Exposition au Café Frida: Quand l’emballage devient fascinant

0
1158
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Les différents emballages démontrent une expertise affinée au fil du temps. Photo: Alexis Boucher
Les différents emballages démontrent une expertise affinée au fil du temps. Photo: Alexis Boucher

Alors que l’hiver s’effrite sous le soleil persistant du printemps, les photographies exposées au Café Frida rappellent que la saison froide est culturellement signifiante pour les Québécois. Étienne Boisvert a rassemblé dix images suite à un travail de recherche qui s’est échelonné sur six ans. Le vernissage de Hivernage s’est déroulé le vendredi 4 mars dernier et l’exposition sera en cours tout le mois présent.

Étienne Boisvert a sillonné la Mauricie pendant six ans afin de dénicher ce qu’il nomme simplement des objets. Ces objets sont en fait l’expression d’un mode de vie nordique. Les sujets principaux de ses images sont des vestiges de l’été emballés sous des toiles. Un bon nombre de personnes protègent terrains, arbustes et matériaux en vue de l’hiver. Ce rituel automnal se pratique habituellement alors qu’une météo clémente du mois de novembre permet à l’humain du Nord de s’organiser.

Ces objets sont en fait l’expression d’un mode de vie nordique.

Le souci de la lumière est un atout pour l’uniformité des photos. Le photographe travaillait par temps grisâtre, ce qui rend les images froides et sombres, à l’image de cette période de l’année. Le déprimant mois de novembre se traduit agréablement dans la composition des photographies. Les couleurs variées des bâches et les diverses techniques de recouvrement font de ces objets des petits monuments insolites.

Étienne Boisvert a sillonné la Mauricie à la recherche de monuments insolites. Photo: Étienne Boisvert
Étienne Boisvert a sillonné la Mauricie à la recherche de monuments insolites. Photo: Étienne Boisvert

Au-delà du travail de photographie, Étienne Boisvert se dit riche de son expérience de rencontre avec l’autre. Pendant sa chasse aux trésors, il a abordé un bon nombre de propriétaires et les échanges sur ce geste devenu banal qu’est de recouvrir ses biens l’a fait réfléchir sur ce rituel. Les photos peuvent sembler anodines pour les Québécois, mais c’est une véritable empreinte culturelle. Par la capture de cette habitude qui prépare à l’hivernation, Boisvert documente le cycle de la nature et le rapport à celle-ci.

Le résultat esthétique est convaincant, les cadrages demeurent simples et efficaces. L’alternance des formats paysage et portrait ainsi que l’alternance des couleurs dans la disposition d’accrochage sont judicieuses et font de l’ensemble de la sélection une réussite. Pour bien savourer cette réflexion philosophique sur le temps qui passe et les rituels associés à son passage, il est nécessaire d’observer les tableaux dans leur ensemble. Les objets deviennent alors autant de témoins de notre mode de vie hivernal.

Sous les toiles de polyester les objets ne sont pas toujours reconnaissables, ce qui en fait des masses de couleur intrigantes. Un peu à la manière de Christo qui emballe des monuments et installe des bandes de tissu gigantesques à l’échelle du paysage avec l’objectif de révéler un lieu en le cachant, les propriétaires d’objet en font de même. Sans toutefois révéler l’objet ou son histoire, l’empaqueteur hivernal crée des Christo miniatures, comme se plaît à le dire le jeune photographe.

Le résultat esthétique est convaincant, les cadrages demeurent simples et efficaces.

Natif de Trois-Rivières, Étienne Boisvert y découvre la photographie dans son parcours de cégépien. Il poursuit ensuite des études dans ce domaine à Montréal et gagne aujourd’hui sa vie dans la région avec son appareil photo. En marge de sa pratique artistique, il bâtit des banques d’images pour des organismes corporatifs. Il touche aussi à la pratique vidéographique en plus de faire partie d’un groupe de musique pour lequel il joue de la batterie, de la guitare et prête sa voix. Le groupe Whitford sortira un album de cinq chansons prochainement.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here