Arts visuels et poésie: De la parole aux actes et de la peinture à la poésie pour Simonak

0
Simon Murphy-Gauthier fait dans l’art ludico-engagé et n’hésite pas à citer ses inspirations. Photo: Jean-Claude Collet
Simon Murphy-Gauthier fait dans l’art ludico-engagé et n’hésite pas à citer ses inspirations. Photo: Jean-Claude Collet

Peut-être avez-vous déjà croisé le chemin de cet étudiant dans un événement sur le campus ou dans un cours. Si son regard fougueux ne vous dit rien, vous avez certainement pu admirer ses œuvres artistiques à la Chasse-Galerie. Peintre et muraliste, Simon Murphy-Gauthier a créé les murales du café-bar Chasse-Galerie de l’UQTR. Il reproduira également le logo dans le corridor attenant au bar étudiant. Un projet parmi les multiples occupations de cet homme d’action qui voit en 2016 une occasion d’assumer le poète en lui.

Simon Murphy-Gauthier est un personnage qui laisse rarement indifférent. Dès sa sortie du Cégep de Trois-Rivières en arts plastiques en 2003, il récolte la Bourse Atout. Il se démarque alors de sa cohorte en se distinguant comme meilleur étudiant parmi ses pairs. Il a fait son Cégep avec en arrière-plan la Guerre en Irak. Il sort des sentiers battus en clouant des cœurs de poulet sur une œuvre. C’est à ce moment qu’il comprend la nécessité de l’authenticité en art et que sa démarche prend forme. Les propos historico-politiques sont omniprésents dans l’ensemble de son travail.

Pendant ses études en arts visuels à l’UQTR en 2005, il fait la rencontre d’Armand Vaillancourt lors du soulèvement étudiant. Cet artiste solide et combattant inspire Simon Murphy-Gauthier et vient confirmer son désir de revendiquer. Ressentant le besoin de grandeur et d’infiniment possible, il décide de poursuivre sa scolarité à Montréal, en arts visuels et médiatiques à l’UQAM, là où il obtiendra son baccalauréat. C’est à cette époque qu’il découvre la peinture en direct dans le désormais célèbre bar Les Foufounes électriques. Au mois de juillet prochain, il sera encore une fois parmi la trentaine d’artistes qui participeront à la traditionnelle peinture en direct suivie d’un encan.

Simon Murphy-Gauthier a exposé deux fois dans ce bar et également au Boudoir pendant sa vie montréalaise. Dans la région, il a passé par la Chasse-Galerie, le Gambrinus, le Nord-Ouest Café, l’Embuscade, le Zénob, le Rond-Coin et même le Temple, dans le cadre de l’événement «L’art d’être jeune», aux côtés de Jean Beaulieu. Il a aussi représenté la Mauricie sur les Plaines d’Abraham en 2003 lors de la Fête Nationale lors du projet «Rêver bleu».

Simon Murphy-Gauthier est un personnage qui laisse rarement indifférent.

Trifluvien de naissance, Simon Murphy-Gauthier revient dans sa ville en 2012. Entre deux tirages de joints… de plâtre, il poursuit des études en enseignement des arts à temps partiel. De retour dans sa ville natale de poésie, il tente peu à peu de sortir de son cadre de peintre et veut de plus en plus s’affirmer comme auteur. Il rêve maintenant de devenir un poète cowboy avec en main un éternel papier-crayon. Dans cet optique, il travaille à son premier recueil de poésie. Il décrit son écriture comme étant de la poésie punchée. Dans son recueil, chacune des phrases sera accompagnée d’une illustration. 100 dessins de Simonak offrira une phrase, une image et une ligne, un punch. Murphy-Gauthier se prépare pour les auditions d’UQTR en spectacle avec ses textes. Le Café Frida accueillera une exposition de certaines illustrations en octobre prochain, en plein cœur du Festival international de la Poésie.

L’esprit performatif et l’originalité de l’artiste se ressentent ici lors d’un événement de peinture en direct. Photo: M.-C. Perras
L’esprit performatif et l’originalité de l’artiste se ressentent ici lors d’un événement de peinture en direct. Photo: M.-C. Perras

L’artiste multidisciplinaire s’est donné un nom de pratique qui reflète bien ses valeurs. Simonak est à la fois désinvolte et acceptable. C’est un presque sacre issu de la parlure québécoise, culturellement positionné dans les jurons. Loin d’être choquant aux oreilles, il demeure sur la limite de la bonne séance. Simonak se décrit comme un fou du roi. Ce personnage était autant divertissant qu’éducatif, ce qui ressemble au ludisme engagé de Murphy-Gauthier.

Il rêve maintenant de devenir un poète cowboy avec en main un éternel papier-crayon.

En plus de ses projets artistiques, Simon Murphy-Gauthier est président de la Société Saint-Jean-Baptiste pour la section Trois-Rivières-Ouest et Pointe-du-Lac. Il organisera les festivités de la journée nationale des Patriotes en mai prochain. Il est aussi membre des Compagnons du folklore où il est câleur et danseur trad. Il sera aussi parmi la chorale de Saint-Élie-de-Caxton cette année et s’initie à la performance et à la marionnette avec la troupe d’animation Caravane de St-Paulin. Il affirme que l’important, c’est de participer. Ce qu’il fait ardemment et pleinement dans chacune de ses entreprises. Pour un contact virtuel avec l’artiste, il est possible de visiter son site internet au www.simonak.com.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here