Home Actualités Programme de récupération des appareils électroniques: Nouvel Électrobac

Programme de récupération des appareils électroniques: Nouvel Électrobac

0
Programme de récupération des appareils électroniques: Nouvel Électrobac
L'Électrobac se situe au deuxième étage, près de la bibliothèque. Photo: A. Lemire

 

L'Électrobac se situe au deuxième étage, près de la bibliothèque. Photo: A. Lemire
L’Électrobac se situe au deuxième étage du pavillon Ringuet, près de la bibliothèque. Photo: A. Lemire

Depuis la rentrée, l’université met à disposition un bac afin de collecter les appareils électroniques usagers pour les étudiants ainsi qu’au personnel. Se situant sur le campus, ce programme vise en premier lieu à réduire les produits destinés à l’enfouissement et permet ainsi de limiter la pollution de l’environnement.

Le bac Électrobac permet de récupérer de nombreux types d’appareils électroniques personnels comme les lecteurs MP3, les téléphones portables ou encore les chargeurs de toutes sortes. Le bac se situe au deuxième étage, près de la bibliothèque. Quant aux plus gros produits électroniques, tels que les ordinateurs, ils doivent être amenés directement à la Coopsco, au rez-de-chaussée. Néanmoins, les appareils appartenant à l’UQTR ne sont pas acceptés, mais ils devront être remis au Service de l’approvisionnement.

Valérie Larose, conseillère en développement durable, rappelle que « tout le matériel électronique est excessivement polluant ».

Un recyclage responsable

L’université est l’un des points officiels de collecte de l’ARPE-Québec (L’Association pour le recyclage des produits électroniques). L’association assure que tous les produits électroniques recueillis sont acheminés vers des entreprises approuvées et conformes aux normes en vigueur au Canada. Ils seront recyclés de façon sécuritaire, sure et écologique.

Geste écologique

Valérie Larose, conseillère en développement durable, rappelle que «tout le matériel électronique est excessivement polluant». En effet, ils contiennent pour la plupart du plomb, du mercure et plusieurs autres substances néfastes pour l’écosystème. Par exemple, de plus en plus de personnes possèdent un cellulaire et ne le gardent que sur une période plus ou moins courte. Un cellulaire représente alors un nombre élevé de contaminants. Ce nouveau dispositif cherche à sensibiliser le plus grand nombre grâce à la haute fréquence sur le campus. De plus, ce programme de récupération permet de faciliter l’accès au recyclage des produits électroniques. Les étudiants n’auront pas alors à se déplacer dans un coin de la ville pour les déposer. Il existe également plusieurs points de collecte dans la région.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here