Home Arts et spectacles Théâtre Advienne que pourra: Un tour de force en 90 minutes

Théâtre Advienne que pourra: Un tour de force en 90 minutes

0
Théâtre Advienne que pourra: Un tour de force en 90 minutes
L’ingéniosité des accessoires permet un ludisme fantaisiste, ici l’éléphant qui sert à transporter les voyageurs. Photo: Luc Lavergne
L’ingéniosité des accessoires permet un ludisme fantaisiste, ici l’éléphant qui sert à transporter les voyageurs. Photo: Luc Lavergne
L’ingéniosité des accessoires permet un ludisme fantaisiste, ici l’éléphant qui sert à transporter les voyageurs. Photo: Luc Lavergne

Dans le cadre de sa série Théâtre-enfance-jeunesse, la Maison de la culture de Trois-Rivières a ouvert ses portes à l’énergique production Le tour du monde en 80 jours. L’adaptation et la mise en scène de Frédéric Bélanger permettent à ce classique de la littérature de vivre sur scène et de se révéler à un public de petits. Les enfants désireux de vivre une expérience participative et artistique pouvaient se rendre à une activité d’arts plastiques avant le spectacle. La compagnie du Théâtre Advienne que pourra a occupé la salle Anaïs-Allard-Rousseau ce dimanche 24 janvier en après-midi.

Jules Verne écrit ce livre en plein cœur de la révolution industrielle, au moment où les chemins de fer gagnent en importance. Faire le tour du monde en 80 jours était donc audacieux à cette époque qui ne connaissait pas encore l’avion. Le gentleman Phileas Fogg parie une grande partie de sa fortune qu’il arrivera à relever ce défi de taille. Accompagné de son serviteur Jean Passepartout, il entreprend cette course folle.

La mise en scène de Frédéric Bélanger se laisse savourer tout au long des 90 minutes que dure le spectacle.

Cette version écrite pour les enfants est dynamique et finement ficelée. La trentaine de personnages est interprétée par cinq comédiens habiles qui ont un sens du comique soutenu par un rythme solide. Les contrastes physiques et vocaux, les clichés et les exagérations contribuent aisément à accepter les conventions liées au changement de personnages. Louis-Philippe Berthiaume offre un Passepartout vif et bien dosé, ce qui en fait un personnage succulent. Berhiaume est fraîchement sorti de l’école de théâtre en 2012 et travaille sur ce projet depuis l’été 2013.

La mise en scène de Frédéric Bélanger se laisse savourer tout au long des 90 minutes que dure le spectacle. Appuyée par une scénographie simple et ingénieuse, la pièce surprend et amuse autant petits et grands. Les quelques adresses au public augmentent le taux d’humour et créent une chaleur avec les spectateurs. Un homme dans l’assistance se fait interpellé plusieurs fois au cours de la représentation et sera invité à participer sur la scène.

Le duo maître-valet composé de François-Simon Poirier et de Louis-Philippe Berthiaume est efficace et fort amusant. Photo: Luc Lavergne
Le duo maître-valet composé de François-Simon Poirier et de Louis-Philippe Berthiaume est efficace et fort amusant. Photo: Luc Lavergne

De multiples malles sont dispersées dans l’espace de jeu. Les comédiens les déplacent, les entassent, les ouvrent et les empilent afin de représenter tour à tour un éléphant, des wagons de train ou encore un pupitre de douanes. Lorsque les voyageurs se voient dans l’obligation de partir en traineau à travers l’Amérique enneigée, une de ces malles leur sert de luge et donne lieu à un moment fort du spectacle.

Les costumes de Sarah Balleux et les accessoires de Marjolaine Provençal contribuent à unifier cette production réussie à tous les niveaux. Le travail ingénieux et esthétique de ces deux conceptrices est remarquable. L’entièreté du spectacle demeure simple et légère. La surcharge est évitée malgré les innombrables lieux et péripéties qui se présentent au public.

La trentaine de personnages est interprétée par cinq comédiens habiles qui ont un sens du comique soutenu par un rythme solide.

C’est un spectacle rodé et maîtrisé par les comédiens qui, pour la plupart, y travaillent depuis plus de deux ans. D’abord conçue pour la Roulotte de Paul Buissonneau, la production s’est transposée à la scène. Le Théâtre Advienne que pourra est fondé en 2005 avec pour mission de rendre accessible des classiques pour initier les jeunes aux arts de la scène. Cette compagnie lanaudoise assure les programmations estivales de la Roulotte de Paul Buissonneau depuis l’été 2013.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here