Ambiance survoltée: Orloge Simard remplit le Zénob

0
Orloge Simard dans un Zénob plein. Photo: A. Vaillant-Gamache
Orloge Simard dans un Zénob plein. Photo: A. Vaillant-Gamache

Le samedi 30 janvier dernier, le Café-Bar Zénob a été l’hôte du spectacle d’Orloge Simard. C’est dans un bar plein que le chanteur a joué ses chansons crues. Accompagné de son groupe, Orloge Simard avait préparé une soirée festive à souhait pour les nombreux spectateurs réunis.

L’ambiance qui régnait dans le Zénob s’approchait d’un rassemblement festif du temps des fêtes où les oncles sortent leurs guitares pour chantonner les chansons les plus grivoises de leur répertoire.

Aucuncadrisme

Sans s’attarder aux paroles, la musique d’Orloge Simard est une pop rock teintée de blues, de country, de folk et de ska. Elle s’approche aussi de ce que Les Trois Accords et Les Cowboys Fringants offraient à leur début. Le chanteur était accompagné d’un guitariste, un bassiste, un claviériste et un batteur. Le jeu de basse accrocheur était souvent l’autre élément vedette des chansons, après les paroles bien entendu. Mélangé à une voix rappelant Dédé Fortin, Mononc’ Serge ou même Fred Pellerin par moment, le tout constitue une ode à la culture populaire québécoise. Finalement, ce sont les paroles qui caractérisent la musique d’Orloge Simard. Pour bien comprendre la vulgarité derrière les chansons, le chanteur définit son style par l’Aucuncadrisme. Une musique sans cadre, qui ne laisse pas de place à la censure.

C’est donc ces paroles sans filtre qui ont été chantées à tue-tête par le public déjà conquis. Simard a des capacités de chansonnier d’expérience, lui qui réussit à créer des refrains tellement accrocheurs qu’il en était impossible pour les spectateurs présents de ne pas les chanter. Si le chanteur a entrepris de jouer devant un public déjà réceptif à ses chansons, Orloge Simard ne fait pas toujours l’unanimité là où il passe. En 2014, le groupe s’est fait expulser d’un festival suite à des protestations de spectateurs lors de sa prestation. C’est que beaucoup de paroles sont explicitement sexuelles. L’auteur décrit des situations avec beaucoup de détails ce qui ne laisse plus beaucoup de place à l’imagination et à l’interprétation. L’artiste se défend en expliquant que ses textes sont une caricature absurde avec des propos volontairement stupides. Pour ceux qui connaissent le groupe Black Taboo, un groupe rap québécois qui fait aussi dans les paroles vulgaires, la comparaison est facile à faire. La différence majeure est le style, mais il donne dans le même univers.

Simard avait aussi une façon bien à lui de présenter ses chansons. «La prochaine chanson est la plus tendre des chansons d’amour jamais composée!»

Affublés de chemises fleuries, le groupe a fait une succession des titres les plus grivois du chanteur. Ponctué de devinettes humoristiques entre les chansons, Simard avait aussi une façon bien à lui de présenter ses chansons. «La prochaine chanson est la plus tendre des chansons d’amour jamais composée!» C’est sur ces mots qu’Orloge Simard a débuté la chanson Gros Problème qui débute avec la ligne suivante: «Oh ma chérie, j’ai la poche pleine». L’artiste originaire du Saguenay chante aussi sur son bout de pays. Les chansons Le Baieriverain, Lac Otis et Saguenay River racontent, dans une manière qui rappelle celle d’un conteur, une panoplie d’aventures pouvant s’être déroulées dans sa région.

Malgré le fait que le clavier du musicien Andy Ellefsen ait été trouvé défectueux avant la prestation, ce n’est pas ce qui l’a empêché de jouer. Le groupe a tôt fait de trouver un autre clavier pour pouvoir finalement débuter la prestation. La prestation a commencé quelque peu en retard vers 22h20. Le retard d’un peu moins d’une heure est par contre facilement excusable vu le problème technique qui s’est présenté.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here