40 ans du Sabord: un vernissage-anniversaire à la Galerie d’art du Parc

0
Publicité

Le vendredi 22 septembre dernier s’est déroulé un vernissage-anniversaire pour célébrer les 40 ans de la revue culturelle Le Sabord à la Galerie d’art du Parc. Il s’agit d’un événement divisé en trois parties : le lancement du numéro du 125 | Post-, une soirée de célébration pour les 40 ans du Sabord et le vernissage de l’exposition Archiver le futur : re-documenter par la marge et le transitoire. C’est dans une salle pleine que les amateurs et amatrices de la revue se sont retrouvés afin de célébrer les 40 ans d’existence du Sabord.

Célébrer le 40e anniversaire en grand!

De gauche à droite: Simon Brown, Maude Pilon, Isabelle Gagné, Gabriel Mondor, Karine Bouchard et Ariane Gélinas. Crédits: Journaliste

Pour commencer les festivités de la soirée, c’est avec une coupe de vin que le public a été accueilli par la co-directrice littéraire, Ariane Gélinas et la co-directrice artistique, Karine Bouchard. Ces dernières ont retracé l’histoire du Sabord qui est une revue hybride de créations littéraires et visuelles existant depuis 1983.

Lecture de texte d’Anne-Marie Duquette. Crédits: Journaliste

Par la suite, il y a eu une lecture de textes des auteur.e.s présent.e.s. La première auteure était Anne-Marie Duquette, adjointe à la direction du Sabord, qui a présenté sa nouvelle: Après la course. Ralph Elawani a ensuite réalisé une lecture performative de sa suite poétique en faisant asseoir le public et en choisissant des participants afin de lire avec lui.

Lecture de texte de Ralph Elawani. Crédits: Journaliste

Enfin, c’est la co-directrice artistique, Karine Bouchard, qui a lu son texte en réponse aux textes des fondateurs du Sabord que l’on retrouve dans le numéro 123. Elle a d’abord mentionné qu’il s’agissait d’une lecture très personnelle et intime. Tous ont été touchés par celle qui continuera à faire rayonner les pages du Sabord avec Ariane Gélinas, tout comme les fondateurs de la revue l’ont fait avant elles.

La soirée s’est conclue avec une performance de Simon Brown et de Maude Pilon. Ces derniers ont fouillé dans les archives et ont sélectionné les lettres de refus envoyées par Le Sabord et les demandes d’appel de textes et d’œuvres. La salle n’a pas cessé de rire devant les correspondances souvent passives-agressives ayant pris une tournure humoristique grâce au ton employé par les artistes.

Le lancement de la revue 125 | Post-

Peut être un graphique de 2 personnes et texte : « Sabord post- création littéraire et visuelle Karine Bouchard Marina Seta Julie Dugal A- Ralph Elawani Isabelle Gaudet-Labin Karoline Mathieu Grenier MimiHaddam Bianca Joubert Kite Chloé Duchesse Virginie Laganière Gabrielle Morin Dominique Mousseau Ariane Tapp Shanie Tomassini Quentin VerCetty revue de l'année 125 »
Le numéro 125 | Post-. Crédits: Page Facebook du Sabord

Le vernissage-anniversaire présentait aussi le lancement du numéro 125 | Post-. Il s’agit de la dernière revue célébrant le 40e anniversaire du Sabord avec les numéros 123 | rhizomes et 124 | Carrefour. Le passé, le présent et le futur sont représentés dans chacune des revues de ce tryptique. La revue regroupe entre autres de la poésie, de la prose, des nouvelles et des textes inclassables avec la thématique de l’après, du futur. Ce sont 11 artistes textuels et 6 artistes visuels qui participent à ce numéro.

Pour ceux et celles qui veulent se procurer le numéro 125 | Post-, il est disponible sur le site des Libraires juste ici.

Les stagiaires du Sabord Florence Désaulniers et Laurence Thériault à la table de vente des revues du Sabord.

Archiver le futur : re-documenter par la marge et le transitoire , une exposition qui traverse le temps

Archiver le futur : re-documenter par la marge et le transitoire propose une vision actualisée de l’archive pour se tourner vers l’avenir. Selon Karine Bouchard, co-directrice artistique du Sabord et commissaire de l’exposition, le but était de créer une version physique du Sabord. On peut retrouver les oeuvres des artistes: Simon Brown, Isabelle Gagné, Gabriel Mondor et Maude Pilon. Chaque projet artistique est constitué de matériaux du passé dont les anciennes éditions et archives du Sabord. Les oeuvres nous invitent à traverser le temps entre le passé et l’avenir.

Installation Mémoires vivantes d’Isabelle Gagné. Crédits: Journaliste

Jusqu’au 22 octobre, il est possible de visiter l’exposition Archiver le futur : re-documenter par la marge et le transitoire située au troisième étage de la Galerie d’art du Parc.

REPONDRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici