L’Écon’homme: Le plan des Démocrates à l’international (partie 2)

0
122113748_3355139044523331_6316814312961007221_o.png
L'Écon'homme
Crédit image: Sarah Gardner

La politique étrangère démocrate de Joe Biden semble plus douce que celle de Trump. Toutefois, il pourrait en être tout autre de sa politique commerciale. Zoom sur la politique commerciale Biden, sur sa plateforme électorale et ses interventions en campagne.

Les accords de libre-échange sur la glace

D’un point de vue global, le parti démocrate compte mettre sur la glace la ratification de tout accord. Le but de cette manœuvre est d’améliorer l’efficacité et la compétitivité des États-Unis avant de renégocier. Cette mesure vise notamment à éviter la déportation d’emplois comme il s’en est vu beaucoup aux États-Unis. De plus, les Démocrates souligne le fait que les futurs accords mettront l’accent sur la dimension des droits humains, et de l’environnement, outre les paramètres standards.

«We will not negotiate any new trade deals before first investing in American competitiveness at home.»

Extrait de la plateforme électorale démocrate

L’Asie: compétition déloyale

L’Asie, mais plus particulièrement la Chine, se retrouve dans le collimateur américain. Les Démocrates comptent sévir contre la violation des brevets américains, que la Chine ne redonnait pas nécessairement comme une violation du droit international de commerce.

De plus, elle compte prendre en considération la manipulation monétaire qu’exécute la Chine. À ce chapitre, il est important de comprendre que la Chine garde son taux de change avec le dollar américain bas. Cette méthode l’avantage sur les marchés internationaux, car le dragon asiatique est un pays à balance exportatrice importante. Afin de combattre cet enjeu, les États-Unis comptent mobiliser la communauté internationale, ce qui n’est pas sans rappeler d’autres orientations du camp Biden. Ainsi, la présidence démocrate compte inviter plusieurs pays à négocier de front, en bloc, contre la Chine.

Un regain de continentalisme

«We will turn the page on the Trump Administration’s denigration and extortion of our neighbors.»

EXTRAIT DE LA PLATEFORME ÉLECTORALE DÉMOCRATE

À différence de Trump, Biden n’est pas isolationniste, mais bien continentaliste, du moins ce dont on a été témoins jusqu’à présent. La vision Biden n’inclut donc pas que les États-Unis comme centre de préoccupations, mais bien toute l’Amérique du Nord. Cette vision considère donc le Canada, les États-Unis et le Mexique comme liés dans leur prospérité.

Ainsi, le gouvernement Biden est bien plus enclin à mener des actions tarifaires ou de quotas avec l’Europe ou l’Asie, qu’avec le Canada. Cette vision peut donc être à l’avantage du Canada, qui vivra une stabilité économique plus grande.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here