La salle Louis-Philippe-Poisson présente Fanny Bloom: Un son électro-pop exotique

0
1206
 LUITR_Camp-de-recrutement.png
Fanny Bloom en prestation à la salle Louis-Philippe-Poisson de la Maison de la culture de Trois-Rivières. Photo: C. Filion
Fanny Bloom en prestation à la salle Louis-Philippe-Poisson de la Maison de la culture de Trois-Rivières. Photo: C. Filion

Le 16 avril dernier, Fanny Bloom était en spectacle à la salle Louis-Philippe Poisson de la Maison de la culture de Trois-Rivières. Un bon nombre de personnes s’étaient déplacées pour entendre les mélodies pop-électro de la jeune auteure-compositrice-interprète. Elle sera en spectacle également cet été, le 2 juillet 2015, au FestiVoix de Trois-Rivières.

Le spectacle a débuté sans première partie et Fanny Bloom, de son vrai nom Fanny Grosjean, était très en forme. Énergique derrière son piano, elle a enchainé quelques pièces avant de dire bonjour au public. Ce n’est pas la première fois qu’elle était en spectacle dans la ville, et ce n’est certainement pas la dernière. Le public avait l’air conquis dès la première pièce. Il faut dire que la jeune femme possède un charisme indéniable et qu’elle semble totalement sur un nuage lorsqu’elle chante de sa voix cristalline. Elle peut chanter des pièces pop-électro dansantes avec autant d’aisance que les chansons plus douces et remplies d’émotions, ce qui n’est pas donné à tout le monde. On perçoit également le plaisir qu’elle a d’être sur scène. Elle remercie le public entre chaque chanson et développe une complicité avec l’assistance dès les premières notes.

Dernièrement, la jeune artiste a rendu disponible en ligne un EP de quelques chansons qui se nomme Constellations. Il est composé en majorité de pièces musicales qu’elle a réalisées en collaboration avec Thomas Hébert (Misteur Valaire). Avant de démarrer sa carrière solo, Fanny faisait partie du groupe La patère rose avec Thomas ainsi que Julien Harbec. C’est pendant l’été 2011 que leur chemin professionnel se sépare. En mars 2012, elle sort son premier album solo, Apprentie guerrière,qui obtient un beau succès et qui lui vaut le Félix de l’album alternatif de l’année à l’ADISQ en 2012. Elle accompagne Cœur de pirate ainsi qu’Ariane Moffat, et c’est seulement en septembre 2014 que le public aura droit à son deuxième album, Pan. Elle frappe dans le mille avec ce disque qui comprend plusieurs titres accrocheurs tels que Piscine, Danse et plus récemment Sammy Sammy. Elle vient justement de sortir le vidéoclip de cette chanson mettant en vedette le comédien et joueur d’improvisation de la Ligue d’improvisation montréalaise (LIM), Arnaud Soly.

Elle peut chanter des pièces pop-électro dansantes avec autant d’aisance que les chansons plus douces et remplies d’émotions, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Lors de sa visite à Trois-Rivières, elle a présenté quelques nouveaux titres, dont la pièce Diachilon empreinte d’une mélancolie et d’une douceur qui lui sont propres. Elle a aussi raconté l’histoire derrière la vulnérable chanson Drama queens. «Quelques jours avant son décès, j’ai pu assister à la lecture du dernier livre de Vickie Gendreau et ça m’a complètement transformée et bouleversée. J’avais écrit cette chanson et je trouvais que ça ressemblait à son livre, je lui ai donc envoyé un message pour lui demander la permission de nommer ma chanson Drama queens, et elle a accepté», racontait Fanny Bloom.

Il sera possible de la voir cet été aux Francofolies de Montréal en première partie de Dumas le 12 juin 2015. Elle sera également en prestation au Jardin botanique de Montréal le 9 aout, en plus de sa présence au FestiVoix le 2 juillet 2015.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here