard. Elle aussi joue avec la spatialité de ses œuvres en raison des jeux d’ombre autour des figures en fils de fer.

Animaux en fils d’acier, dans la première salle de l’exposition d’Annie Pelletier. Crédits: journaliste.

L’artiste présente, au milieu de ses œuvres épurées, un recoin de salle transformée en cabane de forêt. Lorsque l’on s’y plonge, la cabane nous aspire et donne envie d’y rester pendant des heures pour écouter le son des oiseaux et le craquement des feuilles mortes.

Dans la dernière salle, à l’instar de l’exposition de Gabriel Mondor, se trouve une vidéo mettant en scène l’artiste en train de créer. Le processus de création semble central pour l’artiste, qui présente également son atelier au milieu de l’exposition, en y laissant même sa veste et ses bottes. Le processus de création ne semble jamais achevé : une fresque participative clôture l’exposition, mettant à la disposition des visiteurs de quoi laisser sa trace.

Une autre exposition d’Annie Pelletier, De Noé à la Méduse, se tient actuellement au Centre d’exposition Raymond-Lasnier, liée à celle-ci.

De gauche à droite : Lapin rose, Minis loups, Poulosaurus, Ourson au mur. Troisième salle de l’exposition d’Annie Pelletier. Crédits: journaliste.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici