Vernissage de l’exposition « Vanités et fournitures » : L’art féminin sous toutes ses formes

1
84
LUITR-2019_A2019.png
Vue de l’exposition | Crédit: PLL

La Galerie R3 a ouvert sa programmation 2019-2020 le 19 septembre avec le vernissage de l’exposition « Vanités et Fournitures » de l’artiste Carol-Ann Belzile-Normand. La galerie nous offre une exposition dédiée entièrement à une femme-artiste où cette dernière nous présente un corpus d’œuvres qui traite du corps féminin et de l’espace domestique.

L’exposition prend diverses formes : sculptures en céramique, projections vidéos, bande sonore, dessins et hologramme. Un dialogue s’ouvre ainsi entre la dimension numérique et la dimension plastique où ces deux formes d’art cohabitent ensemble. Alors que les arts numériques et les arts plastiques ont souvent tendance à être séparés, l’artiste les réconcilie.

Le corps féminin dans l’art

Crédit: PLL

Carol-Ann Belzile-Normand nous présente une vision du corps féminin à laquelle nous ne sommes pas habitué.e.s, soit celle de corps irréguliers. D’une part, elle traite de l’odalisque, figure anciennement traitée par plusieurs artistes en art, qu’elle traduit par l’hologramme, la céramique et la projection vidéo. La figure de l’odalisque a souvent été représentée en peinture, mais l’artiste nous offre ici une figure déconstruite au travers de médiums numériques. Elle privilégie davantage une vision du corps irrégulier à celle du corps lisse.  D’autre part, elle nous présente des parties du corps et des objets féminins par le biais de céramiques et de la série de dessins Éro-gun.

L’espace domestique

Crédit: PLL

En entrant dans la galerie, les spectateur.trice.s sont tout de suite plongé.e.s dans un espace autre. L’artiste affirme avoir voulu « transformer le lieu d’exposition en un lieu d’intimité et de quotidienneté ». Des murs vert pastel de la galerie aux formes architecturales rappelant le mobilier, l’espace domestique prend forme. La place de la céramique au sein de l’exposition a aussi son rôle à jouer. Elle appelle le sensible, la douceur, l’irrégularité. 

Pour la réalisation de certaines des œuvres présentées, l’artiste a obtenu la bourse Première Ovation de la ville de Québec ainsi que le soutien de La Bande Vidéo.

Il semble aujourd’hui nécessaire que les lieux de diffusion présente le travail des femmes. L’exposition se poursuit jusqu’au 18 octobre 2019. L’entrée est libre.

1 commentaire

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here