La collecte d’équipements de sports et d’articles scolaires: Une bonne action qui fait des heureux!

0
382
LUITR-2019_A2019.png
De gauche à droite : Olivier Landry, Manon Rocheleau, qui occupe présentement le poste de direction de l’école primaire St-Paul ainsi qu’Élisabeth Roy. Crédit photo : École primaire Saint-Paul

Du 27 novembre au 14 décembre 2018 s’est déroulé le projet Donnez au suivant, partagez le bonheur. Il s’agissait d’une collecte d’équipements de sport et d’articles scolaires mise sur pied par Olivier Landry, étudiant en enseignement de l’éducation physique et à la santé (ASAP), et par Élizabeth Roy, étudiante en éducation au préscolaire et enseignement au primaire (BÉPEP).

Les deux étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) expliquaient que la collecte d’articles favorise la réutilisation d’objets en les redonnant aux jeunes issus de milieux défavorisés. D’ailleurs, ils affirmaient qu’aux études postsecondaires, les jeunes adultes utilisaient davantage l’ordinateur et jetaient tous leurs cartables, cahiers et crayons au lieu d’en faire profiter d’autres personnes. De ce fait, Olivier Landry mentionnait que certains enfants se présentent parfois à leurs cours d’éducation physique avec des vêtements souillés et qui ne sont pas adaptés pour l’activité physique et sportive. Selon eux, c’est le devoir de l’enseignant d’enseigner aux enfants les normes d’hygiène et de sécurité. Ainsi, apporter des vêtements de sport aux enfants est une solution pour contrer ce problème.

« Nous avons fourni des cartables, des surligneurs et des vêtements afin de répondre aux besoins des jeunes. » – Olivier Landry

Pour l’instant, les participants.es de la collecte ont donné exclusivement à l’école primaire Saint-Paul de Trois-Rivières. D’ailleurs, cette école a été choisie puisqu’elle est l’une des plus défavorisées dans la région de Trois-Rivières. Cet établissement détient en effet une cote de 9 sur 10 en terme de pauvreté sachant qu’il faut posséder 7 sur 10 afin d’être considéré comme étant défavorisé.

Selon Olivier et Carol-Anne, la directrice et les enseignants.es semblaient très heureux.ses de recevoir tous ces objets puisque le gouvernement procède à des coupures budgétaires et que les enseignants.es déboursent de leur propre portefeuille pour du matériel scolaire ou des vêtements en surplus pour les enfants. Dans le futur, Olivier et Carol-Anne ont l’intention d’établir un partenariat avec d’autres établissements scolaires.

Ils ont mentionné avoir l’intention d’identifier les établissements scolaires les plus défavorisés à Trois-Rivières afin de réaliser à nouveau ce projet. Enfin, ils comptent bien étendre le projet dans toute l’université pour y acquérir de la visibilité dans le futur.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here