Home Arts et spectacles Théâtre régional: Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie

Théâtre régional: Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie

0
L'éclairage de Luc Levreault soutien avec aplomb la mise en scène de Patrick Lacombe. Photo: J.-M. Gauthier
L’éclairage de Luc Levreault soutien avec aplomb la mise en scène de Patrick Lacombe. Photo: J.-M. Gauthier

Le Théâtre des Gens de la Place (TGP) a amorcé sa 22e saison en présentant la pièce Richard III de William Shakespeare. Du 18 au 27 septembre dernier, la troupe trifluvienne a donné le coup d’envoi à une saison qui se veut audacieuse. Les productions sont toutes jouées à la Salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières. En s’attaquant à un bonze comme Shakespeare, maintes fois vu et lu, le TGP se devait de surprendre et de cogner un grand coup.

Pour une deuxième fois cet été, Patrick Lacombe assure une mise en scène audacieuse et risquée. Tout d’abord, il a fait le choix judicieux de condenser le texte de Shakespeare le plus joué dans le monde. Cette pièce, à l’origine, dure environ trois heures et le déterminé Lacombe l’écourte de moitié. En passant dans l’entonnoir les détails historiques et relationnels de la pièce, le concentré qui en résulte en est un focalisé sur le caractère sordide de Richard III. Suivre de façon si intense l’ascension machiavélique, violente et hypocrite de cet homme au trône d’Angleterre est très lourd à porter pour le spectateur, mais ficelé avec finesse par les acteurs de soutien.

En dépouillant entièrement la scène de décor, Patrick Lacombe a joué gros. Il a cependant fait appel à des adjuvants de taille. L’éclairagiste chevronné Luc Levreautl arrive à créer un personnage de plus avec les jeux de lumière. Les seuls accessoires sont des lampes mobiles qui s’accrochent, comme celles que les mécaniciens utilisent. Malgré les petites maladresses occasionnées par les lampes portatives manipulées par les comédiens, Levreault et son éclairage incarnent une ambiance lugubre et oppressante soutenue, ce qui est une des grandes forces de cette production. L’absence de décor et l’impression de pénombre constante n’aident en rien au confort du spectateur et accentuent la vision et la perception d’un homme puissamment méchant.

En dépouillant entièrement la scène de décor, Patrick Lacombe a joué gros. Il a cependant fait appel à des adjuvants de taille.

L’autre allié de l’innovant Lacombe est le solide Stéphane Bélanger, qui offre un jeu saisissant. Toute la force de caractère, du comédien et du personnage, est imposée de plein fouet dans cette palette d’émotions. Il serait facile et tentant d’étiqueter Richard III de monstre, mais la subtilité dans le travail de Bélanger, appuyé par un support multimédia, dévoile un être humain fragile et repentant. Bien que les quelques projections vidéo ne soient pas toutes nécessaires, celle en particulier qui nous plonge dans l’abîme de la conscience noircie du roi dans un effet onirique est poétiquement efficace dans la mesure où toute l’humanité de cet homme est accessible.

Patrick Lacombe a su exprimer, avec une distribution efficace et un éclairage surprenant, tout ce qui fait de nous des hommes.

Un travail didactique a été fait de la part de la production, mais malgré cela, le contenu demeure chargé et d’une densité épuisante. Du temps de Shakespeare, tout le monde connaissait l’histoire de la monarchie anglaise, alors qu’aujourd’hui, c’est plutôt complexe. Mais la force de ce grand auteur, c’est d’avoir dépeint l’hommerie. Même s’il est possible de se perdre entre la guerre des Deux Roses et les familles Lancastre et York, le principal, c’est que la corruption, la manipulation et la soif du pouvoir habitent chacun d’entre nous. Patrick Lacombe a su exprimer, avec une distribution efficace et un éclairage surprenant, tout ce qui fait de nous des hommes.

Depuis 22 ans, le Théâtre des Gens de la Place offre un théâtre de répertoire, accessible et de qualité tout en aspirant à l’innovation. La troupe assume de plus en plus ses esthétiques et ose petit à petit à présenter des mises en scène moins conventionnelles. Les détails de la programmation du Théâtre des Gens de la Place sont disponibles sur leur site internet.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here