La LUITR : L’équipe des Verts était en feu

0

Lundi le 14 novembre, 20h, à la Chasse-galerie, s’est tenu le match de la LUITR. Pour l’occasion, l’équipe des Verts a affronté l’équipe des Rouges devant près de 40 spectateurs et spectatrices exaltés. Cette joute s’est soldée par une victoire pour l’équipe des Verts menée par Jolaine Baril avec la marque de 9 contre 7 pour l’équipe dirigée par Louis-Étienne Bellavance

L’équipe des Verts. Crédits : Alexandre Barbeau

Composition des équipes

L’arbitrage de ce match était assurée par Jocelyn Garneau. Son style d’arbitrage en ce qui concerne les pénalités en aura fait rire plusieurs. L’animation, quant à elle, était assurée par Sophie Béland (capitaine des Oranges) et Antoine Coutu-Doucet (Oranges également). La technique, pour sa part, relevait de Gabriel Lecompte et Victor Pellerin pour l’éclairage et la sonorisation.

Pour ce match, l’équipe des Verts était composée de Jolaine Baril (Capitaine), Anthonny Leclerc, Nicolas Prévost, et Sophie Toutant-Paradis. L’équipe des Rouges était constituée de Louis-Étienne Bellavance (Capitaine), Léa Pilote, Valérie Bettez et Marc-André Marion-Flamand.

Première partie menée par les Verts

L’équipe des Verts. Thème : Refaire sa vie entre sa mère et sa blonde. Crédits : Alexandre Barbeau

Dès la première partie, l’équipe des Verts a gagné. Ils ont ensuite fait rire toute la salle dans la catégorie Comparé, sous le thème « Refaire sa vie entre […] et […] ». Les Verts, qui avaient la possibilité de terminer la phrase du thème, ont choisi : « Refaire sa vie entre sa mère et sa blonde ». Baril jouait le rôle de la maman poule, accompagnée de son mari (Leclerc) plus sain visiblement que sa femme.

Alors que leur fils (Prévost veut leur présenter sa nouvelle copine (Toutant-Paradis), la mère lance à son mari « Je viens de voir une catin avec mon fils ! ». La jeune femme mal à l’aise essai de se montrer digne en parlant de son métier d’éducatrice, mais la mère ne cesse de l’appeler «Anoune» au lieu d’Annie. Tous les personnages de cette scène ont fait rire la salle jusqu’à la fin.

Le thème suivant était Trop fort, dans la catégorie libre. Les Rouges jouaient une famille à Noël et bien qu’ils aient gagné le point pour cette partie, j’ai trouvé leurs jeux assez simplistes. Les gens du son ont ajouté All I want for Christmas is you de Mariah Carrey comme trame de fond, et c’est surtout cela qui a rendu drôle la scène, puisque les personnages criaient Trop fort justement, au point qu’on ne comprenait plus ce qu’ils disaient.

L’équipe des Rouges et des Verts. Deux chênes en Amérique. Crédits : Alexandre Barbeau

Quatrième improvisation

Deux chênes d’Amérique, joués par Marion-Flammand et Toutant-Paradis, s’entremêlent par leurs racines et grandissent ensemble en un grand arbre. Le personnage plus ou moins important de Baril en arrière-plan, semble offusqué et dit à son copain « Clairement celle-là grandit plus que la nôtre », ce qui lui vaut des éclats de rires dans la salle.

Les chênes finissent par être coupés par Prévost et Pilote improvisant des entrepreneurs qui souhaitent construire un centre de personnes âgées. Belle finale, deux secondes avant la fin, on pense que les arbres sont morts, mais une vieille dame vient replanter par-dessus les corps morts des arbres et ils reviennent à la vie. Ce n’est pas l’improvisation la plus drôle du match, mais les joueurs étaient excellents dans leurs rôles.

Baril la débauchée contre Ninja clean

Jolaine Baril. Crédits : Alexandre Barbeau
Valérie Bettez en Ninja Clean. Crédits : Alexandre Barbeau

Thème et catégorie : Création de personnages, 1 joueur par équipe, Comparé. Chaque joueur peut utiliser tout ce qui l’entoure, incluant ce qu’il y a dans la salle de la Chasse-galerie, dans l’école ou encore dans les toilettes pour se créer un personnage.

Les Verts ont choisi Jolaine Baril pour incarner une jeune qui veut du « fun ». Elle s’adresse à sa mère tout au long de la partie : « Je suis concierge Mom … Pis osti que je suis bonne pour faire du ménage! ». En passant le balai, avec sa cigarette dans la bouche, elle jouait merveilleusement bien son rôle.

Les Rouges, pour leur part, ont choisi Valérie Bettez pour incarner le rôle de Ninja clean. Avec du papier de toilette et un sac-poubelle, Valérie Bettez nous a fait rire dès le début de l’improvisation. Elle nous raconte qu’elle rêvait d’être actrice, mais qu’elle était trop gênée. Puis, elle se met à danser en chantant « Ninja Clean ».

Valérie Bettez en microbe. Crédits : Alexandre Barbeau

Elle s’est finalement transformée en deux personnages à la fois : un microbe (en se mettant le sac de poubelle qu’elle avait comme déguisement sur la tête) et en Ninja clean qui combat le microbe.

Bien que son déguisement fît rire, son texte était beaucoup moins recherché que celui de la débauchée qui s’adresse à sa mère.

Pénalité pour les Verts : Répétition d’une blague. Baril a répété une blague faite en début de partie sur les « Oh oh Récréo », c’est tout de même pour elle que le public a voté.

Film d’action et poursuites

Sous le thème Les fleurs du silence, nous avons pu assister à des combats dignes de James Bond. Les deux équipes ont fait face à une double catégorie : Film d’action et poursuites. Bellavance, le capitaine des Rouges, amusa un grand nombre de personnes lorsque, dans une bataille armée, il tomba au sol et s’écria « Ahhhhh ! J’ai perdu un rein ». Toutefois, son équipe était légèrement trop intense dans les cris et les coups, qui encore une fois, nous empêchaient de bien comprendre tout ce qu’ils disaient.

L’équipe des Rouges. Film d’action et poursuites. Crédits : Alexandre Barbeau

L’équipe des Verts, qui ont eux aussi réalisé la catégorie Film d’action et poursuites, était armée de fusils. Ils ont d’ailleurs fait une transition dans le passé pour expliquer comment leurs personnages ont appris à tirer à l’arme à feu. En tournant sur eux-même et en chantant « Bloup bloup bloup…», ils se sont transportés dans le temps.

Ils ont ensuite imité des étudiants de Nicolet, un peu stupide et douche bag. La transition dans le passé leur vaudra une pénalité, puisqu’ils avaient déjà utilisé cette manière de « Bloup bloup bloup… » précédemment dans le match pour faire une transition. L’arbitre leur a aussi donné un avertissement lié au cliché des quarts de métier.

Le point pour cette scène est allé aux Rouges, malgré le manque de compréhension de leur jeu, mais sauvés grâce à leur finale en cœur « Les fleurs du silence ». Une réplique parfaite, juste avant que l’arbitre siffle la fin.

Pluie de pénalités

Chaque équipe aura à nouveau une pénalité lors du même thème : Collecte de Fonds.

Marion-Flammand et Leclerc ont joué le rôle de deux amis qui veulent acheter du « riz croustillant » à une collecte de fonds. Leclerc a bien fait rire avec ses expressions faciales à la Jim Carrey. Toutefois, ils ont mentionné la collecte de fonds seulement une fois durant l’improvisation, ce qui leur a valu une pénalité de non-respect du thème.

L’équipe des Rouges et l’arbitre Jocelyn Garneau. Crédits : Alexandre Barbeau

« J’ai juste vu deux bobos sur l’acide avec un chien », s’est défendu l’arbitre quand la salle à crier son désaccord.

Et si vous trouvez très direct Jocelyn Garneau, la capitaine des Verts de répondre « Moi, quand je comprends pas un film, je le dis pas, parce que c’est gênant ! ». J’avoue avoir lâché un bon fou rire après cet échange, qui disons-le, était enflammé.

Dans l’improvisation suivante, sous le thème Deux chiens, deux époques, les Rouges ont réalisé une scène où deux maîtres apportent leur chien au parc. L’un des chiens est vieux et l’autre jeune. Bellavance qui incarne le vieux chien demande au plus jeune (Bettez): « Tes gâteries goûtent bon? Je peux plus en prendre à cause de mon cholestérol! ». Très efficace pour faire sourire tout le monde dans la salle.

Si les Rouges ont pris le thème au premier degré de ce qu’est un chien, ce n’est pas le cas des Verts. Prévost dans son rôle de Roméo, combat dragons et armées pour retrouver sa douce, pour finalement la traiter de laide une fois devant elle. Puis, Leclerc incarne un gars qui laisse sa copine par texto de manière irrespectueuse… Deux vrais chiens comme ont dit ! Les Verts ont une façon unique de jouer avec les mots.

Dans un vote très serré, c’est finalement les Rouges qui l’ont emporté sur cette improvisation.

Une joueuse en moins à la toute fin

Après la dernière improvisation de la soirée, la capitaine des Verts, Jolaine Baril, s’est fait attribuer une deuxième pénalité et comme la règle l’impose, l’arbitre l’a jeté hors du match. « Il y a des choses difficiles dans la vie, ça s’en en fait pas partie…». Il fit rire une fois de plus la salle, contrairement à l’animation, que nous n’avons quasiment pas entendue de la soirée. Problème technique à régler pour le prochain match.

Jolaine Baril qui se fait jeter hors du match . Crédits : Alexandre Barbeau

Malgré les nombreuses pénalités attribuées aux Verts, ils ont été les grands gagnants du match de lundi. Toutes leurs improvisations sans exception étaient excellentes. L’originalité de leurs personnages et la confiance en leurs blagues font d’eux une équipe très forte.

Les Rouges, qui ont aussi perdu la semaine dernière contre les Bleus, doivent améliorer quelques points à mon avis. Lors de la catégorie Film d’action et poursuites ou de leur scène du Black Friday au Walmart et même lorsqu’ils déballaient les cadeaux de Noël sur du Mariah Carey, ils ont l’habitude de crier. Je ne sais pas si le but est de faire rire, mais ça ne fonctionne pas, puisque la salle ne comprend pas ce qu’ils disent. Somme toute, Ninja Clean et le vieux chien qui fait du cholestérol ont marqué les esprits de ce lundi soir.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here