Festival international de poésie : Trois-Rivières, ville de poésie

0
37
LUITR-2019_A2019.png
Légende photo 2 : Les traditionnelles cordes à poème, installées au Parc Champlain, sont emblématique du Festival international de poésie. Crédit : Festival international de la poésie de Trois-Rivières

Du 4 au 13 octobre dernier s’est déroulé le Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Pour cette 35e édition, une centaine de poètes d’ici et d’ailleurs se sont déplacé.e.s pour venir réciter leurs plus beaux vers aux amateur.rice.s du genre littéraire.

Ateliers d’écriture, récitals, discussions poétiques et bien d’autres activités étaient offertes durant les 10 jours du festival. En tout, ce sont plus de 300 activités qui ont eu lieu et ce, dans près de 90 endroits différents; les festivalier.ière.s qui ont, encore une fois, participé en grand nombre ont ainsi pu visiter divers lieux représentatifs de la culture de la «capitale de la poésie».

35 ans de poésie

C’est il y a 35 ans, en 1985, que la première édition du festival voit le jour. Depuis, plus de 3000 poètes venus de cinq continents ont foulé le sol trifluvien. Selon Gaston Bellemare, le président fondateur du festival, si ce dernier est aussi fructueux année après année, c’est principalement parce qu’«après 35 ans, les gens savent à quoi s’attendre».

Le silence de la foule lors des lectures serait incomparable

Il mentionne que la formule de l’événement est ce qui en fait le charme; les spectateur.rice.s se déplacent, car ils veulent entendre les poètes lire à voix haute leurs propres créations. Pour plusieurs, l’expérience que procurent les récitals de poésie se distinguerait grandement de celle qui est procurée par une lecture individuelle. Cela permettrait d’être réellement immergé dans l’univers du ou de la poète, tout en profitant de l’atmosphère unique du Festival international.

Qu’en est-il de l’édition 2019?

Gaston Bellemare explique que la chose la plus importe en ce qui concerne cette 35e édition est simplement le fait que le public était encore présent et nombreux. Il souligne qu’à chaque édition, nombreux sont les individus qui partagent aux membres de l’organisation leur appréciation de l’événement.

Comme le disait le président fondateur, certaines personnes sont parfois si touchées par les mots d’un.e poète qu’elles en viennent à suivre le/la poète à travers les nombreuses activités offertes par le festival. Des groupes de 10 à 12 personnes ont été aperçus, vagabondant d’une activité à l’autre, dans l’optique d’entendre des textes inédits de leur poète favori.te lors des dix jours du festival.

En tout, ce sont plus de 300 activités qui ont eu lieu et ce, dans près de 90 endroits différents

Parmi les multiples activités présentées cette année, on y retrouvait les traditionnels ateliers d’écriture, les poèmes de nuit au café-bar Zénob ainsi que les dîners-poésie dans divers restaurants du centre-ville trifluvien. Toutefois, il y avait également quelques nouveautés.

Notamment, l’activité de la «Poésie à la chandelle à la chapelle» était une première; pour l’occasion, de multiples chandelles étaient allumées dans la chapelle du Musée Pierre-Boucher au Séminaire de Trois-Rivières. 70 personnes y ont participé; le président fondateur, Gaston Bellemare, a mentionné être particulièrement satisfait du résultat de cette activité qui fera certainement partie de la programmation dans les années à venir.

Les impressions des poètes invité.e.s

Selon plusieurs des poètes invité.e.s au Festival international de la poésie de Trois-Rivières, le silence de la foule lors des lectures serait incomparable; apparemment, la qualité du silence et de l’audience qu’offre le festival trifluvien serait unique au monde.

festival international de poésie de tr
L’activité «Poésie à la chandelle à la chapelle» a charmé les festivalier.ière.s en raison de son ambiance des plus magiques. Crédit : Festival international de la poésie de Trois-Rivières

La poète québécoise Isabelle Gaudet-Labine aurait d’ailleurs mentionné, à la suite de son passage l’an dernier, qu’elle était plus qu’heureuse d’avoir pu participer à l’événement; en s’adressant à la ville trifluvienne, elle disait «Merci Trois-Rivières pour tes oreilles attentives, et pour tes belles rencontres en poésie.»

Journée Mondiale de la Poésie

Outre les préparatifs liés au festival, Gaston Bellemare expliquait que le 21 mars 2020, en l’honneur de la journée mondiale de la poésie, le Festival International de la poésie de Trois-Rivières se déplacera à Vérone, en Italie, afin de présenter la poésie québécoise aux membres de l’Académie mondiale de la poésie.

Cette journée-là, 2 poètes, une femme ainsi qu’un homme, disposeront de deux heures pour réciter 20 poèmes écrits par des poètes québécoises et 20 écrits par leurs homologues masculins. Cela permettra de faire briller à l’international le festival trifluvien, mais surtout, le talent littéraire du Québec.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here