La Lady bimensuelle: Le destin tragique d’une reine ⎯ Marie 1ère d’Écosse

0
1382
bandeau-COOPSCO-final_01
Marie 1ère d’Écosse de Nicholas Hilliard. Photo: Courtoisie
Marie 1ère d’Écosse de Nicholas Hilliard. Photo: Courtoisie

Si vous lisez cette chronique et que vous êtes des spécialistes de Marie 1ère d’Écosse, je m’excuse déjà des erreurs qui se sont glissées dans ma brève biographie. Les sources qui traitent de l’histoire de cette reine d’Écosse sont nombreuses, et la plupart sont teintées de nationalisme ou d’impérialisme. Vous présenter sa vie en faisant fi des discours émotifs est une tâche bien colossale. Soyons donc ouverts d’esprit, quitte à entamer une bonne discussion.

Je t’aime moi non plus

Avant de voguer à travers la vie de Marie 1ère, mettons-nous un peu en contexte. L’Angleterre et l’Écosse ont eu une histoire bien tumultueuse durant l’ère médiévale. C’est particulièrement au XIIIe siècle que se développe un conflit entre ces deux pays voisins nommés la Crise de succession écossaise. Alexandre III, roi d’Écosse, meurt en 1286 sans héritiers directs pour prendre le trône. Plusieurs prétendants arrivent, et devant la possibilité d’une guerre civile entre les deux concurrents, la noblesse écossaise demanda au roi d’Angleterre Édouard 1er d’agir en tant qu’arbitre.

Édouard 1er choisit Jean Balliol en 1292, mais décide finalement d’envahir l’Écosse en 1296 pour soumettre le pays à son pouvoir. Pour ceux qui se le demandent, c’est à ce moment qu’est arrivé William Wallace. Il rallie les clans écossais pour tenter de repousser l’ennemi anglais, et devient héros national malgré sa défaite. Vous connaissez la suite. L’Angleterre tentera à plusieurs reprises d’envahir l’Écosse ou de mettre un Anglais sur le trône, ce qui poussera l’Écosse à faire de même en territoire anglais.

Enfance dorée, pays lointain

C’est dans ce climat particulier qu’a grandi Marie Stuart, fille de Jacques V roi d’Écosse et Marie de Guise. Née en 1542, elle sera nommée reine d’Écosse alors qu’elle a six jours, dû au décès hâtif de son père. Dès lors, des projets de mariage fusent de toute part. La plus importante: celle du roi d’Angleterre Henri VIII qui y trouve un bon moyen de posséder l’Écosse sans sacrifier une armée. Marie de Guise refuse l’offre, et le roi projette d’enlever l’enfant. Sa tentative échoue, mais la mère se trouve devant le fait accompli que l’Écosse est vulnérable devant l’Angleterre. C’est ce qui la pousse à faire une alliance avec la France en donnant la main de sa fille à François II, fils du roi de France Henri II et de Catherine de Médicis.

L’Angleterre tentera à plusieurs reprises d’envahir l’Écosse ou de mettre un Anglais sur le trône, ce qui poussera l’Écosse à faire de même en territoire anglais.

Marie Stuart passera donc son enfance en France, loin de l’Écosse qui est dirigée par sa mère nommée régente. Elle se marie en 1558 avec François II et l’année suivante, Henri II décède, entraînant François sur le trône. Marie Stuart devient donc reine consort de France en plus d’être reine d’Écosse. Au mois de juin 1560, sa mère, Marie de Guise, décède aussi, laissant le trône libre pour Marie. Coup de théâtre, François II meurt à son tour en décembre, léguant son trône à son frère Charles. Marie Stuart se retrouve donc veuve et surtout sans héritier pour la couronne française, ce qui lui enlève tout lien avec la France.

Faux pas et complot

À court de ressources, elle décide donc de retourner en Écosse où l’accueil n’est pas très chaleureux puisqu’elle est une étrangère dans ce pays. S’enchaînent ensuite nombreux malheurs: un mariage avec Henri Stuart qui finit supposément assassiné et une union avec Jacques Hepburn qu’on soupçonne l’instigateur du décès d’Henri. Son mariage avec Hepburn fut de trop. Une confédération de nobles écossais l’arrêta et en prison, elle abdiqua son trône en faveur de son fils Jacques (né de l’union avec Henri), alors âgé d’un an.

Elle réussit à s’enfuir et partit se réfugier chez sa cousine Élisabeth 1ère, reine d’Angleterre. Choix douteux, mentionnons-le puisque lors de la mort de Marie Tudor reine d’Angleterre, Élisabeth a fait face à de nombreux opposants à sa nomination de reine, surtout d’origines écossaises. Ces derniers rêvaient de voir Marie Stuart, qui était aussi éligible par son ascendance, sur le trône d’Angleterre. En bonne reine, Élisabeth lui offrit d’être assigné à une résidence fermée et surveillée, ce que Marie accepta.

Cependant, le bruit courrait que Marie Stuart avait des plans pour renverser Élisabeth et ainsi devenir reine d’Angleterre. La reine n’eut pas d’autre choix que de condamner à mort Marie Stuart. Certains crièrent au mensonge, au coup monté. Marie 1ère d’Écosse fut tout de même tuée en 1587 lors d’une exécution des plus horribles, où trois coups de hache furent nécessaires pour lui couper la tête. Encore aujourd’hui, de nombreux mystères règnes sur la vie de Marie 1ère d’Écosse personnage autant martyr qu’intrigant.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here