Entrevue avec Cosmophone: Cosmophonie, un premier EP pour la formation

0
1605
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Pochette du EP Cosmophonie Crédit: Frédéric Champoux
Pochette du EP Cosmophonie Crédit: Frédéric Champoux

Après une toute première aventure en studio, le groupe Cosmophone a lancé, le 17 janvier dernier, Cosmophonie EP. C’est à la suite d’un séjour de trois jours au très réputé studio Référence, qui a entre autres vu passer les Daniel Bélanger, Richard Desjardins et Beau Dommage, que la formation a pu donner naissance à six pièces. Zone Campus s’est entretenu avec Catherine Laurin et Daniel Quirion, principaux compositeurs du groupe, sur la sortie récente de cet EP.

C’est d’abord avec l’idée première de créer quelque chose qui n’a pas été réalisé avant que les musiciens de Cosmophone ont entrepris le projet. Composer des chansons rock et pop, mais dans une philosophie provenant du jazz et du classique, dans le but de donner une profondeur et une complexité unique et propre à eux. Les paroles poétiques de Catherine Laurin contribuent à la signature sonore de la formation originaire de Trois-Rivières. Le groupe se laisse aussi influencer par une palette intéressante d’artistes et de groupes tels que Radiohead pour son introspection et Karkwa pour son intelligence mélodique et la richesse de ses textes. Emilie & Ogden, Forêt et Pink Floyd ont également été mentionnés.

Expérience en studio

C’est environ deux semaines avant l’enregistrement que Cosmophone s’est vu offrir l’opportunité d’enregistrer au studio Référence, studio appartenant au musicien Guy St-Onge. Le groupe, ayant déjà plusieurs compositions à son actif, a sauté sur l’occasion. Les musiciens trifluviens ont été hébergés durant trois jours au studio. Trois jours d’isolement qui ont servi à d’abord enregistrer, mais aussi à approfondir leur sonorité. En explorant plusieurs sons de guitares, plusieurs effets à ajouter, le groupe a eu une courte période de préavis avant l’enregistrement. Il est resté ouvert à l’imagination et à la création en studio. «On a réalisé que de pratiquer pour des shows est vraiment différent que de se préparer pour le studio», avoue la chanteuse et co-compositrice, Catherine Laurin. «Nos pièces étaient prêtes, mais il y a toujours matière à amélioration, et donc quand on est arrivés au studio, certains éléments ont été rajoutés de façon spontanée, et d’autres modifiés. D’avoir un regard extérieur et l’avis d’un ingénieur de son a été très formateur.»

Les paroles poétiques de Catherine Laurin contribuent à la signature sonore de la formation originaire de Trois-Rivières.

Une question d’identité

Plusieurs formations décident de s’exiler à Montréal ou à Québec lorsqu’arrive la popularité. Il ne s’agit peut-être pas d’une très grande distance à parcourir, mais la différence y est en termes de ressources, d’offres et de demandes culturelles. Si Cosmophone n’est pas encore à prendre cette décision du côté professionnel, Catherine Laurin et Daniel Quirion résident déjà à Montréal dans le cadre de leurs études. «Je me considère plus comme un Trifluvien vivant à Montréal, qu’un Montréalais.» Quirion avoue qu’il y a plus de ressources là-bas, mais que Trois-Rivières est d’abord leur ville d’origine. Le groupe s’impose déjà comme figure majeure dans la région, notamment à la suite de plusieurs spectacles donnés et à la tournée Panache qui vise à promouvoir l’émergence des talents musicaux provenant de la Mauricie. Comme membre de la scène trifluvienne, Bears of Legend s’est fait connaître et apprécier tout en gardant un pied à terre dans la région. Pour Cosmophone, Bears of Legend est une formation inspirante, elle qui jusqu’à maintenant fonctionne de manière indépendante. David Lavergne, membre de Bears of Legend, a d’ailleurs aidé le groupe à quelques occasions, comme pour leur dénicher une première partie au spectacle d’Emilie & Ogden qui s’est tenu à Shawinigan en décembre dernier.

La musique du groupe est disponible à l’adresse suivante, www.cosmophone.bandcamp.com.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here