Rencontre avec Guillaume Morissette: Unir ses passions

0
1817
Guillaume Morissette est écrivain et chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Photo: Gracieuseté
Guillaume Morissette est écrivain et chargé de cours à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Photo: Gracieuseté

Guillaume Morissette est chargé de cours au département des sciences administratives à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). En 2013, celui-ci lance son premier roman intitulé La maison des vérités. En mars 2015, c’est au tour de L’affaire Mélodie Cormier de voir le jour. Même si le domaine littéraire et financier semblent être opposés, Guillaume les voit comme une belle juxtaposition alors qu’il a réussi à unir ses deux passions qui forment un équilibre parfait.

Entre thriller psychologique et enquête policière

Dans son premier roman, La maison des vérités, l’univers perplexe d’hommes et de femmes pris à l’intérieur d’une maison livre un récit psychologique troublant sur la capacité des individus à entrer en relation lors d’une période de grands enjeux. Dans le cas de L’affaire Mélodie Cormier, l’auteur explore davantage des faits et des actes reliés à une histoire fictive de crime se déroulant à Trois-Rivières. Cette série, bien qu’elle soit différente, met tout de même en relation la même équipe de détectives. Cet intérêt pour les histoires d’enquêtes et de meurtres ne datent pas d’hier: «J’ai toujours été très curieux des histoires d’enquêtes policières et j’ai aussi la chance de connaître plusieurs personnes qui travaille dans le milieu» mentionne-t-il. «Sans relater des faits réels, je m’inspire grandement d’histoires auparavant entendues, mais je les situe dans des lieux et des endroits réels à Trois-Rivières», explique Guillaume qui a choisi de situer son deuxième roman dans la ville mauricienne.

«Je crois en mon produit et j’avais confiance qu’il se vendrait très bien dans ces magasins»- Guillaume Morissette

Son rapport avec la littérature

Avant d’écrire des livres, Guillaume Morissette a entre autres étudié en musique et c’est ainsi qu’il a développé son sens de l’écriture par la chanson. D’ailleurs, avec son groupe de musique, il se rappelle avoir inauguré le fameux bar universitaire la Chasse-Galerie à l’époque. Dans son besoin de combler son esprit plus cartésien, il décide de poursuivre ses études en finances à l’UQTR pour finalement se retrouver, en 2005, chargé de cours dans cette même université. En 2011, un soudain élan lui donne l’envie d’écrire un roman dans l’espace de 75 jours. Anodinement, il tombe peu de temps après sur la maison d’édition Guy Saint-Jean qui accepte de le publier dès 2013. C’est ainsi que débute une belle histoire pour cet homme qui se sent privilégié de pouvoir combler ses deux passions.

«Sans relater des faits réels, je m’inspire grandement d’histoires auparavant entendues, mais je les situes dans des lieux et des endroits réels à Trois-Rivières»

Une chance qui lui sourit

Même si quelqu’un est capable d’écrire un roman, encore faut-il le publier et le vendre. En considérant qu’un best-seller au Québec correspond à 3000 copies vendues et que la plupart des auteurs ne vendront qu’entre 700 et 800 copies, il est inévitable que le marché soit difficile à percer. Prêt à tout, Guillaume ne s’est pas empêché d’aller cogner à la porte d’un commerce très sélectif qu’est le Costo. Suite à un discours persistant et en pleine confiance de son produit, il a réussi à faire entrer dans tous les Costco du Québec son deuxième roman L’affaire Mélodie Cormier. «Je crois en mon produit et j’avais confiance qu’il se vendrait très bien dans ces magasins», expose l’auteur qui sera d’ailleurs au Costo de Trois-Rivières le 18, 19 et 20 décembre prochain pour vendre et signer ses livres.

Guillaume Morissette peut dire qu’il n’a pas froid aux yeux et qu’il témoigne de la nécessité même de croire en ses rêves et d’aller au bout de ses ambitions. Déjà un autre roman se prépare pour le mois de mars 2016 et il se garde actif à titre de chargé de cours à l’UQTR. Malgré que ses livres gagnent en popularité, il n’envisage tout de même pas quitter ses fonctions à titre d’enseignant et il souhaite même garder cet équilibre qu’il considère gagnant.

Il est possible de se procurer «La maison des vérités» ainsi que «L’affaire Mélodie Cormier» dans la plupart des librairies du Québec.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here